Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC :: Françoise Dorin
Connexion S’enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés FAQ Membres Rechercher Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Index du Forum
Bienvenue aux amis du Pays réel et de Radio Courtoisie, pour défendre l'identité française, sa culture, sa langue, son histoire, échanger des propos sur l'air du temps.
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Index du Forum » Forum du Pays Réel et de la Courtoisie » Les neuf muses...(chant, poésie, théâtre, arts) » Françoise Dorin
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet Sujet précédent :: Sujet suivant 
Françoise Dorin
MessagePosté le: Ven 12 Jan - 19:18:35 (2018) Répondre en citant
possum
Modérateur
Modérateur

Hors ligne
Inscrit le: 30 Juil 2007
Messages: 24 489
Localisation: Dans le Sud, bien sûr !




Plus triste pour moi que les disparitions de Johnny, Gall et tutti quanti.

Françoise Dorin, partie à 90 ans, était bourrée d'humour et de talent.

RIP

_________________
La rue appartient à celui qui y descend...

Publicité
MessagePosté le: Ven 12 Jan - 19:18:35 (2018)
Publicité




PublicitéSupprimer les publicités ?

Françoise Dorin
MessagePosté le: Ven 12 Jan - 19:46:36 (2018) Répondre en citant
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

En ligne
Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 35 669
Localisation: Paris




*
_ Oui, encore une disparition qui nous touche...
   https://fr.wikipedia.org/wiki/Françoise_Dorin


                          http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2018/01/12/disparition-de-la-rom…
                        


   R.I.P.

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visiter le site web du posteur

Françoise Dorin
MessagePosté le: Ven 12 Jan - 20:09:06 (2018) Répondre en citant
kikou
Utilisateur courtois

Hors ligne
Inscrit le: 06 Mai 2013
Messages: 3 042
Localisation: sud de france




J'ai lu pas mal de ses livres, je n'adhère pas à cent pour cent...

Françoise Dorin
MessagePosté le: Ven 12 Jan - 20:36:10 (2018) Répondre en citant
Lycaon75
Utilisateur courtois

Hors ligne
Inscrit le: 10 Juin 2015
Messages: 5 356
Localisation: Paris et Sud IDF




L'hécatombe continue ..
RIP je ne me souviens pas trop de cette dame

_________________
Preservons la faune et la flore

Françoise Dorin
MessagePosté le: Lun 15 Jan - 15:48:33 (2018) Répondre en citant
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Hors ligne
Inscrit le: 26 Juil 2007
Messages: 40 242
Localisation: Au pays des cigales




Citation:
† Françoise Dorin

Françoise Dorin, morte le 12 janvier à l’hôpital de Courbevoie à dix jours de ses 90 ans, était à sa manière une « enfant de la balle ». Fille du chansonnier René Dorin, elle collabora trois ans avec lui au Théâtre des Deux-Anes, en même temps qu’elle faisait ses débuts de comédienne. De l’acteur Jean Poiret, elle eut une fille, Sylvie, qui fut aussi comédienne (Sylvie Poirier).

Mais elle-même fut davantage écrivain, à mi-chemin de Marcel Achard et de Nicole de Buron : 20 comédies, 30 romans. Parmi ses titres les plus connus : Va voir maman, papa travaille ! (1976), Les Jupes-culottes (1984), Les Julottes (2000)… ; au théâtre : La Facture (1968, mise en scène par Jacques Charon), Le Tube (1974, par François Périer), L’Intoxe (1984, par J.-L. Cochet)… Elle a écrit aussi beaucoup de chansons : Que c’est triste Venise pour Aznavour, La Danse de Zorba (version française) pour Dalida, N’avoue jamais pour Guy Mardel, etc. etc.

Au fond, elle aurait mérité largement de figurer à l’Académie française, entre André Roussin et Jean-Loup Dabadie. Elle y aurait apporté quelques éclats de rire, et cette « réac » aurait sûrement bousculé les entrechats de Jean d’Ormesson et Bertrand Poirot-Delpech… A Jean Piat, de la Comédie-française, qui fut son dernier compagnon (pendant quarante-trois ans), toute l’équipe de Présent adresse ses condoléances bien sincères : pour la première fois, Françoise ne nous fait pas rire.

François Franc



Source : Présent

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Françoise Dorin
MessagePosté le: Mer 17 Jan - 18:09:23 (2018) Répondre en citant
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Hors ligne
Inscrit le: 26 Juil 2007
Messages: 40 242
Localisation: Au pays des cigales




Citation:
On lui doit de grands titres du répertoire de la chanson française de Que c'est triste Venise à N'avoue jamais. Elle s'est illustrée aussi par ses nombreux romans et ses pièces placées sous le signe de la comédie. Née le 23 janvier 1928 à Paris, François Dorin s'est éteinte ce vendredi 12 janvier, à quelques jours de son 90e anniversaire.

Il y a quelques années, souffrante, elle s'était retirée. On n'entendait plus son rire frais, sa voix bien timbrée au débit rapide et clair. Une belle femme, élégante, silhouette déliée et sportive, visage architecturé, regard ferme. Elle en imposait, Françoise Dorin. On ne l'oubliait pas. On demandait des nouvelles à Jean Piat, qui fut son compagnon, son complice préféré plus de quarante-cinq ans durant et à qui l'on pense, bien sûr, à l'heure de saluer sa camarade de planches et de rire. Avant sa longue histoire d'amour avec le brillantissime comédien, lui aussi écrivain, elle avait épousé Jean Poiret. Leur fille Sylvie, les petits-enfants, faisaient sa joie.

Françoise Dorin était une enfant de la balle. Son père, le célèbre chansonnier René Dorin faisait se gondoler toute la France. Après s'être formée comme comédienne avec les garçons de sa génération, Roger Hanin, Michel Piccoli, elle avait travaillé avec son père aux Deux-Ânes. Pas de meilleure école pour apprendre à écrire et à jouer, pour apprendre à être libre.

Et libre, Françoise Dorin l'aura toujours été. Elle n'aimait ni la bêtise, ni la tiédeur. Avec ses copines, Perrette Souplex et Suzanne Gabriello, dont les pères étaient également chansonnier, elle avait créé l'épatant trio Les Filles à Papa. Elles étaient jeunes, insolentes, pleines d'imagination. Irrésistibles.
Chanson et théâtre

Est-ce Suzanne, dont Brel était fou amoureux, qui la conduisit peu à peu vers la chanson? On voudrait le croire car Françoise Dorin a signé quelques-unes des plus belles pages de la grande chanson française à partir des années 1960: Que c'est triste Venise pour Charles Aznavour, N'avoue jamais pour Guy Mardel. Tous les interprètes d'alors, de Régine à Claude Françoise, de Dalida à Mireille Mathieu, Juliette Gréco, Line Renaud, Patachou ont chanté ses textes. Une activité à laquelle elle n'avait jamais renoncé, écrivant pour Céline Dion jusqu'à l'orée des années 2000. Mais dès 1967, la caustique et joyeuse, la sensible et sentimentale Françoise Dorin s'était mise à composer des pièces de théâtres. Des comédies. Très drôles. Des divertissements dans lesquels son sens de la satire faisait merveille. À chaque fois, ce furent de grands succès, portés par des comédiens formidables, dont Jean Piat, évidemment.

Pour sa première, Comme au théâtre, celle qui était aussi animatrice à la télévision, avait pris un pseudo masculin! Mais elle jeta vite le masque: de La Facture en 1968 à Vous avez quel âge? en 2010, en passant par Un sale égoïste,Le Tournant, Le Tube, L'Âge en question, Le Retour en Touraine, ce sont une vingtaine de comédies douces-amères mises en scène et interprétées par la crème du théâtre.
Une indépendante

Ah! Elle ne se prend pas pour Pinter. Elle veut que l'on rie aux larmes. Elle a gardé son sens du cabaret. Dans ses pièces, comme dans tous ses romans, Françoise Dorin fustige les snobismes, les fausses valeurs. Elle n'est pas de gauche: les beaux esprits la traitent de «réac». Elle s'en amuse. Le public, lui, la plébiscite, il adore ses pièces, il aime cette femme à part, indépendante et enjouée, qui agit, travaille sans cesse. Car l'un des secrets de Françoise Dorin, au-delà d'une culture profonde, d'un grand amour de la littérature, d'une curiosité inextinguible pour les autres, c'est bien le travail. Jamais complètement satisfaite, toujours se remettant en question.

Dans ses romans, on devine cette inquiétude, ces doutes. Même si elle assène sans complexe des vérités premières, même si elle mitonne ses livres comme une cuisinière scrupuleuse, même si elle ne craint pas les excès du cœur, même si elle avoue vouloir plaire, on devine, au-delà des jolies histoires qu'elle conte - et qu'elle reprend parfois pour ses comédies - quelque chose d'une sourde mélancolie. Les titres sont plaisants. Les Lits à une place, Les Miroirs truqués, Les Corbeaux et les Renardes, Les Cahiers tango, Les Vendanges tardives, Le Cœur à deux places, En avant toutes! et, enfin,Les lettres que je n'ai pas envoyées.

Dans ses pièces et ses romans, comme dans la vie, elle pouvait passer d'un ton très heureux à une humeur sombre. Une femme qui aura préservé sa part secrète, une femme pudique que nous n'oublierons pas.

Armelle Héliot



Source : le bigarreau

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Françoise Dorin
MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:29:19 (2018)
Contenu Sponsorisé





Françoise Dorin
  Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Index du Forum » Les neuf muses...(chant, poésie, théâtre, arts)
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures  
Page 1 sur 1  

  
  
 Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001-2004 phpBB Group
Designed for Trushkin.net | Themes Database
Traduction par : phpBB-fr.com