Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC :: Colette
Log in Register Vous avez de nouveaux messages " href="privmsg.php?folder=inbox" class="mainmenu" onmouseover="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files2/b/t/btn_pm_on-36d66.gif'); return true;" onmouseout="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files9/b/t/btn_pm-36de9.gif'); return true;">Log in to check your private messages FAQ Memberlist Search Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index
Bienvenue aux amis du Pays réel et de Radio Courtoisie, pour défendre l'identité française, sa culture, sa langue, son histoire, échanger des propos sur l'air du temps.
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » Forum du Pays Réel et de la Courtoisie » Les neuf muses...(chant, poésie, théâtre, arts) » Colette
Post new topic  Reply to topic Previous topic :: Next topic 
Colette
PostPosted: Thu 24 Jan - 20:52:25 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
La sagesse de Colette

Lit-on encore Colette ? Le film qui vient de lui être consacré donnera peut-être au moins envie à certains de redécouvrir cette magicienne de l’écriture.

Quel éblouissement, lorsque, adolescent – à l’âge où l’on découvre des écrivains avec ferveur et où l’on sait que leur commerce nous accompagnera toute notre vie –, on s’aperçoit que deux êtres que l’on a placés dans son panthéon personnel se sont connus et appréciés ! Ce fut mon cas pour Colette (1873-1954) et Robert Brasillach, le jeune critique parlant avec chaleur de l’écrivain au faîte de sa gloire. Leur commune fascination pour la jeunesse, l’amour de la langue française et le goût du théâtre qu’ils partageaient, ne pouvaient que les rapprocher. Brasillach évoque « un de ces écrivains d’aujourd’hui qui nous sont le plus chers » (Les Quatre Jeudis). Comme il rend bien la nature du génie de Colette lorsqu’il évoque la plage comme clé de lecture de son œuvre ! Colette, ou le « pur plaisir d’exister ». Les odeurs, les sons, les saisons, les bêtes, le premier feu, les courses dans la forêt alors que le jour se lève, la crevette que l’on observe dans le trou d’eau laissé par la mer dans les rochers : on pense aux lettres échangées par l’auteur des Dialogues de bêtes avec Mathurin Méheut, superbement illustrées par le dessinateur breton dans un volume intitulé Regarde, titre qui reprend le seul principe de Sido, la mère de Colette.

Plus amorale qu’immorale

On comprend la réticence de certains parents à mettre dans les mains de leurs enfants des ouvrages de Colette. Car elle ne respecte aucune morale. « Pour elle, vraiment, la nature fut le réservoir des forces, et prit la place de Dieu », explique Brasillach (« Colette ou la sagesse de Sido », dans Portraits). En réalité, elle est plus amorale qu’immorale. « Toute morale est par elle découragée. A-t-elle jamais su ce qu’était une morale ? » Elle apparaît comme une païenne avant la Révélation, il faut la lire comme on lit Virgile. Il est incongru de parler, comme il est fait dans la notice Wikipédia à propos de ses obsèques nationales – hommage rare pour un écrivain – en 1954, d’un « ultime pied de nez à la France bourgeoise et catholique », comme si cela correspondait à un « combat » qu’aurait mené Colette. Car, comme le souligne fort bien Brasillach, « elle n’a jamais voulu faire de son acte une règle pour l’univers ».

Ce n’est donc pas pour la « récupérer » que nous rappelons qu’elle a signé la pétition pour Robert Brasillach, sur l’insistance de Cocteau, son voisin du Palais-Royal ; Brasillach qu’elle avait remercié par une belle lettre, reproduite dans les œuvres complètes aux éditions du Club de l’honnête homme, pour les pages qu’il lui avait consacrées, parmi les études qui « regardaient » – « n’est-ce pas le vrai mot ? », remarquait-elle avec justesse – Maurras, Morand, Anna de Noailles. Brasillach qui avait si bien su la « regarder ».

L’enfance et la vieillesse

Les œuvres les plus attachantes sont celles de Colette de l’enfance et de Colette de la vieillesse, qui ne renie rien de sa vie passée mais l’abandonne, et accepte cette vieillesse qui lui faisait si peur, bonheur et malheur mêlés, car « le bonheur seul, ce n’est pas la peine ». Ce qui nous touche alors chez cet écrivain qui ose appeler ce nouvel âge de la vie « la naissance du jour » est son sentiment d’appartenir à un pays, à une famille, de leur devoir son identité, d’accepter le souvenir des morts « qui sont comme les vivants ».

Colette, par son style, est si profondément française que l’on se demande même comment on peut oser la traduire dans une autre langue, comme pour La Fontaine. Il est intéressant, à ce propos, de noter les conseils qu’elle donnait à la jeune Germaine Beaumont, fille de l’une de ses amies devenue journaliste et romancière. Leur première rencontre dit beaucoup : sa mère lui ayant demandé de porter une lettre à Colette, la jeune fille est à l’avance très impressionnée par cette visite au « grand écrivain ». Or c’est dans sa cuisine que Colette la reçoit : « Fille d’Annie, tu tombes bien, lui dit-elle. Tu vas m’aider à finir d’éplucher des haricots verts. Je fais des conserves. » Mais Colette, « à qui je dois tout » écrira plus tard Germaine Beaumont, devine son talent, la pousse à écrire et sait lui enseigner l’art de « tuer dans l’œuf l’adjectif inutile » et « d’aller droit au but » dans la narration des faits.

On connaît le secret : ce style qui coule comme une source est aussi le fruit d’un travail acharné et d’une discipline de fer, récompensés par un immense succès et l’admiration de ses pairs. Citons Gide : « Il y a là bien plus que du don : une sorte de génie très particulièrement féminin et une grande intelligence », ou Montherlant : « Colette est, je crois, la seule personne à propos de qui j’ai parlé de génie. »

Anne Le Pape



Source : Présent

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Publicité
PostPosted: Thu 24 Jan - 20:52:25 (2019)
Publicité




PublicitéSupprimer les publicités ?

Colette
  Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » Les neuf muses...(chant, poésie, théâtre, arts)
All times are GMT + 2 Hours  
Page 1 of 1  

  
  
 Post new topic  Reply to topic  

Portal | Index | Forum hosting | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001-2004 phpBB Group
Designed for Trushkin.net | Themes Database