Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC :: Giap
Log in Register Vous avez de nouveaux messages " href="privmsg.php?folder=inbox" class="mainmenu" onmouseover="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files2/b/t/btn_pm_on-36d66.gif'); return true;" onmouseout="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files9/b/t/btn_pm-36de9.gif'); return true;">Log in to check your private messages FAQ Memberlist Search Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index
Bienvenue aux amis du Pays réel et de Radio Courtoisie, pour défendre l'identité française, sa culture, sa langue, son histoire, échanger des propos sur l'air du temps.
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » Forum du Pays Réel et de la Courtoisie » Le Salon courtois » Giap
Post new topic  Reply to topic Previous topic :: Next topic 
Giap
PostPosted: Sat 5 Oct - 08:03:58 (2013) Reply with quote
possum
Modérateur
Modérateur

Offline
Joined: 30 Jul 2007
Posts: 26,580
Localisation: Dans le Sud, bien sûr !




Nos belles âmes (voir "L'immonde") pleurent à chaudes larmes la disparition du général rouge vif, tortionnaire de français, l'abominable salopard Giap !

Quote:
Il restera dans l'histoire l'un des grands chefs de guerre du XXe siècle, le seul à avoir successivement défait la France et tenu tête aux Etats-Unis d'Amérique. Le général Vo Nguyên Giap est mort vendredi 4 octobre à l'âge de 102 ans.


http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2013/10/04/le-general-giap-heros…

Personne, bien entendu, ne rappellera que les camps de "prisonniers" du Vietminh ont été plus meurtriers que les centres concentrationnaires allemands de la Seconde.

On va louer ses succès, dont Dien Bien Phu (splendide ânerie de l'état-major français) et les prétendues pâtées infligées aux américains.

On oubliera que le corps expéditionnaire français, réduit aux troupes professionnelles, avec des moyens minables, a maintenu l'Indochine hors de l'influence rouge pendant près de dix ans.

On oubliera aussi que Giap a failli finir avec une balle dans la nuque après sa désastreuse offensive du Têt 68, et le siège de Khe Sanh, un Bien Phu... mais avec les moyens des USA, et qui a vu fondre des divisions entières de nord-vietnamiens, justement ce que les français n'avaient pu faire.

Que Vo Nguyen Giap aille rôtir dans un enfer aussi rouge que son Orient !

_________________
La rue appartient à celui qui y descend...


Publicité
PostPosted: Sat 5 Oct - 08:03:58 (2013)
Publicité




PublicitéSupprimer les publicités ?

Giap
PostPosted: Sat 5 Oct - 09:51:32 (2013) Reply with quote
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Offline
Joined: 29 Jul 2007
Posts: 44,288
Localisation: Paris





*
_ Excellente nouvelle, n'attendez pas de moi une larme, certains me diront que l'on ne dit pas de mal d'un mort, fut-il mauvais, je ne dirai donc rien, un coco de moins, une saloperie rouge qui disparait, ça me réjouit... 

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visit poster’s website

Giap
PostPosted: Sat 5 Oct - 11:48:31 (2013) Reply with quote
ozone
Membre (modérateur du tchat)

Offline
Joined: 15 Apr 2008
Posts: 3,670





Giap
PostPosted: Sat 5 Oct - 20:45:25 (2013) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,343
Localisation: Au pays des cigales




Il n'était pas déjà mort ?

Eh bien qu'il aille au diable !
100 ans en rôtissoire par prisonnier mort dans un camp viet.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Giap
PostPosted: Sat 5 Oct - 20:54:05 (2013) Reply with quote
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Offline
Joined: 29 Jul 2007
Posts: 44,288
Localisation: Paris





*
_ Pour informer sur le traitement des prisonniers français par le viet minh :
www.anapi.asso.fr

   Retenez que le taux de mortalité des prisonniers français en Allemagne est de DEUX pour cent, trente-sept pour cent pour les prisonniers allemands en URSS, cinquante-huit pour cent pour les prisonniers russes en Allemagne et SOIXANTE-ET-ONZE pour cent pour les prisonniers du corps expéditionnaire en Indochine !


  Triste record de mortalité pour les prisonniers d'Indochine !!!

  Les prisonniers de Dien Bien Phu, détenus moins de quatre mois, ont accusé un taux supérieur à 70% !!!

  
 

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visit poster’s website

Giap
PostPosted: Sat 5 Oct - 20:56:46 (2013) Reply with quote
possum
Modérateur
Modérateur

Offline
Joined: 30 Jul 2007
Posts: 26,580
Localisation: Dans le Sud, bien sûr !




Comme je l'avais indiqué, pourcentages supérieurs à ceux des morts dans les camps de concentration allemands !

_________________
La rue appartient à celui qui y descend...


Giap
PostPosted: Sat 5 Oct - 21:07:20 (2013) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,343
Localisation: Au pays des cigales




Vos oubliez une chose, c'est que certains sont les victimes des horribles HLPS et les autres ont subi la juste punition des glorieux libérateurs populaires

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Giap
PostPosted: Sat 5 Oct - 21:48:39 (2013) Reply with quote
possum
Modérateur
Modérateur

Offline
Joined: 30 Jul 2007
Posts: 26,580
Localisation: Dans le Sud, bien sûr !




Oups ! Embarassed

Je vais battre ma coulpe de vipère lubrique pendant... 10 secondes... au moins !

_________________
La rue appartient à celui qui y descend...


Giap
PostPosted: Thu 24 Oct - 19:59:12 (2013) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,343
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
Giap, un marxiste fanatique

Maintenant que les pleureuses ont fini de verser des larmes sur la mort, à 102 ans, du communiste Vo Nguyen Giap (en vietnamien, vo signifie « force » et giap, « bouclier »), « le général qui a sonné le glas de l’Indochine en écrasant l’armée française à Dien Bien Phu » comme l’écrit avec gourmandise Libération, on peut ajouter deux ou trois remarques. Non lacrymatoires, elles…

C’est peut-être le général américain Westmoreland qui, en 1967, marqua le mieux les limites de ce « grand stratège » : « Un commandant américain, victime de pertes comparables à celles de Giap, aurait été relevé de ses fonctions ». Il sacrifia en effet, sans le moindre état d’âme, des milliers de combattants. Et, pour être sûr que les hommes de la ligne de front ne reculeraient pas, il les fixait – au sens propre du mot – sur leurs positions en les attachant à des plaques de mortiers de campagne…

Une victoire de Giap, Dien Bien Phu ? En 1978, la revue chinoise Cheng Ming rappela opportunément le rôle joué par la Chine et trois officiers chinois de haut rang auprès de Giap : Yeh Chien Ying, Wei Guoqing et Gheng Geng. Curieusement, les nombreux ouvrages consacrés à Dien Bien Phu passent sous silence la présence des conseillers chinois (et soviétiques) pendant le siège.

Dans les années quarante, Giap mit sur pied une Brigade de propagande armée composée d’hommes choisis parmi des dizaines de révolutionnaires marxistes ayant tous suivi des stages militaires en Chine. Rappelons au passage que « l’armée » de Giap (qu’on essaie de nous vendre comme un « nationaliste ») à l’époque n’interviendra quasiment jamais contre l’Occupant nippon. Sinon une fois quand, pour leurrer les Américains stationnés en Chine, il fera attaquer un poste isolé où vivaient… 15 Japonais dans le Tam Dao.

Populations sous contrainte

A partir de 1945, avec des armes livrées par les services secrets américains (le leurre avait payé…), celles récupérées dans les dépôts français et celles données (ou livrées) par les Japonais, Giap va créer une école de guerre. Où les cours seront beaucoup plus politiques que militaires.

En sous-main, il pousse ses comparses à organiser des manifestations anti-françaises et à tuer le plus grand nombre possible de notables vietnamiens. Il fera ainsi attaquer la Cité Hérault à Hanoi : des dizaines de Français et d’Eurasiens y furent massacrés.

En juillet 1952, un décret de Pham Van Dong prévoit : « A tout moment, la population peut être requise pour des corvées ou des portages parfois sur de très longues distances. Cette mobilisation parallèle est planifiée dès la cellule villageoise et, si nécessaire, du hameau. »

Ce n’est donc que contraints et forcés que les villageois sont recrutés et que des dizaines de milliers d’entre eux deviennent, du jour au lendemain, des coolies taillables et corvéables à merci. Tous les déplacements sont sous le contrôle de commissaires politiques. L’émulation marxiste permanente est constamment à l’ordre du jour et les objectifs à atteindre sont répétés sans cesse comme une litanie de slogans de plus en plus simplistes.

Les « volontaires » recevaient un kilo de riz par jour et 15 grammes de sel. Dans leurs villages, ils devaient payer leurs impôts annuels en riz et contribuer aux « emprunts nationaux » grâce à leurs parents âgés restés au village.

Un suppot du communisme

Dans son livre, Vo Nguyen Giap : la victoire à tout prix (Phébus, 2003), Cecil B. Currey écrit : « Il fut suffisamment détaché au plan émotionnel pour considérer la vie de ses subordonnés et de ses soldats comme autant de pions. Giap a réservé sa première affection à son pays et son dévouement au Parti communiste. »

Elève au lycée national de Hué (où ne fréquentaient guère les prolos vietnamiens…), il intègre bientôt l’organisation communiste Tân Viêt. Ce qui lui vaut un (court) passage par la case prison. Professeur d’histoire, il laissera à ses élèves le souvenir d’un enseignant pas vraiment « neutre »…

En 1939, Giap passe en Chine où il rencontre un autre « exilé », Ho Chi Minh. Les deux feront la paire. Et tous deux – avant et après 1954 – organiseront des procès staliniens souvent suivis de purges sanglantes.

A partir des années quatre-vingt, les révolutions dévorant toujours leurs propres enfants, Giap sera tenu à l’écart. Mais sournoisement : difficile de se débarrasser du « vainqueur de Dien Bien Phu » comme d’un petit cadre devenu indésirable. Entouré d’honneurs, confiné à des postes honorifiques, on l’embaumera vivant en le laissant marcher à pas lents vers un enterrement de première classe.

A la fin de sa vie, il lancera quelques piques contre un Parti communiste réputé – à juste titre – corrompu. Sans inquiéter personne et sans être inquiété plus que ça. Sic transit…

• Pour en savoir plus : Roger Holeindre et Alain Sanders, Des Pavillons noirs à Dien Bien Phu (Ed. Flanant, 1996) et Roger Holeindre, L’Imposture viêt-minh (Ed. Héligoland, 2004).

ALAIN SANDERS


Extrait du n° 7967 du Vendredi 25 octobre 2013
Soutenez Présent ! le seul journal entièrement libre !
Abonnez-vous !

http://www.present.fr/index.php?id_rubrique=6

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Giap
  Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » Le Salon courtois
All times are GMT + 1 Hour  
Page 1 of 1  

  
  
 Post new topic  Reply to topic  

Portal | Index | Forum hosting | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001-2004 phpBB Group
Designed for Trushkin.net | Themes Database