Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC :: Chroniques culturelles 2018
Connexion S’enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés FAQ Membres Rechercher Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Index du Forum
Bienvenue aux amis du Pays réel et de Radio Courtoisie, pour défendre l'identité française, sa culture, sa langue, son histoire, échanger des propos sur l'air du temps.
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Index du Forum » Forum du Pays Réel et de la Courtoisie » Le Salon courtois » Chroniques culturelles 2018 Aller à la page: <  1, 2, 334, 35, 3659, 60, 61  >
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet Sujet précédent :: Sujet suivant 
Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 07:44:05 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*

_  Ephéméride du 14 juin



14 juin 1791 : Loi Le Chapelier qui interdit le droit de grève, le droit de coalition et le droit d’association aux ouvriers.

14 juin 1800 : Bataille de Marengo. 22 000 Français font face à 30 000 Autrichiens. A 14 heures, la situation est critique. Victor est à court de munitions. Il abandonne l’artillerie à l’ennemi. Tout à coup, Desaix arrive à la rescousse et livre un combat d’arrière-garde pour mettre fin à la retraite. Au cours de l’attaque, Desaix est tué. Kellerman et ses cavaliers fondent sur le flanc gauche de l’ennemi. Surpris, les Autrichiens se débandent.

14 juin 1807 : Bataille de Friedland. Toute l’armée russe mise en déroute, 80 pièces de canon, 30 000 hommes pris ou tués, 25 généraux russes, tués, blessés ou pris, la garde russe écrasée.

14 juin 1888 - Naissance à Bentwisch en Allemagne du théologien Emanuel Hirsch, qui avait eu la volonté de germaniser le christianisme. Il a été aussi le traducteur de toute l'œuvre du Danois Kierkegaard. On ne le confondra pas avec l'écrivain Hermann Hirsch, qui appartenait au mouvement religieux de la "foi allemande". C'est donc sur la base d'une connaissance profonde de la pensée de Kierkegaard et aussi de celle de Fichte (auquel il consacre un maître-ouvrage en 1914) qu'il développera sa théologie "germanique", une théologie impliquant une éthique très exigeante de l'obéissance, diamétralement opposée aux idées de Tolstoï. La théologie ne peut être séparée de l'histoire réelle du peuple, laquelle histoire doit être aimée et c'est cet amour qui doit conduire au salut de tous dans la patrie. La théologie, pensait Hirsch, ne saurait s'identifier à des prophéties vagues, trop critiques vis-à-vis des traditions, détachées de l'histoire réelle, sinon elle s'avère incapable de susciter des vocations efficientes et d'agir sur la communauté des croyants.

14 juin 1901 : Explosion à la manufacture de munitions d'Issy-les-Moulineaux : 18 morts.

14 juin 1934 : Allemagne-Italie : première rencontre entre Hitler et Mussolini à Venise. Les deux dictateurs ne s'entendront pas.

14 juin 1936 - Mort à Londres de Gilbert Keith Chesterton, écrivain et journaliste anglais. Né dans une famille anglicane, où la religion n'avait guère d'importance, il lit dans sa jeunesse les œuvres de Thomas d'Aquin et du Cardinal Newman, épouse une femme dont la famille appartient aux plus conservateurs des Anglicans, les Anglocatholics, puis devient catholique à son tour, car l'esprit anglo-saxon, estimait-il, reposait sur l'arbitraire du subjectivisme, revenait à faire de l'art pour l'art, à rejeter toutes les lois qui donnent socle aux actions humaines, à laisser libre cours à des tempéraments délirants ou anarchiques. Chesterton défend ses positions par des arguments théologiques ou philosophiques solides, mais aussi par l'humour et la moquerie. Sur le plan politique, il commence par être un simple libéral de gauche avec des sympathies pour les socialistes. Mais cette posture lui apparaît bien vite insuffisante, car il voit tout de suite que derrière les vocables pompeux d'humanisme, de justice sociale, etc. se cache une inhumanité foncière, une méchanceté diabolique, une perversité sans nom. Ce libéralisme hisse les mensonges, ses impostures, au rang de dogmes intangibles. Dans une telle perspective, la Tradition, pour Chesterton, n'est pas un musée, que l'on visite de temps à autre pour meubler son oisiveté, mais un réceptacle hautement respectable d'orientations fructueuses pour l'âme et pour la vie quotidienne. La Tradition nous donne non seulement les recettes de la sagesse, mais elle nous livre aussi les linéaments permanents de la volonté populaire. Chesterton a répandu sur la tête des bien-pensants libéraux sarcasmes et jets cinglants d'ironie, pour fustiger leur forfanterie. Au-delà d'un catholicisme, compréhensible dans une société anglo-saxonne parce qu'il constitue une position antagoniste, Chesterton nous apprend à rire aux éclats des poncifs qui sous-tendent aujourd'hui la pensée unique et qui sévissaient déjà de son temps.

14 juin 1940 : Occupation de Paris.

14 juin 1994 : Mort du comédien Michel Vitold.


                         

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Publicité
MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 07:44:05 (2018)
Publicité




PublicitéSupprimer les publicités ?

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 08:01:59 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*


_  Ephéméride du 14 juin




14 juin 1658 : bataille des Dunes (Dunkerque).
Turenne défait les Espagnols de Don Juan d'Autriche (pourtant secondé par le Grand Condé) devant les murailles de Dunkerque qu'il assiège.

14 juin 1800 : bataille de Marengo (Italie).
Le Premier Consul Bonaparte met fin à la deuxième campagne d'Italie en battant les Autrichiens. La victoire est obtenue in-extremis par l'arrivée sur le champ de bataille du général Desaix, qui meurt en lançant la charge de sa division.

14 juin 1800 : assassinat de Kléber (Égypte).
Brillant successeur de Bonaparte à la tête de l’armée d’Égypte (aout 1799), Kléber est considéré comme l’un des généraux les plus capables du futur empereur. Il s’est illustré à Fleurus, en Vendée, en Allemagne et tout récemment à la bataille d’Héliopolis.
Depuis un an, il reconstruit l’Égypte et est adulé à la fois par ses hommes et une grande partie de la population qui admire ses qualités humaines au-delà de celles, évidentes, de chef.
Poignardé par un jeune illuminé, Kléber laisse en mourant l’armée désemparée.
Le général Menou, qui lui succède, n’obtiendra pas l’adhésion de ses hommes.

14 juin 1807 : bataille de Friedland (Pologne).
L’Empereur Napoléon Ier écrase les Russes, malgré leur avantage numérique, effaçant le douloureux souvenir du carnage d'Eylau et mettant un terme à la campagne de 1807 par le traité de Tilsit (25 juin).

14 juin 1830 : débarquement en Algérie (Sidi Feruch).
Les troupes françaises débarquent sur la plage de Sidi Feruch, à 25 km d'Alger, tandis que la flotte bombarde les défenses de la ville. Le Dey capitule le 5 juillet, après plusieurs jours de difficiles combats contre les troupes turques qui font 415 tués et 2160 blessés dans le corps expéditionnaire. Le débarquement a eu lieu grâce à une reconnaissance du littoral effectuée 22 ans plus tôt par l’un des espions de Napoléon…

14 juin 1925 : mort du sous-lieutenant Pol Lapeyre (Beni Derkoul – Maroc).
Chef du poste de Beni Derkoul comprenant 35 tirailleurs, le jeune officier (22 ans), sorti récemment de Saint-Cyr, résiste depuis le 3 mai aux assauts de centaines d’insurgés Rifains.
Constatant que les assaillants déferlent sur les remparts et que le poste est perdu, il fait sauter les réserves de poudre du fort dans un dernier acte de résistance, ensevelissant les Rifains sous les décombres.
Il a donné son nom à la 113e promotion de l’École spéciale militaire (ESM) de Saint-Cyr et à la Corniche militaire (prépa ESM) du lycée militaire de Saint-Cyr l’École.

14 juin 1942 : raid sur Héraklion (Crète).
Un commando de paras conduits par le capitaine Bergé (Forces françaises libres) détruit 20 avions Stuka au sol.
Lâchés par un sous-marin à 5 km du rivage, les 6 hommes du commando (4 Français, 1 Britannique, 1 Grec) gagnent la plage à bord d’un canot. Ils s’infiltrent sur près de 20 km jusqu’à l’aérodrome allemand d’Héraklion où, après avoir déjoué courageusement la surveillance allemande, ils détruisent avions et citernes de carburant.
Ces destructions contribuent à la sécurité d’un convoi maritime allié devant croiser au large de la Crète le surlendemain.
Dénoncés par un habitant, les membres du commando sont arrêtés.
Le caporal Leostic est tué en tentant de fuir.
Le capitaine Bergé (1er capitaine commandant la 1re unité parachutiste française, la 1re compagnie d’infanterie de l’air, « père » des SAS français) est emprisonné à Colditz et ne sera libéré qu’en 1945 par les Américains.
Il terminera sa carrière comme général de brigade. Il a donné son nom à la 38e promotion de l’École militaire interarmes (1998-2000)

14 juin 1982 : reddition des Argentins aux Falkland.
La guerre des Malouines, ou Falkland, est une surprise stratégique (en pleine Guerre froide) pour les Britanniques.
Margaret Thatcher, refusant le camouflet que représente la capture de la garnison des Royal Marines par l'armée de la junte militaire argentine, ordonne la reprise des îles situées à 13 000 km de Londres. Mission accomplie en 72 jours.
Les actions commandos des SAS sont primordiales et détruisent au sol 1/4 de l'aviation argentine. Elles sont permises par le déploiement d'une task force aéronavale où l'hélicoptère accomplit de très nombreuses missions. Les Britanniques perdent 225 hommes, les Argentins, 649.
Le conflit montre aussi la vulnérabilité des bâtiments de surface puisque la Royal Navy en perd 7 dont deux destroyers (atteints par le missile air-mer Exocet).

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Ven 15 Juin - 07:29:21 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*

_  Ephéméride du 15 juin



15 juin 1789 : L’abbé Sieyès propose au tiers état qui vient d’achever la vérification des pouvoirs les mots “ Assemblée nationale ” pour en finir avec l’appellation Etats généraux.

15 juin 1815 : Début de la campagne de Belgique face aux troupes prussiennes. Napoléon a lancé à ses soldats : " Pour tout Français qui a du coeur, le moment est arrivé de vaincre ou de périr."

15 juin 1843 - Naissance à Bergen du compositeur norvégien Edvard Grieg, auteur de Peer Gynt.

15 juin 1969 : Georges Pompidou président de la République.

15 juin 1995 : Le 21e sommet des sept pays les plus industrialisés (G7) se tient à Halifax, au Canada.

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Ven 15 Juin - 07:34:53 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*

_  Ephéméride du 15 juin



15 juin : Saint Bernard de Menthon. Saint-patron des troupes de montagne.

Il est devenu le saint protecteur des troupes alpines au début des années 1990, à l'initiative de l'aumônier de la 27e division alpine (Claude Mino-Matot) et du général J-R Bachelet commandant l’unité à l'époque. Voir le site du diocèse aux Armées.
Erratum et précision pour le : 15 juin : Saint Bernard de Menthon. Le général Bachelet tout en portant bien la responsabilité de la proposition initiale était général adjoint au général de division Jean Bassères, commandant la 27e Division Alpine de l'époque (devenue ensuite 27e Division d'Infanterie de Montagne puis Brigade). Le général de Giuli (alors colonel) était chef d'état-major.
 
15 juin 1389 : bataille de Kosovo Polje (Kosovo).
En 1365, Mourad Ier déplace sa capitale en Europe (à Adrianople aujourd’hui Edirne). En 1386, les Ottomans occupent la ville serbe de Nis. Trois ans plus tard, le prince serbe Lazar rassemble une partie des princes chrétiens et marche sur Mourad. La rencontre a lieu sur le « champ des merles » (Kosovo Polje) et s'achève par une défaite des chrétiens. Lazar et Mourad meurent tous deux au combat. Cette bataille est restée dans l'histoire des Slaves du Sud (ou Yougoslaves) comme un événement majeur. Aujourd'hui, la date et le lieu de la bataille sont d'autant plus célébrés par les Serbes que Kosovo Polje est situé en République du Kosovo. Depuis début 2008, le Kosovo est un État indépendant.
À noter : Les Orthodoxes commémorent la bataille le 15 juin (calendrier Julien) alors que le calendrier grégorien (le nôtre) ne le fait que le 28 juin. Des chrétiens combattaient dans les deux camps.
 
15 juin 1809 : combat de Maria (Espagne).
Le général Suchet bat un corps anglo-espagnol et le poursuit jusqu'à Belchite.
 
15 juin 1895 : création de l’A.O.F.
Par décret gouvernemental l’Afrique Occidentale Française est créée. Le gouverneur de Dakar a désormais en charge le regroupement des colonies et possessions suivantes : Sénégal, Guinée, Côte d’Ivoire, Dahomey et Soudan.
 
15 juin 1905 : naissance de Philippe Tailliez (Malo-les Bains).
Officier de marine, écrivain et pionnier de la plongée sous-marine autonome, civile et militaire, il forme, avec Jacques-Yves Cousteau et Frédéric Dumas, les « Mousquemers » et marque l’histoire de la plongée. Comme premier commandant du groupe de recherche sous-marine de la Marine, il apporte le soutien de son unité aux premières plongées du bathyscaphe FNRS 2 du professeur Piccard et mène de nombreuses missions de déminage, d'exploration et d'archéologie sous-marine. Il quitte la marine, atteint par la limite d'âge, avec le grade de capitaine de vaisseau et se consacre ensuite totalement à la protection de l'environnement marin. Il effectue une dernière plongée au sein de la Marine à l’occasion de ses 90 ans.
 
15 juin 1940 : les Allemands à Verdun.
Alors que la Wehrmacht est entrée la veille (14 juin) à Paris, Verdun est déclarée ville ouverte dès le 11. Les panzers de Guderian entrent dans la ville restée inviolée en 1916.
 
15 juin 1940 : mort au combat du colonel Cazeilles (Rembercourt – Argonne).
Saint-Cyrien (promotion "de la Croix du Drapeau" 1913-1914), fantassin colonial  et écrivain de guerre, Léon Cazeilles est chevalier de la Légion d'honneur à 25 ans. Cité trois fois lors de la Première guerre mondiale, notamment au sein de l'Armée d'Orient, il fait l'admiration du futur maréchal Franchet d'Esperey pendant la Bataille de Dobro Polje (1918). Au Maroc en 1920, il se fait remarquer par le maréchal Lyautey lors du combat de Bouknadel. Chef de corps du 21e Régiment d'infanterie coloniale au début de la Campagne de France, il meurt en chargeant à la tête du régiment. Les honneurs seront rendus à sa dépouille par l'ennemi.
La 182e promotion de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr (1995-1998)porte son nom.
 
15 juin 1940 : jour de gloire des ailes françaises.
Décollant sur alerte de l’aérodrome du Luc / Le Cannet des Maures (actuel  EALAT / EFA « TIGRE ») pour intercepter des formations italiennes venues attaquer des installations militaires dans la région - dont le terrain de Luc - l’adjudant Pierre Le Gloan du GC 3/6 (unité alors en cours de transformation sur le nouveau chasseur Dewoitine D520) réussit l’exploit d’abattre 5 avions en moins de 40 minutes au-dessus de Saint Tropez, le Luc et Vidauban. Pour ce fait d’arme exceptionnel, félicité en personne par le colonel Fonck grand as de 14/18, il est nommé immédiatement sous-lieutenant. Fidèle à ses engagements, Le Gloan part servir dans l’armée de l’air d’armistice, au Levant, où s’est replié son unité, avant de reprendre la lutte aux côtés des Anglo-américains après leur débarquement en Afrique du nord et le ralliement des unités françaises.  Il meurt le 11 septembre 1943 (jour anniversaire de la mort de Guynemer), dans le crash accidentel de son P39 AIRACOBRA aux environs de Mostaganem. 
As méconnu aux 18 victoires sûres et 3 probables, il est Chevalier de la Légion d’honneur, titulaire de la médaille militaire et croix de guerre 39/45 avec 10 palmes et une étoile.
 
15 juin 1943 : premier vol du premier bombardier à réaction au monde (Allemagne).
L'Arado 234 effectue son premier vol test au-dessus de Munster. Cette version est celle d’un avion de reconnaissance lancé par un charriot sur rail avec atterrissage sur patin. La version bombardier vole en mars 1944 sous le code A 234 B.
 
15 juin 1944 : début de la bataille de Saipan (Îles Mariannes).
Après 2 jours de bombardement naval, 300 blindés et 8000 marines débarquent sous le feu de l’artillerie japonaise. Saipan est la première île, prise d'assaut par les Américains et mettant le Japon à portée des bombardiers B-29 Superforteress.  La bataille dure jusqu’au 9 juillet face à un ennemi acharné : beaucoup se jettent du haut des falaises pour ne pas être capturés. Lors de ce premier jour de combats, les américains perdent 25 % de l’effectif débarqué (soit les 2/3 des pertes de la bataille de Saipan).
 
15 juin 1945 : création de l’École militaire de haute montagne (Chamonix).
Initialement créée en 1932, l’EHM rejoint en 1939 le 199e bataillon de chasseurs de haute montagne. Elle est officiellement reconstituée en 1945. Véritable Institution dans le monde de la montagne et  pôle d’excellence pour la formation des cadres militaires français et étrangers, l’EMHM est la plus ancienne école de ce type au monde. Depuis 70 ans, 50 000 stagiaires ont été formés dont 1 800 étrangers (28 nationalités) à Chamonix. La pratique de la montagne est exigeante et dangereuse, c’est pourquoi la conduite de détachements militaires dans un tel environnement fait l’objet d’une attention particulière dans ce haut lieu de la formation. La réputation de l’EMHM est internationale et entretenue notamment par les exploits sportifs régulièrement accomplis par l’élite des cadres de l’école, au sein du GMHM (Groupe militaire de haute montagne).

Réputation décuplée lors des compétitions sportives internationales par les  athlètes des équipes de France militaires de ski (EFMS) pour ne citer que Fourcade, Vaultier, Worley, Roux et Duvillard.


                                               


Dernière édition par caporal_épinglé le Sam 16 Juin - 10:18:39 (2018); édité 1 fois

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Sam 16 Juin - 10:14:43 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*
_  Ephéméride du 16 juin



16 juin 1211 : début du siège de Toulouse.
Durant la Croisade contre les Albigeois, Simon de Montfort met le siège très brièvement et sans succès à la ville de Raymond VI de Toulouse, protecteur des Cathares. Il mourra sous les murs de cette même ville en juin 1218.
 
16 juin 1582 : la France à la conquête des Açores.
Le roi de France Henri III expédie aux Açores une flotte corsaire commandée par Philippe Strozzi, cousin de sa mère Catherine de Médicis, afin de priver les Espagnols de leur base étape vers le Brésil. Les dissensions internes mènent les Français à la défaite le 26 juillet suivant au large des Açores.
 
16 juin 1807 : prise de Königsberg (aujourd’hui Kaliningrad, territoire russe sans frontière avec la Russie).
Alors que Napoléon vient de remporter la bataille de Friedland (14 juin), Murat prend la ville forteresse défendue par le général prussien Lestocq. Il fait 7000 prisonniers et sans grandes pertes pour lui. Cette victoire clôt la guerre de la Quatrième coalition et décide le Tsar Alexandre Ier et le roi de Prusse à négocier.
 
16 juin 1815 : la bataille de Ligny (ou bataille de Fleurus).Elle a opposé les prussiens du maréchal Blücher à une partie de l'armée française commandée par Napoléon 1er. Deux jours avant la bataille de Waterloo, Ligny fut la dernière victoire de Napoléon. Mais c'est une victoire moins décisive que ne le croit Napoléon : après un combat d'une grande férocité et de nombreuses pertes dans les deux camps, les prussiens - enfoncés en leur centre - réussissent leur repli sur les ailes, sans être poursuivis la nuit venue par les troupes napoléoniennes. Au cours de la bataille de Ligny, Napoléon perd environ 9.500 hommes.  Les Prussiens comptent 25.000 morts, blessés ou disparus.

16 juin 1826 : massacre des Janissaires (Istanbul). Mahmud II, Sultan de l’Empire ottoman décide d’éradiquer le corps des Janissaires qui à de nombreuses reprises à démontré son manque de fidélité et d’appui au mouvement de réformes qu’il promeut (notamment dans l’armée). Avec l’aide du corps des artilleurs et le soutien de la population d’Istanbul, il fait bombarder les casernes des Janissaires où 7000 de ces soldats périssent. La répression s’étend au reste de l’empire et seuls 20 000 Janissaires (sur les 140 000) survivent en étant bannis de l’empire.

16 juin 1940 : échec de la fusion franco-britannique.
« Sous-secrétaire d'État à la Défense nationale et à la Guerre depuis le 5 juin, le général de Gaulle s’entretient  avec Churchill du projet d'union qui fusionnerait les nations et institutions françaises et britanniques dans le but de poursuivre la guerre. Dans l’après-midi, de Gaulle téléphone au Président du Conseil Paul Reynaud pour lui faire part de l’accord de Churchill. Mais ce projet est repoussé par le Conseil des ministres et entraîne la démission de Reynaud. Le Président de la République, Albert Lebrun, charge alors le maréchal Philippe Pétain de former un nouveau gouvernement. Rentrant de Londres dans la soirée, de Gaulle atterrit à Bordeaux et apprend qu’il ne fait plus partie du gouvernement. Déçu d’avoir été écarté de la nouvelle équipe, il s’envole vers Londres le lendemain matin, en compagnie d’Edward Louis Spears, envoyé spécial de Churchill ». COL Pierre. M-J

16 juin 1944 : Marc Bloch meurt fusillé (St Didier de Formans).
Historien médiéviste et fondateur du courant historique dit de l’école des Annales, mais aussi auteur du fameux L'étrange défaite, 1940, ouvrage posthume tentant d’expliquer la débâcle de 1940, il entre en résistance en 1942 et est arrêté à Lyon en avril 1944.
 
16 juin 1946 : discours de Bayeux (Normandie).
De Gaulle, alors qu’il a démissionné de ses fonctions de Président du gouvernement provisoire en janvier, choisit d’exposer ses idées sur ce que doit être la Constitution française en revenant dans la ville de Bayeux où il avait prononcé son premier discours sur le sol français en 1944. C’est un démontage méthodique des travers de la III eme République et une annonce des grands principes gaulliens du pouvoir.
 
16 juin 1977 : mort de Wernher von Braun (Etats-Unis – Virginie).
Ancien directeur du centre expérimental allemand de Peenemünde, il est le père de la conquête spatiale. Créateur des V2 allemands, il est évacué à la fin de la seconde guerre mondiale par les services secrets américains pour travailler sur leur programme spatial.

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Sam 16 Juin - 10:17:19 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*

_  Ephéméride du 16 juin




16 juin 1904 - Date fictive des pérégrinations dublinoises de Léopold Bloom dans le roman Ulysse de l'écrivain irlandais James Joyce.

16 juin 1928 : Inauguration du Champ-de-Mars à Paris.

16 juin 1947 : Spirou publie les première avanture de Lucky Luke.

16 juin 1963 : Valentina Terechkova devient la première femme de l'espace.

16 juin 1969 : Georges Pompidou devient le 19ème président de la république française avec 58% des voix.

16 juin 1970 : Mort d'Elsa Triollet.

16 juin 1974 : Bjorn Börg, 18 ans, devient le plus jeune vainqueur de Rolland Garros.

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Dim 17 Juin - 09:26:33 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*

_  Ephéméride du 17 juin



17 juin 1756 : À Köllin, la charge des dragons du prince de Ligne décide de la victoire. L'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche donne à ce régiment wallon un drapeau brodé de sa main qui porte la devise : « Qui s'y frotte s'y pique ! ».

17 juin 1789 : Le tiers état se constitue en Assemblée nationale.

1938 : Un décret présidentiel met fin à la « transportation des condamnés aux travaux forcés dans les bagnes ». Visant à éloigner de la France métropolitaine les opposants politiques ou les condamnés de droit commun, les bagnes coloniaux avaient pour objectif de « régénérer » les individus par le travail forcé et de réaliser la colonisation par l'exil. La publication du reportage d'Albert Londres sur le bagne de Cayenne (Guyane) en 1923 fit croître l'opposition de l'opinion à l'égard de cette peine jugée trop douce pour les grands criminels et trop dure pour les petits délinquants.

17 juin 1940 : Après l'effondrement français devant l'offensive allemande, le maréchal Pétain demande l'armistice à l'Allemagne, puis, quelques heures plus tard, à l'Italie.

17 juin 1974 : Giuseppe Mazzola (60 ans) et Graziano Giralucci (29 ans) sont tués durant l’attaque de la fédération du Mouvement social italien (MSI) de Padoue par les Brigades rouges. Le groupe de musique alternative italienne La Compagnia dell’Anello leur a consacré une chanson : Padova 17 giugno ‘74.



                       

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Dim 17 Juin - 09:34:41 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*

_  Ephéméride du 17 juin



17 juin 1696 : bataille de Dogger bank (Mer du Nord). Le corsaire français Jean Bart capture un convoi d'une centaine de navires marchands, chargés de blé, après avoir défait leur escorte hollandaise. Pris en chasse par une escadre de l'amiral britannique Benbow, Jean Bart se cache au Danemark puis passant au travers de tous les pièges tendus en Mer du Nord et dans la Manche, rejoint triomphalement Dunkerque.

17 juin 1778 : combat naval et mode féminine (Roscoff - Baie de Goulven). La frégate française La belle poule est attaquée sans sommations par la frégate anglaise Arethusa qui est finalement vaincue et doit fuir. La nouvelle fait sensation à Versailles où la mode féminine célèbre la victoire en créant une coiffure intitulée Belle poule . Cet affrontement pousse Louis XVI à déclarer la guerre à l’Angleterre dans le cadre de ce que l’on va appeler la guerre d’indépendance américaine. 4 navires de guerre ont porté, à ce jour, le nom de belle poule, dont l’actuelle goélette (navire école de la Marine nationale) qui fut un navire de la France libre.

17 juin 1940 : « C'est le cœur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat ». Le maréchal Pétain s’exprimant à la radio vers 12h30, annonce qu’il a demandé la veille aux Allemands leurs conditions pour arrêter les hostilités et appellent les Français à cesser le combat.

17 juin 1940 : premier acte de résistance de Jean Moulin (Chartres). Préfet d'Eure et Loir lors de l'arrivée de la Wehrmacht à Chartres, Jean Moulin refuse de signer un rapport que les Allemands ont préparé pour faire attribuer la mort de civils à l'aviation française et aux troupes africaines. Comprenant l'intention, Moulin refuse de signer. Passé à tabac, il tente de se suicider pour ne pas faiblir.

17 juin 1944 : débarquement de vive force de la 9ème DIC (Gal Magnan) à l’île d’Elbe.
Surveillant la portion de Méditerranée entre la Corse et l’Italie, l’ile est tenue par les Allemands et ne peut rester comme une menace dans le dos des alliés qui ont passé la ligne Gustav.
"Cette opération baptisée BRASSARD sera la seule opération de débarquement entièrement française effectuée au cours de la campagne. Y participent les I /6e RTS (Cba de Saint Germain), les 13e (Col Chretien) et 4e RTS (Col Cariou), le 2e Groupe de Tabors Marocains (Col de Latour), le Btn de Choc (Cba Gambiez), un groupe de commandos (Lcl Bouvet) et, en fin d’opération, deux pelotons de chars légers du RICM, la valeur de deux groupes du RACM et le 26e groupe colonial de DCA.
Elle est commandée par le Gal Magnan. Sa principale difficulté tient au fait qu’il n’y a qu’une seule plage de débarquement possible, celle de Marina di Campo, que le II /13e RTS (Cba Gilles) va conquérir au prix de lourdes pertes. L’Asp Jean Froment, administrateur des colonies, auteur de l’hymne de la 9e DIC, est tué au cours du combat. La conquête sera terminée le 20.
Le coût de l’opération est de : 201 tués dont 20 offs, 631 blessés et 51 disparus. La garnison comptait 2 700 Allemands et de 4 à 500 Italiens. Sur ce total, on dénombra plusieurs centaines de tués et 1 995 prisonniers. Le revue de l’armée américaine rapporta par la suite que le commandement des marines alliées estimait que l’invasion de l’île d’Elbe avait été le plus dur de tous les débarquements en Méditerranée.
A dater de ce jour, la division fut considérée par les Américains comme l’égale de leurs unités de «Marines » qui, à la même époque, conquéraient, une à une, les îles du Pacifique occupées par les Japonais".

17 juin 1953 : l'armée rouge réprime une insurrection populaire (Berlin-Est). Quelques mois après la mort de Staline, les ouvriers est-Allemands se mettent en grève puis créent une insurrection rassemblant 60 000 manifestants dans Berlin-Est. Appelés en renforts, les chars soviétiques écrasent la révolte : plus de 80 morts et des milliers d'arrestations

17 juin 1967 : explosion de la première bombe H chinoise (désert du Takla-Makan – Chine). La Chine teste avec succès sa première bombe à fusion nucléaire (bombe thermonucléaire ou bombe H) à peine 3 ans après sa première bombe à fission (bombe A). La France a testé les siennes en 1960 (A) et 1968 (H). Pour les Américains, 1945 et 1952. Pour les Soviétiques, 1949 et 1953.


17 juin 1985 : le colonel Baudry dans l’espace (Etats-Unis – Floride). Patrick Baudry décolle du Kennedy center à bord de la navette Discovery et passe 7 jours dans l’espace. C’est le deuxième spationaute français (le premier étant le général Jean-Loup Chrétien).


                        

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Lun 18 Juin - 09:39:34 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*
_  Ephéméride du 18 juin




18 juin 1429 : bataille de Patay (près d’Orléans).
Événement majeur de la guerre de cent ans qui voit la victoire du Dauphin et Jeanne d’Arc sur les troupes anglaises de Talbot. Si Orléans a eu un grand retentissement moral, en revanche sur un plan purement tactique et opératif, la campagne de la Loire qui s’achève à Patay est beaucoup plus décisive. Les archers anglais n’ont pas eu le temps de se protéger derrière les épieux taillés qu’ils disposent habituellement autour d’eux pour se protéger d’une attaque. Les reconnaissances françaises repèrent leurs positions suite à une maladresse anglaise et donnent l’alerte : l’avant-garde française (1500 hommes) commandée par les capitaines La Hire, de Loré et de Xaintrailles attaque les archers anglais qui fuient. Ensuite, la cavalerie lourde française charge et parvient pour la première fois depuis la défaite d’Azincourt à obtenir un franc succès.
 
La victoire de Patay fait suite aux combats victorieux de Jargeau, Meung et Beaugency du 12 au 16 juin, et clôt une campagne éclaire au cours de laquelle Jeanne d’Arc a repris l’initiative (souvent contre l’avis de ses grands subordonnés). Elle ouvre les ponts de la Loire et la route de Reims. Désormais plus rien ne peut arrêter Jeanne d’Arc jusqu’à son but politique : faire sacrer le Roi. Les Anglais qui s’étaient retirés en bon ordre d’Orléans quelque semaines plus tôt et qui avaient gardé toute leur force combattive, sont démoralisés et incapables de l’arrêter.
 
18 juin 1635 : la Martinique devient française (Mer des Caraïbes).
Venant de Saint Christophe, les deux colons français Jean du Plessis d’Ossonville et Lienard de l’Olive prennent possession de l’île au nom du roi de France. Celle-ci, bien que découverte en 1493 par les Espagnols n’est pas encore colonisée et est peuplée par les Caraïbes. Un mois plus tard, d’Esnambuc envoie 100 hommes affermir la prise de possession.
 
18 juin 1694 : débarquement anglais repoussé (Camaret – Bretagne).
Louis XIV, informé par son service de renseignement que les Anglais préparent un débarquement en Bretagne pour profiter du départ de la flotte française vers la Méditerranée, dépêche en urgence le lieutenant-général Vauban et le nomme commandant militaire de Brest (de tout le littoral breton en fait) car ce dernier a inspecté quelque temps auparavant l’ensemble de la côte Atlantique et de la Manche et en connait les forces et faiblesses. Il a si bien mis en alerte les habitants côtiers que ceux-ci repoussent facilement et sans pertes importantes le corps expéditionnaire du contre-amiral Osborn. Ce dernier perd 800 des 1200 hommes qu’il tente de débarquer, y compris le général Tollemash commandant l’assaut. La plage de Camaret est rebaptisée Trez Rouz (plage rouge) en raison du sang versé.
Cette victoire française est d’autant plus significative qu’elle est obtenue par seulement deux compagnies franches renforcées dans la nuit par une compagnie des milices provinciales de Guyenne. Il faut aussi souligner l’importance de la tour de Camaret que Vauban avait préalablement fait fortifiée et armée pour défendre la plage, envisageant un débarquement possible à cet endroit.
 
18 juin 1812 : les États-Unis déclarent la guerre à la Grande-Bretagne.
Le président des États-Unis James Madison déclare la guerre à la Grande-Bretagne au nom de la défense du principe de liberté des mers, car la marine anglaise, sous prétexte de combattre l'Empire napoléonien, entrave le commerce américain. C'est la première fois que le Congrès américain vote une déclaration de guerre. Les combats auront lieu sur la mer et les Grands Lacs. La paix sera signée en décembre 1814.
 
18 juin 1815 : défaite de Waterloo (Belgique).
Napoléon Ier, revenu de son exil sur l'île d'Elbe depuis moins de 100 jours, doit affronter la septième coalition. Il choisit d'attaquer les Anglais (Wellington) avant qu'ils ne se regroupent avec les Prussiens (Blücher) mais se heurte à une forte résistance. Le combat est indécis jusqu'à l'arrivée des Prussiens qui débandent l'armée française. Erreurs (de Ney et Napoléon), retards (Grouchy qui s’entête à Wavre) et trahisons (de Bourmont) alliés à la belle combativité des alliés, expliquent la défaite française. C'est la fin. Quatre jours plus tard, l'empereur abdique.  À noter aussi l’action d’éclat d’un autre général français, Cambrone, lui aussi entouré d’anglais, qui n’a pas fait de discours et se serait contenté d’un seul mot !
 
18 juin 1855 : échec du premier assaut de Malakof (Crimée).
 
18 juin 1917 : décret créant la DGGSM.
La direction générale de la guerre sous-marine placée sous l’autorité du contre-amiral Merveilleux du Vignaux est créée pour faire pièce à la menace allemande.
 
18 juin 1940 : appel radiophonique du général de Gaulle (Londres).
C’est le premier discours prononcé par le général de Gaulle à la BBC depuis Londres dans lequel il appelle à ne pas cesser le combat contre l’Allemagne nazie. Ce discours – très peu entendu sur le moment mais publié dans la presse française le lendemain et diffusé par des radios étrangères – est considéré comme le texte fondateur de la Résistance française, dont il demeure le symbole.
 
18 juin 1940 : évacuation des réserves d'or de la Banque de France (Brest).
 
Face à l’avance allemande inexorable, les réserves d’or de la banque de France sont transférées par train à Brest (mi- mai 1940), comme en 1870 d’ailleurs. Ces près de 2000 tonnes d’or (dont 170 de la Banque de Belgique) sont finalement chargées à bord de la première division de croiseurs auxiliaires commandée par le contre-amiral Cadart, lorsqu’il devient évident que les Allemands ne peuvent plus être contenus. Une partie de cet or est déjà en route pour Halifax (Canada) depuis quelques jours. L’autre partie ne quitte Brest que quelques heures avant l’arrivée des troupes allemandes et se dirige vers Dakar. Le trésor connait tout au long de la guerre un périple intéressant, excitant les convoitises les plus diverses.
 
18 juin 1953 : décès de l’As des as (Paris).
Le lieutenant-colonel René Fonck, caporal au début de la Première Guerre mondiale, la termine lieutenant et totalise 75 victoires aériennes homologuées (sans compter 52 victoires probables). Il est l’As des as français de la guerre aérienne.
 
18 juin 1964 : Tabarly remporte la transat
L’enseigne de vaisseau Eric Tabarly remporte la transat en solitaire Plymouth-Newport à bord de Pen Duick II.
 
18 juin 2010 : décès du général Bigeard (Toul).
Marcel Bigeard a débuté dans l’armée comme soldat de 2e classe en 1936 et a terminé son parcours comme général de corps d’armée (1974) puis secrétaire d’État à la Défense (1975-1976. Véritable légende militaire dès son vivant, il est l’une des figures les plus illustres des parachutistes, ayant été de presque tous les combats de son époque (Campagne de France, Résistance, Indochine, Algérie). Ses cendres reposent à Fréjus au Mémorial des guerres en Indochine.

Quand Lartéguy publie en 1960 Les Centurions, c’est un hommage, de son vivant, à Bigeard.


                        

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Lun 18 Juin - 09:42:25 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*

_  Ephéméride du 18 juin




18 juin 1815 : Bataille de Waterloo.

18 juin 1914 : Le cycliste suisse Osca Egg établit un record du monde l'heure au vélodrome de Buffalo à Paris, en parcourant 44,247 km.

18 juin 1937 : Mort de Gaston Doumergue, ancien président de la République française.

18 juin 1940 : Des studios de la BBC, le général de Gaulle lance l'appel à la résistance. Il sera condamné à mort par contumance le 2 août pour graves préjudices à la France.

18 juin 1942 : Naissance de Paul Mc Cartney, ex-membre des "Beatles".

18 juin 1953 : Le général Neguib proclame la république en Egypte.

18 juin 1967 : Naissance du Norvégien Bjoern Dashlie, champion de ski de fond.

18 juin 2007 : selon Le Figaro, si la parité hommes-femmes commence à influer sur la composition de l’Assemblée Nationale, la diversité, elle, attendra. 107 femmes sur 577 députés contre seulement 76 en 2002. La nouvelle Assemblée Nationale est la plus féminisée jamais élue. La France compte désormais 18,54% de femmes députés, soit une progression de plus de 5% en cinq ans. En récompense de cette féminisation du Palais-Bourbon, la France passe du 86e au 58e rang mondial des pays représentés par des femmes au sein de leur parlement, entre le Venezuela et le Nicaragua, selon l’Union interparlementaire, une organisation basée à Genève. Par la même occasion, la France dépasse le taux moyen de représentation au niveau mondial situé à 17,1%. Elle reste en revanche en-deçà du taux moyen en Europe qui est de 18,7%. Le record mondial est détenu par le Rwanda (48,8%), devant la Suède. Si la nouvelle Assemblée a entamé un rééquilibrage par rapport à la composition de la population française (51% de femmes, 49% d’hommes), la diversité devra encore attendre. Aucun candidat d’origine africaine ou maghrébine n’a été élu en métropole à l’issue du second tour dimanche. On compte 15 élus de couleur parmi les 22 députés désignés dans les territoires d’Outre-mer. Au sein des 555 députés de France métropolitaine, une seule exception : une avocate antillaise, George Pau-Langevin, élue à Paris.
“Nous regrettons que la diversité de la République ne puisse pas être représentée à l’Assemblée nationale à cause des partis politiques qui ne lui ont pas accordé toute l’importance voulue”, regrette le Conseil des démocrates musulmans de France (CDMF) qui regroupe des militants de toutes tendances politiques. En comparaison, la Grande-Bretagne compte 15 parlementaires issus des minorités sur 646, l’Allemagne quatre.
Un nombre record de candidats noirs et d’origine arabe s’était pourtant présenté aux élections législatives. Seule une poignée d’entre eux était en position éligible. Au soir du premier tour, un seul avait des chances réelles de l’emporter et de devenir le premier député d’origine immigrée à siéger en France. Salem Kacet, de parents algériens et arrivé en France à l’âge de 8 ans, avait recueilli 36,62% des voix en se présentant sous les couleurs de l’UMP dans le Nord. Il a été largement battu par son adversaire socialiste malgré la venue de Rachida Dati et Jean-Louis Borloo pour le soutenir.

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Mar 19 Juin - 10:02:00 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*
_  Ephéméride du 19 juin



19 juin 1157 : bataille du gué de Jacob (Galilée).
Le roi Baudoin III vient de mettre en fuite l'armée de Nour ed-Din qui assiégeait la forteresse franque de Paneas. Sur le chemin du retour Baudoin bivouaque sans méfiance près du gué de Jacob et se fait surprendre par ceux-là même qu'il venait de chasser. En déroute, il ne lui faut cependant que quelques jours pour reconstituer son armée et reprendre Panéas. Le suivi de ce chassé-croisé entre la 2e et la 3e croisade est particulièrement bien rendu par René Grousset dans son Epopée des croisades.
 
19 juin 1800 : bataille de Höchstädt (Allemagne).
Le général Moreau franchit le Danube et bat les Autrichiens du général Kay.
 
19 juin 1864 : bataille navale américaine à Cherbourg.
Durant la guerre de Sécession, le CSS Alabama (sudiste) fait escale dans le port de Cherbourg pour des réparations. Depuis sa sortie des chantiers de Liverpool, il chasse les navires nordistes et en deux ans en a coulé 68. Cette guerre de course est livrée par les Confédérés à titre de représailles puisque leurs ports subissent un blocus draconien de la part des Nordistes. Insaisissable et craint, l’Alabama a créé une psychose dans la marine unioniste, aussi lorsque le consul américain en France apprend l'escale normande, il rend compte immédiatement. Le USS Kearsarge, dépêché en urgence se poste à la sortie du port. Averti par voie de presse, l'Alabama relève le défi et sort l’affronter. Il est envoyé par le fond devant un public assez nombreux venu assister au combat (Royal Navy, marine impériale, mais aussi beaucoup de civils dont le peintre impressionniste Edouard Manet).
Le site de la bataille navale fait partie des lieux officiels de mémoire de Guerre Civile américaine.
 
19 juin 1867 : exécution de l’archiduc Maximilien d’Autriche (Mexique).
Frère cadet de l’empereur François-Joseph d’Autriche, 32 ans.
 
19 Juin 1940 : évasion du cuirassé Jean Bart (Saint Nazaire).
En construction depuis 1936, le sister-ship du cuirassé Richelieu n'est toujours pas achevé lorsqu'éclate la guerre. 3500 ouvriers travaillent dès lors, nuits et jours sur ce 35 000 tonnes pour lui permettre de prendre la mer. Dans la nuit du 18 au 19 juin, le Jean Bart appareille et après une série de manœuvres extrêmement audacieuses et délicates, s'échappe sous le feu de la Luftwaffe. Il arrive le 22 à Casablanca. Cette belle évasion commémore curieusement, 252 ans plus tard et presque jour pour jour, celle du corsaire Jean Bart qui a donné son nom au cuirassé.
Héros de la Royale, Jean Bart est fait prisonnier, avec Forbin (autre corsaire célèbre) en Mai 1689 par les Anglais après un combat naval inégal en Manche. Il escortait un convoi marchand lorsqu’une escadre anglaise attaque. Pour protéger le convoi, Bart et Forbin se sacrifient et livrent combat. Battus, ils sont faits prisonniers. Quelques semaines plus tard (début juin), ils réussissent à s'échapper de la prison de Plymouth et traversent la Manche en canot. Ils sont acclamés à leur retour en France.
 
19 juin 1940 : combat des cadets de Saumur.
Le colonel Michon commandant l’école de cavalerie, réunit 2500 hommes (dont les élèves officiers des écoles de cavalerie et du train et un bataillon de 350 hommes de l’école d’infanterie de Saint Maixent) issus de différentes unités) et organise la défense de 5 ponts sur la Loire. Avec peu de moyens, il arrête la progression de 40 000 Allemands pourtant appuyés par la Luftwaffe pendant près de 48 heures. Le général Kurt Feldt, commandant la seule division de cavalerie (1KD) de toute l'armée allemande, favorablement impressionné par le courage et l’efficacité de cette poignée de soldats, leur rend les honneurs militaires à l’issue des combats.
 
19 juin 1953 : exécution des Rosenberg (prison de Sing Sing– New York).
Les époux Julius et Ethel Rosenberg sont exécutés sur la chaise électrique après avoir été condamnés à mort pour espionnage en mars 1951. Au cours des années 1990, l’ouverture  d’archives autant américaines que soviétiques a confirmé la culpabilité de ces deux agents travaillant pour le KGB dans la chasse aux renseignements sur l’arme atomique. La désinformation soviétique était parvenue à les faire passer pour innocents aux yeux du grand public pendant des décennies.
 
19 juin 1974 : dissuasion nucléaire française et OTAN.
L’Alliance Atlantique reconnait lors de la déclaration d’Ottawa l’apport de la dissuasion nucléaire française à la stratégie globale de l’Alliance.

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Mar 19 Juin - 10:04:42 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*

_  Ephéméride du 19 juin


19 juin 1790 : Abolition de la noblesse et des titres héréditaires.

19 juin 1885 : La France donne aux Etats-Unis la statue de la Liberté, de Bartholdi.

19 juin 1953 : Exécution de Julius et Ethel Rosenberg.

19 juin 1956 : Exécution à Alger des premiers membres du FLN condamnés à mort.

19 juin 1963 : La soviétique Valentina Terechkova est la première femme dans l'espace.

19 juin 1964 : Eric Tabarly à la barre de son ketch "PenDuick II", arrive vainqueur à Newport de la 2ème Transat en solitaire.

19 juin 1965 : Algérie : Ben Bella est renversé par Boumediene.

19 juin 1971 : Jean-Paul Sartre est inculpé de diffamation contre la police.

19 juin 1986 : Coluche se tue à moto sur une petite route, près de Grasse.

19 juin 1994 - Mort du philosophe catholique belge Marcel de Corte, ancien professeur à l'Université de Liège et collaborateur de la revue Itinéraires.

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Mer 20 Juin - 06:45:21 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*
_  Ephéméride du 20 juin


20 juin 1789 : Serment du Jeu de paume. La salle des Menus Plaisirs est close par la volonté du roi Louis XVI qui ne veut pas que les ordres se réunissent. Le docteur Guillotin propose que l’on se retrouve dans la salle du Jeu de paume. Là, Mounier demande aux députés de prêter serment. Target rédige un texte et Bailly, debout sur une table, propose aux députés “ de ne jamais se séparer et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeront jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie ”.

20 juin 1791 : Fuite de Louis XVI et arrestation à Varennes.

20 juin 1792 : “ Journée révolutionnaire ” des sans-culottes. Sous prétexte de fêter l’anniversaire du serment du Jeu de paume qui a été prêté trois ans plus tôt, des sans-culottes envahissent les Tuileries et contraignent Louis XVI à coiffer le bonnet phrygien, signe de la liberté qui est celle d’un esclave affranchi, et à boire à la santé de la nation.

20 juin 1819 : Naissance du compositeur Jacques Offenbach.

20 juin 1880 : Mort du compositeur Jacques Offenbach.

20 juin 1903 : Même les papes trépassent : Léon XIII meurt à 93 ans.

20 juin 1907 : Record du monde de l'heure (41,520km) pour le cycliste français Marcel Berthet au vélodrome Buffalo à Paris.

20 juin 1953 - Le théoricien socialiste belge Henri de Man trouve la mort sans un accident d'automobile.

20 juin 1973 : Juan Peron revient en Argentine après 18 ans d'exil.

20 juin 1981 : Emeutes à Casablanca à la suite d'une grève générale.

20 juin 1986 : Libération des otages français au Liban, Georges Hansen et Philippe Rochot.

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Mer 20 Juin - 06:51:49 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*

_  Ephéméride du 20 juin




20 juin 451 : bataille des Champs Catalauniques (près de Troyes).
Le roi des Huns, Attila, est surnommé à l'époque le « fléau de Dieu ».
Ravageant tout sur son passage, sa réputation le précède et lui ouvre les villes terrorisées. Après avoir rasé la ville de Metz (4 avril 451), il évite cependant Lutèce (Paris) grâce à Sainte Geneviève puis Aureliani (Orléans) et décide d'affronter l'armée romaine commandée par le général Aetius qui s'est mise à sa poursuite. Les Romains sont minoritaires dans l'armée levée puisque l'on compte des Alains, Francs, Germains et Wisigoths. Dans l'autre camp, Attila s'est quant à lui allié aux Ostrogoths et Gépides. La tradition veut que le combat soit titanesque entre les troupes du « fléau de Dieu » et l'Empire romain. La Gaule est sauvée mais la défaite d'Attila n'est pas complète puisqu'avant de se replier vers le Danube, il passe près de Rome et commet d’autres massacres. La victoire n’est romaine qu’en apparence : Elle est surtout le fait des peuples barbares alliés à Rome et fait prendre conscience à tous de la puissance que ces alliés ont acquise dans l’Empire faiblissant. Lire l’ouvrage de Fabrice Delaitre, Les champs catalauniques – 1er et 2 septembre 451.

20 juin 1783 : bataille de Gondelour (côte indienne face au Sri Lanka).
Suffren bat les Britanniques sur mer et permet la victoire à terre pendant la guerre d'indépendance américaine.

20 juin 1907 : mutinerie du 17e Régiment d'infanterie (Agde).
Dans un contexte de mévente du vin, les vignerons du Midi se révoltent, excédés par la commercialisation du « Vin de Sucre » à base de raisins secs turcs ainsi que par les importations de vin d'Algérie.
La répression des manifestations des 19 et 20 juin à Narbonne fait 6 victimes. Les soldats du 17e RI, basé à Agde, se mutinent et rejoignent les manifestants de Béziers (à 25 km) avec lesquels ils ont tous un lien de parenté. Le gouvernement Clemenceau prend alors des mesures d'apaisement, cédant à de nombreuses demandes des vignerons et promet l'indulgence aux mutins qui rejoignent leurs quartiers. Les vignerons ont obtenu l'interdiction du « Vin de Sucre » et une série de mesures contre la fraude dont certaines sont toujours en vigueur.
Le 17e RI est envoyé à Gafsa dans le sud tunisien.
À partir de cette mutinerie, les conscrits sont envoyés loin de leur région d'origine.
Cette journée restera longtemps dans les mémoires grâce à la chanson « Gloire au 17e »du chansonnier Montéhus.

20 juin 1943 : opération BELLICOSE.
Les Britanniques mettent au point le premier bombardement stratégique multiple de la guerre.
60 Avro Lancaster décollent de Grande Bretagne et bombardent les usines métallurgiques de Friedrichshafen (Allemagne) où les V2 sont construits, puis se posent en Algérie où ils font le plein en carburant et munitions.
Trois jours plus tard, les 52 bombardiers restés opérationnels repartent vers la Grande Bretagne en bombardant au passage la base navale de la Spezia (Italie).

20 juin 1945 : le Régiment de chasse Normandie-Niemen rentre en France (le Bourget).
Une foule nombreuse accueille les pilotes du Normandie-Niemen rentrés avec leurs 37 Yak-3, offerts par Joseph Staline.
Unité créée en 1942 sous le nom de groupe de chasse n°3 Normandie, ce n’est que le 21 juillet 1944 qu’il prend l’appellation de Régiment de chasse Normandie-Niemen.
Ses pilotes sont crédités de 273 victoires plus 73 probables pour 38 pilotes morts ou disparus au combat, 7 en service commandé et 3 prisonniers.
Aujourd’hui stationné sur la BA 118 de Mont-de-Marsan, l’escadron de chasse 2/30 vole sur Rafale.

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Jeu 21 Juin - 09:03:45 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 37 402
Localisation: Paris




*
_  Ephéméride du 21 juin



21 juin 217 (avant Jésus-Christ) : bataille de Trasimène - 2e guerre punique (Italie). Hannibal, commandant les armées de Carthage, ennemie de Rome, a franchi, deux ans auparavant, les Alpes en provenance d’Espagne. Il a enchaîné les victoires sur les légions romaines et progresse à présent vers Rome, entraînant ses adversaires à sa poursuite. Il organise aux abords du lac Trasimène probablement la plus grande embuscade de l’histoire militaire où, avec ses 40 000 combattants il piège les 40 000 hommes du consul Flaminius. Obnubilé par la poursuite d’Hannibal, Flaminius ne s’est  en effet pas rendu compte que sa « fuite » n’était qu’un leurre d’une fraction des forces d’Hannibal, destiné à l’entraîner dans une nasse mortelle. Le gros des troupes est caché en embuscade sur les hauteurs dominant le chemin en bord du lac Trasimène sur près de 5 km. Seuls 6 000 romains parviendront à échapper au massacre.
 
21 juin 1627 : exécution des duellistes. En application de l’ordre royal du 6 février 1626, Richelieu fait exécuter deux nobles (François de Montmorency-Boutteville et François de Rosmadec ) ayant contrevenu à l’interdiction de se battre en duel.
Pour mémoire, le comte de Montmorency-Bouteville est le père du futur maréchal-duc de Luxembourg, François-Henri de Montmorency-Luxembourg (1628-1695), l’un des quatre grands généraux de Louis XIV (après le Grand Condé et Turenne et avec Villars), surnommé le « tapissier de Notre-Dame » en raison de ses très nombreuses et éclatantes victoires lors de la Guerre de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697). Il a notamment remporté celles de Fleurus (1er juillet 1690), Leuze (18 septembre 1691), Steinkerque (3 août 1692) et Neerwinden (29 juillet 1693). Il meurt au faîte de sa gloire militaire en 1695. Apparenté à Condé, il combat sous ses ordres à Rocroi en 1643, puis le suit dans la Fronde à partir de 1650. Il ne revient en grâce auprès du roi qu’à l’occasion de la Guerre de Hollande (1672-1678), où il commande notamment le corps d’occupation déployé à Utrecht. Mêlé à l’ « affaire des poisons » à compter de 1679, il est à nouveau disgracié et ce n’est que la pénurie de généraux compétents et ses puissants appuis familiaux qui amènent à sa nomination à la tête de la principale armée royale à partir de 1690 jusqu’à sa mort.
Lire la très belle biographie de Bertrand Fonck : Le maréchal de Luxembourg et le commandement des armées sous Louis XIV.
 
21 juin 1813 : bataille de Vitoria (Espagne). Depuis le début de la campagne de Russie, l’Empereur prélève régulièrement des troupes sur le théâtre espagnol qui n’est pourtant pas brillant et va finir par imploser. Joseph Bonaparte, roi d’Espagne par la volonté de son frère, se replie vers la frontière française ne pouvant plus tenir Madrid. Ses 57 000 hommes sont battus par 78 000 Britanniques, Espagnols et Portugais. Cette défaite  de Vitoria conclue la désastreuse guerre d'Espagne. Abandonnant leur butin aux anglais, qui du coup stoppent leur poursuite, les Français parviennent à se replier mais en perdant 7500 hommes. Pour l’anecdote, la Bataille de Vitoria est aussi le plus grand succès de Beethoven de son vivant (mais pas le meilleur selon les spécialistes de l’art). Cette œuvre, intitulée aussi la Victoire de Wellington a été donnée en plein air à Vienne, par deux orchestres symphoniques, accompagnés des tirs de canons et de fusils (à blanc bien entendu), Beethoven dirigeant le tout.
 
21 juin 1919 : sabordage de la flotte allemande (Scapa Flow – Ecosse). En application des clauses d’armistice, la flotte allemande a été contrainte de mouiller dans la rade naturelle des îles Orcades. Pour ne pas être saisie par les Britanniques, l’amiral von Reuter lui donne l’ordre de se saborder.

21 juin 1940 : combats du Chaberton (Campagne de France, front des Alpes). L'Italie, qui a déclaré la guerre à la France le 10 juin (alors que les Allemands sont aux portes de Paris), ne parvient pas à percer le dispositif français valorisé par des ouvrages de type Maginot. L'artillerie de montagne française réduit au silence par plusieurs coups au but le fort du Chaberton, construit à grand frais pour contrôler le col du Montgenèvre. Au même moment, les négociations de Rethondes commencent en forêt de Compiègne.
 
21 juin 1940 : dernière défense de Lorient. Le vice-amiral d’escadre de Penfentenyo, préfet maritime de Lorient, défend le port durant toute la journée (il prend lui-même les armes) puis fait détruire tout ce qui pourrait être utile à l’ennemi avant de se rendre.

21 juin 1942 : l'Afrikakorps reprend Tobrouk (Libye). 30 000 soldats du général Wavel se rendent à Rommel qui est fait maréchal. Auchinleck, commandant du théâtre, prend personnellement le commandement de la 8e armée du général Neil Ritchie après la défaite de Tobrouk-Gazala.
 
21 juin 1943 : arrestation de Jean Moulin (Lyon).  Arrêté à Caluire par la Gestapo, le président du Comité National de la Résistance (CNR) est torturé par Klaus Barbie. Il décède le 8 juillet, en gare de Metz, dans le train qui le transfère vers un camp allemand.
 
21 juin 2006 : décès du général d’armée Michel Poulet. Saint-Cyrien, légionnaire parachutiste, le général Poulet est mort un soir de fête de la musique à 57 ans, des suites d’un cancer foudroyant. Commandant de compagnie lors de l’assaut de Kolwezi (1978), il commandera plus tard le 2e REP (régiment étranger de parachutistes).

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Chroniques culturelles 2018
MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:07:22 (2018)
Contenu Sponsorisé





Chroniques culturelles 2018
  Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Index du Forum » Le Salon courtois
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 35 sur 61  
Aller à la page: <  1, 2, 334, 35, 3659, 60, 61  >
  
  
 Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001-2004 phpBB Group
Designed for Trushkin.net | Themes Database
Traduction par : phpBB-fr.com