Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC :: Inclassable mais catho !
Log in Register Vous avez de nouveaux messages " href="privmsg.php?folder=inbox" class="mainmenu" onmouseover="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files2/b/t/btn_pm_on-36d66.gif'); return true;" onmouseout="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files9/b/t/btn_pm-36de9.gif'); return true;">Log in to check your private messages FAQ Memberlist Search Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index
Bienvenue aux amis du Pays réel et de Radio Courtoisie, pour défendre l'identité française, sa culture, sa langue, son histoire, échanger des propos sur l'air du temps.
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » Forum du Pays Réel et de la Courtoisie » France, terre de chrétienté » Inclassable mais catho !
Post new topic  Reply to topic Previous topic :: Next topic 
Inclassable mais catho !
PostPosted: Thu 9 May - 01:37:21 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
« Amen », ce bateau qui a sauvé deux adolescents de la noyade

En Floride (États-Unis), un jeune couple a été sauvé de la noyade grâce à l'intervention d'un bateau qui portait un nom peu courant. Pour certains, il s'agit d'un signe du Ciel.
L’histoire de ces deux adolescents a de quoi étonner. Tyler Smith et Heather Brown, deux jeunes de 17 ans de Floride (États-Unis) ont bien cru qu’ils vivaient leurs derniers instants. Pris dans un courant au cours d’une baignade au large de la plage de Vilano, ils n’ont pas réussi à regagner le bord, dérivant durant environ deux heures. Très affaiblis et craignant le pire, ils ont alors commencé à prier. « Je me suis écrié : “Si Tu as un plan pour nous, c’est le moment” », témoigne Tyler Smith. C’est alors qu’ils ont aperçu un bateau qui s’est dirigé vers eux. L’équipage a réussi à les sortir de l’eau avant de les faire monter à bord.

« Je crois vraiment à une intervention divine »

Le nom de l’embarcation, écrit en toutes lettres sur la coque ? Amen. Un nom qui change des traditionnels Albatros ou Sirius qui peuplent les ports français… Un cadeau du Ciel ? Pour Eric Wagner, le propriétaire du bateau, il n’y a pas l’ombre d’un doute. Les deux naufragés se trouvaient en effet à deux miles des côtes (soit plus de trois kilomètres). Malgré les vagues et le bruit du vent, les marins ont réussi à entendre leur cri désespéré. « Je crois vraiment à une intervention divine », a-t-il affirmé. « Cela n’a rien à voir avec moi. J’étais juste au bon endroit au bon moment ». Alors qu’il songeait à modifier le nom de son embarcation, une chose est certaine désormais : Amen restera Amen.

Rachel Molinatti



Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Publicité
PostPosted: Thu 9 May - 01:37:21 (2019)
Publicité




PublicitéSupprimer les publicités ?

Inclassable mais catho !
PostPosted: Sun 23 Jun - 22:05:08 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
À Tours, 800 anges flottent dans les airs

800 anges, 50 vierges et 30.000 poissons ont investi depuis un mois l’église Saint-Julien de Tours. L’artiste Marcoville a installé ses sculptures de verres dans la nef de l’église. Une installation qui aura duré pas moins de trois semaines. Avec une grande délicatesse, l’artiste et son équipe ont ainsi suspendu plusieurs centaines de fils de nylon au dessus de la nef. À leur bout, des petites sculptures de verre, matériau privilégié de l’artiste qui symbolise pour lui « la transparence, la lumière et l’éclat ». Un écho à la lumière divine pour cet artiste qui ne cache pas sa foi. En parcourant l’église, le visiteur est ainsi invité à découvrir plusieurs univers, passant du paradis terrestre jusqu’à une marée de petits poissons. Intitulée « Lumières célestes », l’exposition est visible dans l’église jusqu’au 22 septembre prochain.


Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Inclassable mais catho !
PostPosted: Wed 3 Jul - 14:47:42 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
Notre-Dame des cyclistes, le sanctuaire du vélo

Véritable sanctuaire des coureurs cyclistes, la chapelle de Géou, renommée Notre-Dame des cyclistes, à La Bastide-d’Armagnac (Landes), dénote par sa singularité. À quelques heures du départ du Tour de France 2019, Aleteia vous raconte son histoire.
Les légendes du cyclisme sous le même toit. Jean Robic, Louison Bobet, Eddy Merckx, Bernard Hinault, Laurent Jalabert, Tom Boonen, Alberto Contador… tous ces noms qui résonnent dans le cœur des amateurs de la petite reine ont un jour fait don de leur maillot à la chapelle de Géou, dit aussi Notre-Dame des cyclistes. Ce sanctuaire situé à une trentaine de kilomètres au nord-est de Mont-de-Marsan abrite une étonnante collection de maillots des plus grands coureurs de l’immédiat après-guerre à aujourd’hui. « Ce sont plus de 700 maillots qui sont exposés ici en permanence, se réjouit auprès d’Aleteia Claude Nadeau, le président de l’association des Amis de Notre-Dame des cyclistes. Parmi eux, de très anciennes tuniques fabriquées en laine. « Certaines n’ont pas supporté l’humidité de la chapelle et ont été retirées, nous les avons retirées et nous avons installé une légère ventilation de la chapelle pour faire face à l’usure du temps. »

Ces maillots sont comme des ex-voto. Certains champions ont parfois joint à leur don une intention de prière ou des remerciements. « Ici, on invoque essentiellement Saint-Clair et le bienheureux Daniel Brottier», note Claude Nadeau. L’espace étant limité, 120 tuniques sont encore stockées dans des bacs en plastique et demeurent dans l’attente de pouvoir être exposées. L’entrée de la chapelle sert, elle, de lieu d’exposition à d’anciens modèles de vélo. On y retrouve celui de Léon Georget participant au premier tour de France en 1903 ou celui utilisé en 1927 par l’abbé Marladot, ex-curé à Labastide d’Armagnac.

Les sanctuaires sportifs, une spécialité landaise

Si la chapelle de Géou a uni son destin au cyclisme, elle le doit à un homme passionné de sport, l’abbé Joseph Massie, régional de l’étape selon la formule consacrée empruntée au jargon du cyclisme. « Il a reçu son premier vélo à 5 ans et ses parents tenaient un magasin de cycles. Dans les années 1950, lors d’un voyage à vélo près du lac de Côme, il a découvert La Madonna del Ghisallo, une chapelle dédiée au cyclisme et érigée en Sanctuaire National par le pape Pie XII en 1948. Séduit, l’abbé Massie a alors décidé d’en imiter le concept dans la chapelle de Géou, où il avait l’habitude de célébrer des messes », raconte Claude Nadeau.

Le 11 mai 1959, un décret de la sacrée congrégation des rites faisait officiellement de la chapelle de Géou le Sanctuaire national des cyclistes. Sept jours plus tard, un lundi de Pentecôte, l’Évêque Monseigneur Matthieu présidait l’inauguration de Notre-Dame des cyclistes. Il ne s’agit pas du seul sanctuaire consacré aux sports dans les Landes, bien au contraire. Larrivière-Saint-Savin accueille Notre-Dame du rugby, Castel-Sarrazin Notre-Dame du basket et la commune de Bascons, Notre-Dame de la course landaise.

Louis du Bosnet



Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Inclassable mais catho !
PostPosted: Wed 10 Jul - 17:56:17 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
Apollo 11 : quand Aldrin invoquait le Christ avant de marcher sur la Lune

Le dimanche 20 juillet 1969, quelques instants avant que Neil Armstrong ne pose le pied sur la surface de la Lune, son coéquipier Buzz Aldrin prit l’initiative d’une cérémonie sobre et rapide articulant lecture de l’évangile et communion presbytérienne. Sous la pression des organisations athées, la NASA a tout fait pour dissimuler cet acte de foi.

20H17 (temps universel). Le module lunaire Eagle vient de se poser sur la mer de la Tranquillité. A son bord, Neil Armstrong et Buzz Aldrin ne doivent pas se laisser submerger par l’émotion. Leurs gestes sont millimétrés et minutés, tandis que leur camarade Michael Collins, à bord du module de commande, est resté en orbite en attendant de les récupérer. Pourtant, malgré l’intensité du moment, Buzz Aldrin suspend quelques instants les procédures. L’ex-as de l’US Air Force, devenu astronaute, s’empare d’un sachet en plastique duquel il extrait un récipient contenant du vin, un morceau de pain et un petit calice qui lui ont été fournis par l’église presbytérienne de Webster, située près d’Houston.

Dans le micro qui le relie au poste de commandement de la NASA, il prononce alors quelques mots : « Je vous demande quelques instants de silence et je voudrais inviter les personnes qui écoutent, qui et où qu’elles soient, à s’arrêter un instant pour considérer les événements des quelques dernières heures, et à rendre grâce à sa façon ». Puis il lit un extrait du chapitre 15 de l’évangile de Saint-Jean (« Je suis la Vigne, et vous les sarments… ») qu’il avait copié à la main sur un morceau de papier avant d’embarquer.

Au nom du Christ

Une fois ces paroles prononcées, sous le regard de Neil Armstrong demeuré silencieux, Buzz Aldrin s’administre lui-même la communion presbytérienne en vertu d’une autorisation spéciale qui lui a été délivrée par l’église de Webster. « J’ai versé le vin dans un calice que notre église m’avait remis. Avec une gravité six fois moindre que sur la terre, le vin effectuait des courbes doucement et avec grâce sur les parois de la coupe. Il était saisissant de penser que le premier liquide versé sur la Lune, et que la première nourriture absorbée, étaient les substances de la communion », écrira-t-il plus tard. C’était, dira-t-il aussi, sa façon à lui de rendre grâce et d’exprimer qu’en explorant l’espace, il agissait au nom du Christ.

Sans doute Buzz Aldrin aurait-il voulu donner beaucoup plus de retentissement à sa démarche, et répéter sur la Lune le geste de Christophe Colomb, plantant une Croix sur le sable des plages inexplorées qu’il abordait. Mais le politiquement correct était déjà à l’œuvre à l’époque et la NASA lui avait demandé d’agir en toute discrétion de crainte de s’attirer les foudres des organisations athées. « Allez-y. Communiez. Mais contentez-vous de commentaires généralistes » lui avait ainsi intimé Deke Slayton, le chef du bureau des astronautes. C’est ainsi que seules les équipes au sol avaient entendu les paroles religieuses d’Aldrin, et non le grand public pourtant avide des moindres faits et gestes des trois héros de la conquête lunaire.

Offensive athée

Il faut dire que la NASA avait été échaudée par les actions intentées par Madalyn Murray O’Hair, militante de l’association « American Atheists », qui se surnommait elle-même la « femme la plus détestée d’Amérique ». Elle avait en effet intenté un procès contre l’Etat, au nom du Premier amendement, après que les trois astronautes de la mission Apollo 8, le 24 décembre 1968, avaient lu un extrait de la Genèse au cours de la rotation autour de la Lune. Auparavant, cette activiste s’était fait connaître pour sa contestation du caractère obligatoire des prières et lectures religieuses dans les établissements publics, et dans les écoles en particulier. Désormais, interdire l’expression aux astronautes en service l’expression de leur foi sur Terre, dans l’espace et sur la Lune, était son nouveau cheval de bataille.

L’offensive de Madalyn Murray O’Hair ne réduit en rien la portée symbolique du geste de Buzz Aldrin (à la différence des catholiques, les presbytériens ne croient pas en la transsubstantiation : la communion est avant tout un rite qui exprime la présence spirituelle de Dieu dans une assemblée, même réduite). Ainsi, chaque année encore, en juillet, l’église presbytérienne de Webster commémore la cérémonie de Buzz Aldrin au cours du "dimanche de la communion lunaire". En invoquant le Christ par ses paroles et par ses gestes, l’astronaute a su redonner à l’événement mondial que fut le premier pas de l’homme sur la Lune sa dimension réelle : une prouesse sans commune mesure, mais qui ne saurait en aucune manière faire oublier à l’homme son rang de créature.



Source : France catho

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Inclassable mais catho !
PostPosted: Thu 11 Jul - 09:03:08 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
Et si un chef scout comptait ses heures…

Chaque été, quelque 100.000 enfants et adolescents partent sacs au dos passer quelques jours, voire quelques semaines, à crapahuter dans les bois pour y vivre selon la loi scoute et découvrir un idéal de vie inspirant. Une réalité rendue possible grâce à leurs chefs. Mais les parents mesurent-ils réellement l'implication de leurs chefs ? Aleteia a tenté de chiffrer ce temps passé auprès d’eux bénévolement.
Début juillet, un doux parfum de camp scout flotte dans l’air. Qu’ils se l’avouent, bon nombre de parents s’apprêtent avec soulagement à lâcher leur progéniture dans la nature durant deux semaines en les confiant à un mouvement scout. Et à ce jeu là, s’il en est que l’on peut remercier, ce sont les chefs scouts. Toute l’année, et plus particulièrement pendant l’été, ils se donnent sans compter pour leurs ouailles, allégeant la charge de famille de bien des parents.

Du chef de troupe en khâgne qui oscille entre ses 32 scouts et Les Caractères de La Bruyère qu’il doit potasser pour son prochain concours, à l’infatigable Akela qui court un week-end sur deux un marathon entre ses 24 louvettes et son cours d’éducatrice à bachoter, ils ne ménagent ni leur temps ni leur peine. Réunions d’information de début d’année, formations de chefs, préparations de sorties, week-ends de maîtrise, fête de Noël, camp de Pâques, préparation de dossier de camp, formation premiers secours, dîner avec les chefs de groupes, réunion de parents de fin d’année, pré-camp, camp d’été, soirée de retour de camp… Les parents optimistes leur confient leur progéniture sans ciller, convaincus que ces jeunes engagés ne failliront pas à leur mission et prendront soin de la chair de leur chair. Mais même s’ils leur vouent une admiration sans borne, ils mesurent rarement la consistance réelle de leur engagement. C’est pourquoi Aleteia vous propose un aperçu en chiffres de l’engagement réel d’un chef scout « lambda ». D’après les savants calculs de la rédaction, il peut être estimé à pas moins de 804 heures et 10 minutes annuelles.

Pour qu’il puisse prendre soin des âmes qui lui sont confiées, le chef doit se former, à raison d’une semaine de CEP (camp-école préparatoire) par an, soit sept journées de 24 heures. Un temps nécessaire qui lui permettra, quelques mois plus tard, de consacrer une semaine à plein temps (à raison de 8 heures de travail quotidien) à suer sang et eau pour préparer un dossier de camp qui passera de commission en commission dans une administration scoute qui n’a parfois rien à envier à celle que décrivent Goscinny et Uderzo dans Les Douze Travaux d’Astérix, avant d’être validé par sa hiérarchie. On n’oubliera pas la veillée de Noël qui consiste à passer 4 heures à fredonner des chants archaïques en dégustant des roses des sables préparées avec un empressement hors normes. Et c’est sans compter les 4 heures passées auparavant à confectionner un cadeau maison — si si, c’est — qui finira probablement ses jours dans les oubliettes familiales.

De plus, le chef se doit d’être présent tout au long de l’année. Il passe donc a minima trois week-end entiers avec ses jeunes (soit 3×24 heures), auxquels s’ajoutent à chaque fois 8 heures de travail. Plus tard dans l’année, le dîner chez les chefs de groupe sonne comme une trêve annuelle. Admiratifs du sens de l’engagement sans bornes de leurs jeunes chefs, ces derniers se font un devoir de les nourrir correctement au moins une fois dans l’année. Exit donc les spaghettis à la carbonara brûlés et vive pour une fois hamburgers et cônes chocolat-vanille-noisettes concassées.

Des réunions de parents aux camps d’été

On n’oubliera pas les réunions de parents de début et de fin d’année auxquelles s’ajoutent bien évidemment les cinq petites minutes indispensables de préparation. La première consiste à donner la direction de l’année et à énumérer les objectifs poursuivis, et la seconde à rassurer les parents sur la tenue irréprochable du camp à venir. Ajoutons que si une unité scoute compte approximativement six cul de pat’ (plus jeune de la patrouille), un chef, diplomate à ses heures, sait qu’il devra accorder une heure à chacun des parents des plus jeunes pour les rassurer. Non, leur tout-petit ne dormira pas dans une tente surélevée à 15 mètres de hauteur. Il devra également négocier durant une heure avec chacun des quatre chef de patrouilles : « C’est un ordre, Brutus-Philibert : ta tente ne dépassera pas 10 mètres de haut ». On comptera de surcroît 1 heure par semaine à stresser, donc à prier, implorant le Ciel que la table à feu ne s’embrase pas, que la demi-heure d’auto-stop spontané ne tourne pas au drame et que grand jeu ne ressemble pas à une mauvais remake d’Apocalype Now.

Viennent enfin les camps. On prendra la base de trois jours de camp de Pâques et quatorze pour l’été. Celui-ci résonne comme l’apogée de l’année du chef, l’apothéose de sa mission, la consécration de plusieurs mois d’investissement. Dans la mesure où un chef ne dort ni ne sommeille, on lui comptera raisonnablement dix-sept journées de 24 heures de service, soit 408 heures. Cette consécration au doux parfum de feu de bois et de joyeux rires tintant dans les bois laissera forcément des souvenirs homériques dans sa mémoire, dignes de L’Iliade et de L’Odyssée. Soyez-en certains : il rempilera l’année prochaine.



Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Inclassable mais catho !
PostPosted: Fri 12 Jul - 09:25:46 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales






Quote:
C’est dans cette rue que saint Paul s’est converti

Les Actes des Apôtres font le récit de la conversion de saint Paul, précipité à terre sur le chemin de Damas, privé de la vue, puis guéri et baptisé quelques jours après. Mais saviez-vous que l'on peut localiser très exactement l'endroit de sa conversion ?

L’histoire est connue. Saint Paul, qui persécutait les chrétiens, a été frappé par Dieu sur le chemin de Damas. Et aujourd’hui, si on parle de sa conversion sur la route de Damas, c’est pourtant trois jours après, alors qu’il se trouvait dans la ville, qu’il s’est « véritablement » converti en recevant le baptême. On peut d’ailleurs localiser l’endroit exact de sa conversion. Dans les Actes des Apôtres, on lit en effet que « comme il était en route et approchait de Damas, soudain une lumière venant du ciel l’enveloppa de sa clarté » (Ac 9, 3). Complètement aveuglé, Paul reste alors trois jours sans manger ni boire. Pendant ce temps-là, Dieu apparaît à un disciple nommé Ananie et lui demande de se rendre « dans la rue appelée rue Droite, chez Jude ». Là, Ananie impose les mains à l’ancien oppresseur des chrétiens, de telle sorte qu’il recouvre la vue. « Ananie partit donc et entra dans la maison. Il imposa les mains à Saul, en disant : “Saul, mon frère, celui qui m’a envoyé, c’est le Seigneur, c’est Jésus qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais. Ainsi, tu vas retrouver la vue, et tu seras rempli d’Esprit saint”. Aussitôt tombèrent de ses yeux comme des écailles, et il retrouva la vue. Il se leva, puis il fut baptisé » (Ac 9, 17-18).

La gravure ci-dessus, qui date de 1900, montre la fameuse « rue Droite » de Damas, en Syrie. Elle ne semble pas radicalement différente de celle qui est mentionnée dans les Actes. Également connue sous le nom de Via Recta, il s’agit de l’ancienne voie romaine qui traverse la vieille ville de Damas d’est en ouest. Aujourd’hui, elle a bien changé, ainsi qu’en témoigne la photo d’illustration. La moitié ouest de la rue s’appelle « Midhat Pasha » (du nom d’un ancien gouverneur de Syrie) tandis que l’autre moitié a été prénommée « Bab Sharqi » (qui signifie en arabe « la Porte de l’Est »), du fait de son emplacement dans la partie orientale de la ville. Aujourd’hui, certains pèlerins s’y arrêtent lorsqu’ils marchent sur les traces de saint Paul.

Zelda Caldwell/Rachel Molinatti



Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Inclassable mais catho !
PostPosted: Sun 14 Jul - 00:04:34 (2019) Reply with quote
TanNoni
Membre (modérateur du tchat)

Offline
Joined: 06 Sep 2007
Posts: 2,697
Localisation: Paris





Et la chapelle de saint Ananie se visite à Damas... (cliquer à gauche sur les différentes langues, les photos ne sont pas toutes les mêmes)

_________________
« En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. »
Chamfort (1740-1794)

Inclassable mais catho !
PostPosted: Mon 2 Sep - 09:12:57 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
En Italie, la vie du Christ grandeur nature

Dans la province de Verceil, au coeur des Alpes italiennes, se dresse le Mont sacré de Varallo, l’un des plus anciens et plus grands "Sacro Monte" au monde. À l’intérieur de cet immense sanctuaire, 45 chapelles abritent des représentations grandeur nature d’épisodes de la vie du Christ. Un réalisme saisissant.
Dissimulé sur un éperon rocheux, à 600 mètres d’altitude au dessus de la ville de Varallo, le Mont Sacré de Varallo est sans conteste l’un des plus impressionnants d’Italie. Cet incroyable sanctuaire, on le doit à la volonté d’un franciscain du XVe siècle, Bernardino Caimi de Milan, qui, à son retour de Terre sainte — où il avait été gardien au Saint-Sépulcre — exprima le désir de reproduire les lieux saints au cœur de l’arc alpin. Dans un esprit charitable, Bernardino Caimi voulait permettre aux pèlerins qui n’avaient pas les moyens de se rendre en Terre sainte, d’effectuer une sorte de pèlerinage symbolique au Mont sacré de Vallaro.

Et le moine vit les choses en grand. Très grand. À l’intérieur du sanctuaire, ce n’est pas moins de 45 chapelles qui ont été construites, ainsi qu’une immense basilique, avec plus de 800 statues monumentales. L’objectif ? Imaginer un parcours mystique et immersif dans lequel le fidèle pouvait participer de manière active.

C’est Gaudienzio Ferrari, architecte, peintre et sculpteur, qui fut chargé de réaliser ce chef-d’œuvre artistique et spirituel. À sa mort en 1529, plusieurs artistes piémontais poursuivirent son œuvre et enrichirent continuellement les chapelles. C’est pourquoi le Mont ne cessa d’évoluer jusqu’au XIXe siècle.

Divisé en deux parties, la première, est aménagée comme un jardin. Le parcours des chapelles commence avec Adam et Eve puis se poursuit avec la chapelle de l’Annonciation, la Visite à Elizabeth ou encore le Songe de Joseph. Tous les épisodes de la vie du Christ sont ainsi évoqués jusqu’à son entrée à Jérusalem. Dans la partie plus urbaine, au sommet du Mont, envahie de palais et portiques, l’architecte a imaginé une reproduction de la ville de Jérusalem. Le pèlerin découvre ici une suite de chapelles consacrées aux épisodes de la Passion : la Cène, la prière au jardin des oliviers, la crucifixion jusqu’à la mise au tombeau.

D’autres chapelles supplémentaires enrichissent le parcours, comme celle consacrée à l’autel de saint François. C’est à l’intérieur que, selon la tradition, Bernardino Caimi aurait célébré les premières messes au Mont. Plus loin, la chapelle du Saint-Sépulcre est la toute première aménagée sur le Mont : elle reproduit, grâce à la volonté du fondateur, le sépulcre de Jésus à Jérusalem. Enfin, une autre est étonnamment consacrée à Charles Borromée. En effet, le saint se serait rendu sur le Mont et une chapelle reproduit ainsi le lieu où il aurait séjourné.

Source d’inspiration pour de nombreux monts à l’époque de la Contre-Réforme, le Mont sacré de Varallo demeure l’un des plus aboutis et des plus impressionnants jamais réalisés.

Caroline Becker



Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Inclassable mais catho !
PostPosted: Fri 4 Oct - 17:35:50 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
États-Unis : la « forme extraordinaire » en forte progression

Un article du National Catholic Register du 28 septembre dernier, apporte des informations très encourageantes sur la progression de la « forme extraordinaire » aux États-Unis. C’est ainsi que le nombre de lieux où la messe selon cette forme est célébrée, a plus que doublé en six ans, passant de 235 (en 2007, année du motu proprio Summorum Pontificum) à 475 (en 2012). Le petit missel bilingue latin-anglais publié par la Coalition in Support of Ecclesia Dei, et destiné à aider les personnes qui découvrent la forme extraordinaire, est vendu chaque année à environ 10 000 exemplaires



Source : Riposte catho

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Inclassable mais catho !
PostPosted: Sat 12 Oct - 18:44:06 (2019) Reply with quote
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Offline
Joined: 29 Jul 2007
Posts: 40,270
Localisation: Paris




*
_  Russie Ils versent 70 litres d'eau bénite sur une ville d'alcooliques Trois prêtres ont décidé d'éradiquer l'alcoolisme de la ville de Tver. Ils ont employé un moyen original.



                       

                    Contre l'alcoolisme qui sévit à Tver, trois prêtres ont décidé d'utiliser 70 litres d'eau bénite. Image: Capture écran YouTube



Les citoyens de Tver, en Russie, sont victimes d'un terrible fléau: l'alcoolisme. Rien qu'en 2019, 4300 personnes ont déjà perdu la vie en raison d'une consommation excessive d'alcool. C'est 17% de plus qu'en 2018.


Trois prêtres ont décidé de s'attaquer à ce problème. Comment? En louant un avion depuis lequel les bougres ont balancé 70 litres d'eau bénite au-dessus de Tver.
Equipés de deux icônes religieuses, nos gaillards ont oeuvré lors de la Journée officielle de la sobriété que célèbre chaque année la Russie.
«Chaque maladie provient d’un virus, c’est le Diable. C’est pourquoi chaque maladie est avant tout une maladie spirituelle», a expliqué un des trois prêtres. Ces derniers ont promis d'augmenter la ration d'eau bénite l'an prochain, si les citoyens de Tver ne lèvent pas le pied, question biture.



Laurent Siebenmann
Créé: 13.09.2019, 13h56


                        https://www.lematin.ch/faits-divers/Ils-versent-70-litres-d-eau-benite-sur-…

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visit poster’s website

Inclassable mais catho !
PostPosted: Sat 12 Oct - 19:08:50 (2019) Reply with quote
kikou
Utilisateur courtois

Offline
Joined: 06 May 2013
Posts: 3,504
Localisation: Sud de France




J'attends de voir les résultats !! 

Inclassable mais catho !
PostPosted: Mon 14 Oct - 15:49:27 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales




Utiliser le mot "bougre" pour mentionner ces prêtres est tout sauf respectueux...

Quant à l'alcoolisme en Russie, tout est question de quantité et d'éducation, selon les endroits...
A partir de quelle quantité de vodka par jour/semaine/mois est-on considéré comme alcoolique là bas ?

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Inclassable mais catho !
PostPosted: Mon 14 Oct - 16:32:54 (2019) Reply with quote
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Offline
Joined: 29 Jul 2007
Posts: 40,270
Localisation: Paris




*
_ BOUGRE étant le mot qui désigne le produit du Diable et d'un animal...


     (sens premier)




 
  Peut sous-entendre, sodomite, coquin, gaillard, méprisable, etc... 

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visit poster’s website

Inclassable mais catho !
PostPosted: Yesterday at 02:00:47 (2019) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 44,592
Localisation: Au pays des cigales




C'est bien pour cela que le terme, appliqué à un prêtre, me fait tiquer.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Inclassable mais catho !
PostPosted: Today at 15:22:31 (2019)
Contenu Sponsorisé





Inclassable mais catho !
  Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » France, terre de chrétienté
All times are GMT + 2 Hours  
Page 1 of 1  

  
  
 Post new topic  Reply to topic  

Portal | Index | Forum hosting | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001-2004 phpBB Group
Designed for Trushkin.net | Themes Database