Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC :: Pèlerinages ici et là
Log in Register Vous avez de nouveaux messages " href="privmsg.php?folder=inbox" class="mainmenu" onmouseover="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files2/b/t/btn_pm_on-36d66.gif'); return true;" onmouseout="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files9/b/t/btn_pm-36de9.gif'); return true;">Log in to check your private messages FAQ Memberlist Search Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index
Bienvenue aux amis du Pays réel et de Radio Courtoisie, pour défendre l'identité française, sa culture, sa langue, son histoire, échanger des propos sur l'air du temps.
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » Forum du Pays Réel et de la Courtoisie » France, terre de chrétienté » Pèlerinages ici et là Goto page: 1, 2  >
Post new topic  Reply to topic Previous topic :: Next topic 
Pèlerinages ici et là
PostPosted: Fri 15 Feb - 11:49:07 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
Au Paraguay, un nouveau chemin de Compostelle ?

Le Paraguay, célèbre pour son carnaval, est l’un des plus beaux joyaux de l’Amérique du Sud. Mais outre ses parades costumées, la "perle du Sud" recèle d’autres trésors souvent ignorés des touristes. Le pays a donc décidé de lancer une toute nouvelle offre touristique articulée autour des vestiges laissés par les missionnaires jésuites du XVIIe et XVIIIe siècles… Bientôt un nouveau chemin spirituel à la manière de Compostelle ?

Des vestiges jésuites au Paraguay ? Pour comprendre leur présence dans un pays si loin de l’Europe, il faut remonter à la fin du XVIe siècle. À cette époque, les pères jésuites découvrent, à travers des récits de voyages, les tribus des Guaranis. Apôtres dans l’âme, ils rêvent d’apporter la foi à ces peuples amérindiens. Issus de plusieurs capitales européennes, les missionnaires de la Compagnie de Jésus voyagent jusqu’à Buenos Aires avant de rejoindre la ville d’Asuncio, capitale du Paraguay. Pendant plus d’un siècle et demi, ils vont mettre en place un État théocratique — où Dieu est souverain — sans équivalent dans l’Histoire. « L’État jésuite » recouvrait le Paraguay mais également le nord de l’Argentine, l’Uruguay et le sud-ouest du Brésil.

À travers ce système, les jésuites voulaient à la fois favoriser l’évangélisation mais aussi protéger les Amérindiens de la rapacité des colons et des marchands d’esclaves. Regroupés dans de grands villages fortifiés — les réductions — les Amérindiens vivaient dans une société à part qui fonctionnait selon un mode communautaire et démocratique. Presque 100.000 indiens guaranis ont habité dans ces missions jésuites. Soutenue à ses débuts par la Couronne espagnole et les papes, tels Urbain VIII et Benoît XIV, la mission au Paraguay se prolongea jusqu’en 1767 avant que les jésuites ne soient expulsés par le roi Charles III car il soupçonnait les jésuites de vouloir gérer un État à l’intérieur de l’État.

Des vestiges à exploiter

De cette riche et incroyable aventure missionnaire demeurent plusieurs vestiges, 30 villages guaranis, éparpillés sur le territoire, allant du Brésil, à l’Argentine en passant par la Bolivie et l’Uruguay. Pour relancer son tourisme, le pays a donc décidé de valoriser ce patrimoine trop méconnu de l’histoire amérindienne. « Nous voulons créer une route, un chemin des jésuites pour unir les trente villages, avec des pèlerinages, des marches, des évènements touristiques en s’inspirant des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle ou d’Ignacio de Loyola », en Espagne, a annoncé le porte-parole du secrétariat paraguayen au Tourisme, Benjamín Chamorro.

Parmi les plus beaux vestiges — sept au total classés à l’Unesco — on peut citer le village de San Ignacio Guasú au Paraguay où se dressent de grands murs ocres au milieu de la végétation luxuriante. En Argentine, San Ignacio Mini ou encore en Bolivie, La Chiquitania, font également partis des sites les mieux préservés. Grâce à leur proximité avec les célèbres chutes d’Iguazú, également inscrites au Patrimoine mondial de l’humanité, les villages missionnaires bénéficient d’une protection accrue depuis plusieurs décennies. Après l’abandon des missions par les jésuites, « le patrimoine a été dévasté, pillé, regrette le père Silverio Britos, résidant dans la capitale. Il a fallu l’arrivée de l’Unesco pour que ce joyau soit reconnu ». Fort de ce passé, les autorités paraguayennes espèrent que ce nouveau chemin culturel et spirituel, proposé aux touristes et aux locaux, pourra remettre en lumière cette épisode historique trop méconnu, « fusion authentique de l’indien guarani avec la culture européenne », a souligné Benjamin Chamorro.

Caroline Becker



Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Publicité
PostPosted: Fri 15 Feb - 11:49:07 (2019)
Publicité




PublicitéSupprimer les publicités ?

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Wed 5 Jun - 17:11:04 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
Les résultats de Mai 2019 à Santiago sont connus.

Avec 46 673 pèlerins ayant retiré la Compostela en Mai 2019,
ce nombre est de 15% supérieur à celui de mai 2018 (40 665 pèlerins).

Sur les 5 premiers mois de l’année la croissance totale est de +16%
par rapport aux 5 premiers mois 2018 (89 724 en 2019, 77 598 en 2018).

Les 5 premiers mois 2018 sont eux même de 10% supérieurs à ceux de 2017 (70 498 pèlerins).
Enfin ceux de 2017 sont supérieurs de 14% à ceux de 2016. Bref du toujours plus…


_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Fri 7 Jun - 17:30:23 (2019) Reply with quote
kikou
Utilisateur courtois

Offline
Joined: 06 May 2013
Posts: 3,487
Localisation: Sud de France




http://via-romana.fr/foi-chretienne/271-pelerinages-de-france-9782372710749…
Un livre et un site.
Je connais l'auteur. Il vient de publier un livre sur les messages de la Vierge, Publie ma gloire, si ma mémoire est bonne.

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Mon 10 Jun - 00:10:42 (2019) Reply with quote
TanNoni
Membre (modérateur du tchat)

Offline
Joined: 06 Sep 2007
Posts: 2,689
Localisation: Paris




kikou wrote:

http://via-romana.fr/foi-chretienne/271-pelerinages-de-france-9782372710749…
Un livre et un site.
Je connais l'auteur. Il vient de publier un livre sur les messages de la Vierge, Publie ma gloire, si ma mémoire est bonne.



Oui, je connais aussi !

Son livre "Publie ma gloire" est paru chez le même éditeur.


 

_________________
« En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. »
Chamfort (1740-1794)

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Mon 10 Jun - 12:51:42 (2019) Reply with quote
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Offline
Joined: 29 Jul 2007
Posts: 40,031
Localisation: Paris




*
_ Pèlerinage de Pentecôte 2019 : samedi 8 juin dans la Beauce et à Rambouillet

09 Juin, 2019
Provenance: fsspx.news




                        



Pendant trois jours, de Chartres à Paris, place Vauban, des milliers de pèlerins marchent et prient pour « vénérer Marie ; car c’est la volonté de Celui qui a
voulu que nous eussions tout par elle ». (Saint Bernard) Après 40 kilomètres parcourus dans les plaines de la Beauce le samedi 8 juin 2019, les pèlerins ont fait une halte pour la nuit à la lisière de la forêt de Rambouillet. 
Pour un reportage photographique complet, voir le site Pèlerinages de Tradition.


(Source : photos Pauline Lyard, Jean Lorber et Mayeul Perrin – FSSPX.Actualités du 09/06/19)


                         https://fsspx.news/fr/pelerinage-de-pentecote-2019-samedi-8-juin-dans-la-be…

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visit poster’s website

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Wed 12 Jun - 12:00:08 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales




Et d'autres marchent dans le sens Paris-Chartres... Plus nombreux je crois... Mais c'est tant mieux que tous prient et parcourent cet itinéraire !

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Fri 14 Jun - 20:42:05 (2019) Reply with quote
TanNoni
Membre (modérateur du tchat)

Offline
Joined: 06 Sep 2007
Posts: 2,689
Localisation: Paris




Bonne Maman wrote:

Et d'autres marchent dans le sens Paris-Chartres... Plus nombreux je crois... Mais c'est tant mieux que tous prient et parcourent cet itinéraire !


Oui, cette année, environ 15.000 dans le sens Paris-Chartres, et environ 7.000 dans le sens Chartres-Paris. Et c'est tant mieux s'il y a deux pélés, car la logistique serait bien compliquée s'ils marchaient tous dans le même sens !

Contrairement aux manifs, le nombre de marcheurs est incontestable, puisqu'il y a une inscription obligatoire, l'eau est fournie pendant les 3 jours, et les petites tentes et les places sous les tentes collectives sont faciles à compter. Seul le nombre de personnes présentes à la messe de clôture explose. Mais pas besoin de photos aériennes ni de caméras de surveillance d'une mairie ou d'une préfecture quelconque...

_________________
« En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. »
Chamfort (1740-1794)

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Mon 17 Jun - 10:06:17 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales





_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Fri 21 Jun - 20:22:16 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
Un Tour de France pour saint Michel

Le diocèse de Rennes propose cet été un singulier voyage de 3.000 km, une "Grande Boucle" reliant la plupart des sanctuaires de l’Hexagone dédiés à l’archange saint Michel.
C’est un pèlerinage aux airs de Tour de France que prépare le père Roger Blot, du diocèse de Rennes. Fin juillet, tandis que les coureurs cyclistes se mesureront dans des étapes de montagnes ou en contre-la-montre, lui et une quarantaine de pèlerins effectueront leur « Grande Boucle » en faisant étape par la plaine de la Beauce, la Bourgogne et le bordelais. L’itinéraire est bien balisé, parfaitement défini. Les ravitaillements sont déjà organisés. Mais ici, pas de course au maillot jaune ou à pois. C’est un tour de France spirituel dans les pas de saint Michel qui est proposé.

Passionné par le patrimoine, le père Roger Blot a sillonné la France pendant un an pour repérer parmi les sites classés au patrimoine mondial, les sanctuaires dédiés à Saint Michel. Sa boucle part de Rennes et passera par 34 sites différents. Les pèlerins pourront découvrir Chartres, Vézelay, Cluny, la Grande Chartreuse, la Sacra di San Michèle en Italie, Rocamadour, Saint-émilion. « Nous allons marcher sur les pas de l’archange, ou plutôt sur ses ailes ! » confie le père Blot à Aleteia, avant d’affirmer plus sérieusement, « Les anges sont les adorateurs de Dieu, ce sont les témoins de l’invisible, je veux leur rendre hommage ».

prêtre du diocèse de Rennes, responsable du patrimoine religieux d’art sacré espère faire découvrir ces sites extraordinaires à l’appui de ses connaissances et de sa passion pour l’architecture. En plus des nombreuses visites, le prêtre a prévu de célébrer la messe dans plusieurs lieux extraordinaires comme la chapelle Saint-Michel à Rocamadour : « En temps normal, elle n’est pas accessible au public, pourtant c’est le plus beau lieu du sanctuaire » affirme l’organisateur avec enthousiasme, bien décidé à « continuer à faire des tours de France ».



Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Fri 21 Jun - 20:29:07 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
L’épée de l’archange saint Michel : ces 7 sanctuaires unis par un fil invisible

Selon la légende, la ligne sacrée représente le coup d’épée que l'archange asséna au diable pour le renvoyer en enfer.

Une mystérieuse ligne imaginaire unit entre eux sept monastères, de l’Irlande jusqu’en Israël. Simple coïncidence ? Ces sanctuaires sont très éloignés les uns des autres, mais parfaitement alignés. La ligne sacrée de saint Michel archange serait, selon la légende, le coup d’épée que le saint asséna sur le diable pour le renvoyer en enfer.

Quoi qu’il en soit, le parfait alignement de ces sanctuaires est surprenant : les trois sites les plus importants – le Mont-Saint-Michel en France, l’abbaye Saint-Michel–de-la-Cluse et le sanctuaire du Mont-Gargan en Italie – sont équidistants. Un avertissement du saint afin que les lois de Dieu soient toujours respectées et que les fidèles restent sur le droit chemin. Par ailleurs, cette ligne sacrée s’aligne parfaitement avec le soleil levant du solstice d’été.

SKELLING MICHAEL
La ligne commence en Irlande, sur une île déserte, là où l’archange Michel serait apparu à saint Patrice pour l’aider à délivrer son pays du démon. C’est ici que se trouve le premier monastère, celui de Skelling Michael (« Le Rocher de l’archange Michel »).

SAINT MICHEAL’S MOUNT
La ligne se dirige ensuite vers le Sud et s’arrête en Angleterre, au St. Michael’s Mount (« Mont Saint-Michel »), une petite île dans les Cornouailles, accessible à marée basse. À cet endroit-même saint Michel aurait parlé à un groupe de pécheurs.

LE MONT-SAINT-MICHEL
Puis la ligne sacrée se poursuit en France, sur une autre île célèbre, le Mont-Saint-Michel, où l’archange Michel serait également apparu. La beauté de son sanctuaire et de l’immense baie qui l’entoure sur la côte normande, en fait l’un des sites touristiques les plus visités de toute la France. Il est inscrit au patrimoine de l’Humanité de l’Unesco depuis 1979. Déjà au temps des Gaules, ce lieu était imprégné d’un fort mysticisme, puis en 709 l’archange apparut à l’évêque d’Avranches, saint Aubert, à qui il demanda de construire une église dans le rocher. Les travaux commencèrent mais ce n’est qu’en 900, avec les moines bénédictins, que l’abbaye fut construite.

L'ABBAYE SAINT-MICHEL-DE-LA-CLUSE
À 1.000 kilomètres de distance, à l’entrée du Val de Suze, dans le Piémont (Italie), se dresse le quatrième sanctuaire : l’abbaye Saint-Michel-de-la-Cluse (en italien Sacra di San Michele). La ligne droite unit ce lieu sacré au reste des monastères dédiés à saint Michel. La construction de l’abbaye commence vers l’an 1000, mais lui seront ajoutées de nouvelles structures au fil des siècles. Les moines bénédictins l’ont développée en lui ajoutant aussi une dépendance pour loger les pèlerins parcourant la voie Francigena, réseau de routes et chemins empruntés par les pèlerins venant de France.

SANCTUAIRE DE SAINT-MICHEL-ARCHANGE
Mille kilomètres plus loin, la ligne franchit les Pouilles et l’on tombe sur le Gargan, où une caverne inaccessible est devenue un lieu sacré : le Sanctuaire de Saint-Michel-Archange. La construction du site remonte à l’an 490, année de la première apparition de saint Michel à saint Laurent Maiorano, l’évêque local.

MONASTÈRE DE SYMI
Puis de l’Italie, la ligne sacrée de saint Michel arrive au sixième sanctuaire, en Grèce, sur l’île de Symi: le monastère orthodoxe de l’archange Michel « Mixalis » abrite une effigie du saint de 3 mètres de haut, une des plus grandes au monde.

MONASTÈRE DU CARMEL
La ligne sacrée se termine en Israël, au Monastère du Mont-Carmel à Haïfa. Ce lieu est vénéré depuis l’Antiquité et sa construction, comme sanctuaire chrétien et catholique, remonte au XIIe siècle.



Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Mon 1 Jul - 15:37:40 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
De la Bretagne aux Yvelines, ces pardons inattendus

Depuis la fin du XXe siècle, les pardons connaissent un renouveau. Avec leurs processions colorées, leurs costumes et leurs chants traditionnels, ils fédèrent plusieurs générations et rassemblent croyants, touristes et habitants, pour de grands moments festifs parfois tout à fait insolites.

Chaque année, plusieurs milliers de pardons sont célébrés en Bretagne, que ce soit dans de modestes chapelles qui revivent pour l’occasion ou de grands sanctuaires. Le schéma traditionnel a traversé les siècles : veillée avec célébration religieuse, fête profane, messe, procession à la fontaine, bénédiction et repas communautaire. On y pratique les mêmes rituels ancestraux autour des quatre éléments fondamentaux : le feu (allumage d’un bûcher), l’eau (pas de chapelle sans fontaine miraculeuse à proximité !), l’air (les bannières flottant dans le vent) et la terre (la procession).

Manifestations de grande ampleur jusqu’à la seconde guerre mondiale, ces pardons ont connu une petite baisse de fréquentation dans les années 1960. « Peut-être uniquement parce que l’on a cessé de s’intéresser au phénomène », relativise Bernard Rio, journaliste et écrivain, spécialiste des pardons bretons. Toujours est-il que depuis la fin du XXe siècle, ces cérémonies qui mêlent avec bonheur tradition, liturgie et esprit festif connaissent un regain d’intérêt. La venue du pape Jean Paul II à Sainte-Anne d’Auray en 1996 n’y est peut-être pas étrangère. 150.000 personnes s’étaient déplacées pour l’occasion.

On participait autrefois aux pardons afin d’obtenir des indulgences pour ses péchés, pour demander des grâces ou exécuter un vœu. Les pardons d’aujourd’hui continuent de rassembler toutes les générations et toutes les catégories de population. « Le pardon prospère là où il y a un esprit de communauté, explique Bernard Rio. Les Bretons ont su maintenir ce patrimoine vivant et même le faire évoluer. Le regain de cette tradition se manifeste notamment par l’apparition de nouveaux pardons insolites comme celui des surfeurs, des entrepreneur ou des camping-caristes ».

Si la Bretagne est la région traditionnelle des pardons, d’autres manifestations ailleurs en France se réclament du même nom. Pourtant, selon Bernard Rio, le pays des pardons est bien défini par l’histoire et s’étend « à l’ouest d’une ligne allant du Mont-Saint-Michel à l’estuaire de la Loire. Cette délimitation correspond à la christianisation de la Bretagne par les saints fondateurs, venus de Grande-Bretagne et d’Irlande, alors que de l’autre côté de cette ligne, la christianisation relève de l’évêché de Tours ».

Difficile de faire un choix parmi les milliers de pardons célébrés tous les ans, mais Aleteia vous présente quelques-uns d’entre eux. Tous ont un côté surprenant : surfeurs, avocats, motards, entrepreneurs, camping-caristes, personnes souffrant de rhumatismes et quelques autres… à chacun son pardon !

Le pardon de la madone des motards à Porcaro (56) le 15 août
Le pardon des surfeurs de Notre Dame de Tronoën, à Saint-Jean-Trolimon, le 3e dimanche de septembre
Le pardon de Saint Eloi aux Forges de Lanouée (56) pour faire bénir les tracteurs, les chevaux de trait, les calèches etc, le dernier dimanche d'août ou le 1er dimanche de septembre
Le grand pardon de Saint Yves, dit pardon des avocats, le 3e dimanche de mai
Le pardon des camping-caristes à Malestroit (56), le dernier samedi d'août ou le premier samedi de septembre
Le pardon national de la batellerie à Consflans-Sainte-Honorine (78), le 3e week end de juin
Le pardon des entrepreneurs et amis de RCF sud Bretagne, entre Brec'h et Sainte Anne d'Auray, le 22 septembre
Le pardon de saint Urfold à Bourg Blanc (29), le dimanche de Pentecôte




Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Tue 9 Jul - 19:38:33 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
En handbike sur les chemins de Saint-Jacques

Malgré une paralysie qui l'empêche de se servir de ses jambes, Marie Japy a décidé de se lancer sur les pas de Saint-Jacques-de-Compostelle à bord d'un handbike. Un sacré défi tant humain que spirituel.
Avoir « un corps désarticulé », pour reprendre son expression, ne l’empêche pas d’avoir l’ambition d’aller loin. Marie Japy, 53 ans, est paralysée des jambes depuis un accident survenu il y a plus de vingt ans. Cette sportive dans l’âme, par ailleurs auteur jeunesse, revient aujourd’hui habiter en France après un long séjour au Liban. Elle a décidé de cheminer vers Saint-Jacques-de-Compostelle à la force du poignet (et de la Providence).

Un itinéraire de 1.600 kilomètres sur les pas de l’apôtre qui résonne pour elle comme un moyen d’apprivoiser à nouveau son pays. « Après de nombreuses années d’expatriation, je voulais retrouver mon pays par le cœur en vivant la fraternité », lance-t-elle. Le 12 juin dernier, elle s’est donc lancée dans l’aventure depuis Grasse à bord d’un handbike. Maya, une amie, faisait la route avec elle et tirait son fauteuil roulant grâce à une tige accrochée à son propre vélo. Maya étant repartie au Liban, Marie fait une pause et doit reprendre sa route depuis Toulouse à la fin du mois de juillet en compagnie d’un autre ami cycliste. Elle témoigne avoir fait l’expérience de la Providence. « Les gens nous ouvrent les portes de leurs maisons et de leurs cœurs », s’exclame-t-elle avec enthousiasme. « Ce que j’ai adoré en Orient, je le retrouve en Occident ! ».

« Nous avons rencontré beaucoup de personnes de bonne volonté qui nous aident. Mon pari était de me dire : “Est-ce que Dieu existe encore en France ?” ». Et elle semble l’avoir trouvé, elle qui se dit « ébahie » par ce qu’elle découvre. « Tous les jours, il y a des combats », reconnaît-elle. Elle se remémore les routes de montagne dans le Var avec leurs 900 mètres de dénivelé, les freins de vélo qui ont lâché dans une descente ou encore la difficulté à trouver des lieux adaptés à son handicap.

« On ne sait pas comment on va arriver le soir », lance-t-elle. « C’est l’esprit du chemin : il n’y a rien d’acquis. Il faut juste y croire et lâcher prise ». Chrétienne, si c’est le défi sportif qui l’attirait initialement dans le chemin, c’est bien sa richesse spirituelle qui l’y garde. « Dieu aime les fous », note-t-elle non sans humour. « Et il profite du maillon faible pour développer toute sa puissance ».

Domitille Farret d'Astiès



Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Wed 10 Jul - 18:20:55 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
À Saint-Etienne, le Sacré-Cœur de Jésus recherche un protecteur

Érigée sur le lieu-dit du Guizay, qui domine le chef-lieu de la Loire à 860 mètres d’altitude, une majestueuse statue du Sacré-Cœur et le terrain qui l’entoure, sont à la recherche d’un nouveau propriétaire qui saura en préserver la dimension spirituelle.

Le 1er juillet 1934, sur la commune de Planfoy, derrière Monseigneur Jean Delay, 10.000 personnes assistent à l’inauguration d’une statue du Christ, sculptée par Fredy Stoll (1869-1849), célèbre artiste de l’époque, connu en particulier pour ses monuments aux morts. Le commanditaire s’appelle Antoine Waton. C’est un imprimeur aisé établi à Saint-Étienne. Profondément chrétien, il a décidé d’offrir à la région ce Christ monumental, bâti sur un terrain situé au-dessus de son usine. Rapidement, le Sacré-Cœur du Guizay dédié à « ce peuple de travailleurs pour lequel il eut au temps de sa vie terrestre, de si touchantes prédictions » (Mémorial de la Loire, 1934), attire à lui de nombreux fidèles.

« Le pèlerinage, devenu maintenant traditionnel, à la statue monumentale du Sacré-Cœur qui se dresse sur la montagne de Guizay, voit croître d’année en année le nombre de pieux pèlerins. En ce dimanche 2 juillet, journée favorisée par un beau soleil que tempérait une légère brise, le nombre des pèlerins fut particulièrement important dès les premières heures. À la première messe, célébrée à 7 heures par le R.P. Croizier, c’était surtout la jeunesse, scouts et guides, qui composait l’assistance, mais une belle assistance, puisque plus de six cents communions furent distribuées », pouvait-on ainsi lire dans la Semaine religieuse du diocèse de Lyon en 1938, quatre ans seulement après l’inauguration.

Quel avenir pour le Sacré-Cœur de Guizay ?

Mais 85 années ont passé depuis l’inauguration. Avec la déchristianisation, les pèlerins ont vu leurs rangs s’étioler et les prêtres en mesure de prêcher de plus en plus rares. Le lieu, désormais parsemé de lignes à haute tension et d’antennes relais pour la téléphonie mobile, est désormais davantage fréquenté par les randonneurs qui viennent profiter du point de vue qui lui, toujours admirable, n’a pas changé et porte jusqu’aux monts du Forez. Mais les pèlerinages et processions sont désormais très rares, sinon inexistants.

Aujourd’hui, le Sacré-Cœur de Guizay pourrait connaître un destin nouveau, puisque les deux petits-enfants d’Antoine Waton, qui en ont hérité, souhaitent s’en défaire, faute de repreneur parmi leurs propres enfants. Le projet de donner ce terrain et ce sanctuaire au parc local du Pilat a échoué puisqu’en tant qu’établissement public, il ne peut recevoir un bien à caractère religieux, rapporte Le Progrès. Les héritiers recherchent donc activement une personne ou une association qui pourrait acquérir le terrain. À une condition : que soit préservée la statue du Sacré-Cœur.



Source : France catho

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Thu 11 Jul - 09:08:01 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
Si vous manquez ce pèlerinage cet été, vous devrez attendre encore six ans

Du 14 au 21 juillet 2019, la jolie petite cité de Locronan sera en fête pour célébrer la Grande Troménie. Ce pardon, exceptionnel par son ancienneté et la complexité de son rituel, a pour grande particularité de n’avoir lieu que tous les six ans.
Un dicton breton rappelle que « celui qui ne fait pas sa Troménie de son vivant devra la faire après sa mort en progressant chaque jour de la longueur de son cercueil ». Alors tous les six ans, ils sont plusieurs milliers à arpenter champs et sous-bois, à traverser les ruisseaux sur des ponts improvisés et à gravir les pentes du Menez Lokorn (la montagne de Locronan) en un long ruban coloré pour parcourir les 12 kilomètres de la grande procession circulaire. Les pardonneurs (ceux qui fréquentent le pardon) mettent ainsi leurs pas dans ceux de saint Ronan, ermite irlandais et fondateur du village au Ve ou au VIe siècle, qui effectuait son parcours chaque dimanche, pieds nus et à jeun (Loc Ronan signifie « lieu consacré à saint Ronan »).

L’ouverture solennelle de la Grande Troménie se fait le deuxième dimanche de juillet à 0h00, à l’issue du jeu scénique relatant la vie de saint Ronan, avec l’embrasement du tantad (grand feu) par le prêtre de la paroisse. À partir de ce moment, les pèlerins peuvent partir seuls ou en petits groupes pour leur « tour » individuel (troménie vient du breton tro = tour et minihi = espace monastique, pour certains auteurs, l’origine serait plutôt tro menez, le tour de la montagne). Le parcours reste ouvert à tous, jour et nuit pendant une semaine jusqu’au troisième dimanche de juillet. Les deux dimanches qui ouvrent et clôturent le pardon sont des jours de messe pontificale, de procession et… de grande affluence !

Chaque procession s’organise par paroisse et par chapelle, rassemblant plus de 3.000 personnes. Parmi elles, près de 350 porteurs d’enseignes, tous en costume traditionnel, brandissent haut les statues, les reliques, la croix de l’église et les bannières des chapelles auxquelles ils sont rattachés. Presque une épreuve physique quand on sait que les croix pèsent de 12 à 15 kilos chacune et les bannières parfois près de 20 kilos. « Pourvu que ce ne soit pas la canicule… » espère Patrick Lopez, organisateur.

Une préparation de longue haleine

Le parcours passant par des chemins privés, il faut profiter d’une Grande Troménie pour pouvoir l’effectuer. Long de 12 à 13 kilomètres, il est jalonné de 12 stations marquées de croix de granit et d’une quarantaine de petites huttes abritant une statue de saint, sculptée dans le bois ou dans la pierre. Ces statues ont quitté leur église ou leur chapelle en l’honneur du passage des pèlerins et des reliques de saint Ronan. L’événement nécessite une préparation de longue haleine qui mobilise de nombreux bénévoles bien avant le jour J. « Un ou deux ans avant la date prévue, nous nous organisons avec les agriculteurs qui exploitent les terrains sur lesquels va passer la procession afin de ne pas nuire aux cultures, explique Patrick Lopez. Et à partir du mois de mai, nous débroussaillons les sentiers et mettons tout en place pour permettre aux pèlerins de suivre les chemins sans souci ».

On dit de la Troménie que c’est un « pardon muet ». « Ils cheminent en silence, sans échanger une parole » observait Anatole Le Braz (1894-1926), écrivain et folkloriste français de langue bretonne. Si cela se pratique encore généralement pour les Troménies individuelles, lors des processions, sur les chemins de Locronan, « on chante, on récite le chapelet, on prie », explique le père Christian Le Borgne, prêtre de la paroisse Sainte Anne – Chateaulin. Entre deux Grandes Troménies ont lieu les Troménies annuelles, le deuxième dimanche de juillet, sur un circuit beaucoup plus court.

« Une belle occasion d’annoncer l’Évangile »

Dans son ouvrage Au pays des pardons, Anatole Le Braz écrivait : « Les pardons, hélas ! les pardons eux-mêmes disparaîtront. » Et pourtant, loin de la vision pessimiste de l’écrivain, la Grande Troménie de Locronan connaît depuis quelques années, une nouvelle popularité croissante, au point d’être devenue l’un des plus grands pardons de Bretagne. Des curieux, certes, des touristes amateurs de folklore, mais pas uniquement.

« Il y a beaucoup plus de participants aux messes des deux dimanches de la Grande Troménie qu’aux messes dominicales, constate Patrick Lopez. C’est peut-être la manifestation d’une nouvelle façon de pratiquer, les gens ressentent à cette occasion quelque chose de différent, un renouveau d’intérêt pour les cultures régionales qui les rapproche de leur racines. Elle marque un temps important pour les habitants, elle resserre les liens et l’on rend vraiment compte de leur attachement à leurs chapelles et à leurs traditions. » Un sentiment partagé par le père Le Borgne : « Pour beaucoup de personnes qui ont quitté la tradition dominicale, c’est une porte ouverte pour redécouvrir ses racines. On est là tout à fait en accord avec les paroles du Pape sur la piété populaire, « précieux trésor de l’Église ». C’est une belle occasion pour l’Église d’annoncer l’Évangile. »

Axelle Partaix


Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Sun 4 Aug - 23:06:40 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,318
Localisation: Au pays des cigales




Un père et sa fille trisomique de 8 ans partent pour Compostelle, qu'il rejoindront en plusieurs tronçons.
Cette année ils font Paris-Vézelay.

compostelle-pere-fille

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Pèlerinages ici et là
PostPosted: Today at 08:12:56 (2019)
Contenu Sponsorisé





Pèlerinages ici et là
  Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » France, terre de chrétienté
All times are GMT + 2 Hours  
Page 1 of 2  
Goto page: 1, 2  >
  
  
 Post new topic  Reply to topic  

Portal | Index | Forum hosting | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001-2004 phpBB Group
Designed for Trushkin.net | Themes Database