Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC :: Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans
Log in Register Vous avez de nouveaux messages " href="privmsg.php?folder=inbox" class="mainmenu" onmouseover="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files2/b/t/btn_pm_on-36d66.gif'); return true;" onmouseout="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files9/b/t/btn_pm-36de9.gif'); return true;">Log in to check your private messages FAQ Memberlist Search Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index
Bienvenue aux amis du Pays réel et de Radio Courtoisie, pour défendre l'identité française, sa culture, sa langue, son histoire, échanger des propos sur l'air du temps.
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » Forum du Pays Réel et de la Courtoisie » Les neuf muses...(chant, poésie, théâtre, arts) » Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans
Post new topic  Reply to topic Previous topic :: Next topic 
Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans
PostPosted: Tue 11 Feb - 19:22:53 (2020) Reply with quote
caporal_épinglé
Modérateur
Modérateur

Offline
Joined: 29 Jul 2007
Posts: 43,040
Localisation: Paris




*
_  Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans.






                  




La dessinatrice de BD Claire Bretécher, créatrice notamment des "Frustrés" et d'"Agrippine", est décédée lundi à l’âge de 79 ans, a-t-on appris mardi auprès de son éditeur. "C’est avec une profonde tristesse que les éditions Dargaud annoncent le décès de Claire Bretécher, le 10 février 2020, à l’âge de 79 ans", a annoncé l’éditeur dans un communiqué.


Claire Bretécher s’était très tôt lancée dans la bande dessinée, "pour échapper à l’ennui", disait-elle. Aux débuts des années 1960, après avoir laissé tomber les Beaux-Arts, elle enseigne le dessin et livre des illustrations aux journaux du groupe Bayard. "Le dessin de presse, les strips, la BD, peu importe, je voulais dessiner et mon but était de manger grâce à ça", expliquait-elle.


En 1963, elle est invitée par Goscinny à dessiner son "Facteur Rhésus" dans "L’os à moelle". Elle collaborera ensuite au journal Tintin, puis à Spirou, où elle crée les "Gnan-Gnan". Elle travaillera ensuite à Pilote (où elle crée le personnage de "Cellulite"), puis participe au début des années 1970 à la création de l’Écho des Savanes avec ses amis Gotlib et Mandryka.


Une observatrice visionnaire de son époque

Parmi les pionniers de la BD, elle a su imposer un style, un ton, un regard décalé d’une originalité totale. Observatrice détachée de son époque, elle en croque les travers avec une immense autodérision. Dessinatrice de presse, elle a dessiné dans Le Sauvage et Le Nouvel Observateur, où elle faisait paraître chaque semaine une planche des "Frustrés". S’étant lancée dans l’autoédition, elle publie en 1988 le premier album des aventures d’Agrippine, suivi de six autres et d’une série de 26 dessins animés diffusés sur Canal +.


Sa galerie de personnages lui permettait de s’attaquer à des sujets de société qu’elle aura très souvent identifiés bien avant la plupart de ses contemporains. Au point qu’en 1976, Roland Barthes dira qu’elle est la "sociologue de l’année". Elle pratiquait aussi avec talent la peinture, produisant une série de portraits saisissants de ses proches et d’autoportraits sans concession.
"Personnalité aussi dérangeante qu’attachante, Claire Bretécher a tracé un chemin unique dans la bande dessinée. Son humour et sa liberté d’esprit étaient immenses, ils manqueront à tous ses lecteurs, ils nous manquent déjà", a affirmé son éditeur.


Retrouver les BD de Claire Bretécher sur le site de Dargaud


                    https://www.rtbf.be/culture/bande-dessinee/detail_deces-de-la-dessinatrice-…


                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Claire_Bretécher

_________________
En avant toujours, repos ailleurs !



_ Quand j'entends le mot culture, je charge mon revolver !
Visit poster’s website

Publicité
PostPosted: Tue 11 Feb - 19:22:53 (2020)
Publicité




PublicitéSupprimer les publicités ?

Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans
PostPosted: Tue 11 Feb - 20:18:23 (2020) Reply with quote
kikou
Utilisateur courtois

Offline
Joined: 06 May 2013
Posts: 3,844
Localisation: Sud de France




Je n'aime pas du tout.

Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans
PostPosted: Wed 12 Feb - 10:10:28 (2020) Reply with quote
possum
Modérateur
Modérateur

Offline
Joined: 30 Jul 2007
Posts: 26,242
Localisation: Dans le Sud, bien sûr !




J'avais vu, pas aimé du tout, et oublié !


Un poil gauchardingue, me semble-t-il, avec un parisianisme bien pensant, sous le vernis modérément "acide".

_________________
La rue appartient à celui qui y descend...

Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans
PostPosted: Wed 12 Feb - 20:33:21 (2020) Reply with quote
Saint-Louis
Membre (modérateur du tchat)

Offline
Joined: 21 Nov 2008
Posts: 2,160
Localisation: South




Ouais...!!! elle n'était pas très Claire...!!! Rolling Eyes

_________________
Le beau est la splendeur du vrai

Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans
PostPosted: Wed 12 Feb - 21:13:06 (2020) Reply with quote
Granada
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 26,061
Localisation: Paris




J'avais eu l'occasion de la rencontrer à une convention de la BD, dans les années 1980.

Ce n'était pas trop ma tasse de thé, mais elle a eu deux ou trois trucs marrants.

Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans
PostPosted: Fri 14 Feb - 18:38:08 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 46,880
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
La Thérèse d’Avila décalée de Claire Bretécher

Le grand auteur de bande dessinée Claire Bretécher est décédée ce lundi 10 février. Visionnaire, drôle et pertinente, la dessinatrice a marqué l’histoire de l’illustration grâce à son coup de crayon singulier et son regard de femme sur la société. Certains la considèrent même comme une référence littéraire à part entière.
Claire Bretécher est l’une des deux seules femmes à avoir reçu le Grand Prix du festival d’Angoulême, qui récompense chaque année le meilleur de la bande dessinée. Née en 1940, elle n’a jamais perdu en modernité. Son regard parfois acerbe, toujours drôle et souvent innovant a ainsi marqué tout une génération. Dans les années 1970, elle publie régulièrement dans les colonnes du Nouvel Observateur, puis se concentre sur des sujets comme la maternité et la médecine. Et jusqu’en 2009, elle sera connue pour sa série de bandes dessinées Agrippine consacrée à l’adolescence et imprégnée de sociologie, qu’elle réalise pendant une dizaine d’années.

Sa Thérèse d’Avila humoristique

Source de vives réactions mais aussi de grands éclats de rire, sa bande dessinée sur sainte Thérèse d’Avila parue en 1979 dans Le Nouvel Observateur brosse un portrait pour le moins décalé de la mystique espagnole. La Vie passionnée de Thérèse d’Avila montre ainsi une religieuse très incarnée tout aussi capable de léviter que d’entrer en extase.
Claire Bretécher joue ainsi des us et coutumes du XVIe siècle et s’inspire pour deux personnages du Soulier de satin de Paul Claudel, n’oubliant pas de représenter saint Jean de la Croix. Cette leçon de prière qu’elle donne à sa grande amie Prouhèze en atteste :

« C’est ça, rentre le ventre enfin autant que possible… Serre les fesses… Davantage, allons n’aie pas peur… Tire sur la colonne cervicale, je veux que ça craque… Relâche les trapèzes… Bien. Maintenant concentre-toi… Regarde à l’intérieur de toi-même. Regarde bien, il y a quelqu’un – Non, exceptionnellement aujourd’hui il n’y a personne ».

Décalée et amusante, cette hagiographie originale raconte ensuite la personnalité de la sainte à travers sa vie quotidienne : exorcisme, lévitation, construction d’un couvent, promenade sur un âne. Et surtout à travers son caractère bien trempé et plein de bon sens.

Quelques années après, la dessinatrice publie Le Destin de Monique (1983), une saga génétique en avance sur son temps. Il s’agit de l’histoire d’une actrice de 38 ans, Brigitte Lemercier, qui tombe enceinte au moment où on lui propose enfin un premier grand rôle. Paniquée par la malheureuse coïncidence, elle décide d’avoir recours à une mère porteuse. Nous suivons alors le destin du fœtus à travers toute une série de péripéties. Au sujet de la situation des femmes, Claire Bretécher a souvent visé juste, comme si elle était au fait du vent qui tourne un peu avant tout le monde. Son regard était indéniablement unique, et elle laisse derrière elle assez d’œuvres pour pouvoir s’y replonger encore.



Source : Aleteia

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans
PostPosted: Mon 17 Feb - 01:06:03 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 46,880
Localisation: Au pays des cigales




Quote:
Claire Bretécher, la pionnière insolente

La dessinatrice, créatrice des Frustrés, a croqué avec un œil acéré la génération des baby-boomers.

Elle est partie sur la pointe des pieds, à presque 80 printemps, alors que la bande dessinée parade comme jamais. Claire Bretécher, pionnières des dessinatrices de BD, à l’avant-garde de tous les combats idéologiques, sociologiques, artistiques et humoristiques grâce à sa plume acérée trempée dans l’ironie pure, avait un peu baissé la garde depuis la mort de son mari l’intellectuel et juriste Guy Carcassonne, décédé en 2013.

Nichée confortablement tout en haut d’un immeuble-parking en bas de la butte Montmartre, dans un bel appartement donjon dont la vue dominait Paris, cette grande dame du 9e art recevait sans chichi. Il ne faisait pas bon lui poser la sempiternelle question sur le fait qu'elle soit la dessinatrice de BD surgie au milieu d'une bande de garçons turbulents tels que Gotlib, Druillet, Giraud/Moebius, Fred ou Mandryka. Elle prenait alors une feuille blanche et répondait du tac au tac par un dessin hilarant représentant un auteur de BD ahuri à qui une journaliste demandait : "N'est-ce pas un lourd handicap que d'être un homme dans la bande dessinée ?"

Claire Bretécher était une sorte de Jeanne d'Arc au sourire désabusé, prête à tous les combats, mais avec ce je-ne-sais-quoi de décalage que l'on appelle l'humour, la dérision, le tout enrobé d'une belle dose de séduction mordante. L'onde de choc est grande parmi toutes celles qu'elle avait inspirées. La jeune génération de dessinatrices de bande dessinée qui fleurit depuis quelques années dans l'édition en est tout à fait consciente. D'Hélène Bruller à Dorothée de Monfreid, en passant par Catel Muller, Pénélope Bagieu, Marion Montaigne, Julie Maroh, Aude Picault, Aurélia Aurita, Marguerite Abouet, Soledad Bravi ou encore Catherine Meurisse, lui doivent une fière chandelle. Catherine Meurisse, récemment élue à l'Académie des Beaux-Atrs, le synthétise d'un mot, en disant qu'elle lui doit "une reconnaissance éternelle".

Quant aux auteurs de la génération Pilote, qui auront fait les quatre cents coups avec elle à la fin des années 1960-70, Enki Bilal le résume très bien : A Pilote, nous étions tous amoureux d'elle." Dans l'émission télévisée "du Tac au Tac" de Jean Frappat, au début des années 1970, il n'était pas rare de la voir dessiner aux côtés de Druillet, Giraud, Gotlib, ou encore Franquin. Imperturbable et rapide à la détente, Claire Bretécher dessinait vite. Ses croquis jetés faisaient mouche à tous les coups.

Née le 17 avril 1940 à Nantes, la future créatrice des Frustrés ne s'éternisera pas longtemps dans la ville de Jules Verne. Dès l'adolescence, elle se passionne pour le dessin, s'inscrit aux Beaux Arts de Nantes, et quitte le nid familial au début des années 1960 pour s'installer à Paris. A Montmartre plus précisément, où elle commence à vendre ses dessins pour le groupe Bayard Presse, notamment. Le dessin de presse l'attire. "Le dessin de presse, les strips, la BD, peu importe, je voulais dessiner, et gagner ma vie grâce à ça." disait-elle.

Elle pige pour le journal Tintin entre 1965 et 1966. Dans Spirou, elle crée Les Gnangnan, ces bébés très adultes qui donnent déjà une idée très précise de son humour décalé, ainsi que Les Naufragés entre 1967 et 1971. Mais c'est sa rencontre avec rené Goscinny en 1963 qui va se révéler décisive. Pour le cocréateur d'Astérix, elle illustre le scénario de Facteur Rhésus, paru dans la revue L'Os à Moelle. En 1969, elle fait ses débuts à Pilote avec Cellulite, cette princesse du Moyen-Âge, modèle des féministes avant l'heure. Elle se taille rapidement une place de choix au sein des artistes qui font alors les beaux jours de la bande dessinée d'humour. Avec ses amis dessinateurs, elle participe à ce grand vent de liberté qui souffle dans la société française. En 1972, elle cofonde avec Gotlib et Mandryka L'Echo des Savanes et travaille aussi pour Fluide Glacial. Bretécher croque savoureusement les tics de l'époque, et surtout dans Les Frustrés qu'elle publie dans Le Nouvel Observateur. Elle vise si juste qu'en 1976 Roland Barthes estime qu'elle st "la sociologue de l'année". Observatrice de la génération des baby-boomers, insolente croqueuse de la bourgeoisie bohème, des soixante-huitards, hippies, punks, yuppies, et autres bobos, elle aurait même pu croquer les millenials qui ne manquent pas de petits et grands défauts.

Dans les années 1980, elle se réinvente grâce à des albums tels que Docteur Ventouse, bobologue ou encore avec la série Agrippine. Née en 1988 (la BD est publiée à compte d'auteur), Agrippine est une éternelle adolescente, teigneuse et attachante, qui passe le plus clair de son temps à naviguer à vue entre ses copines, sa famille en plein divorce heureux, et sa bisaïeule qui prend des cours de tag. Agrippine est un grand succès d'édition. Claire Bretécher publie neuf albums de son héroïne, éternelle rebelle face à des parents dépassés. Elle aura même droit à un dessin animé de 26 épisodes diffusé sur Canal + . Dans le dernier album, paru en 2009, Bretécher s'en prenait ouvertement aux Vélib', tout en se délectant de mettre dans la bouche de son héroïne un langage fleuri, inventif, une moisson de néologismes qu'elle adorait mettre en scène : "ces mots inventés, reconnaissait alors Bretécher, je les cultive dans les dictionnaires, les livres de synonymes, ou par association d'idées. J'ai surtout envie de rendre mes phrases plus pimpantes."

Pimpante, c'est le souvenir que l'on gardera de cette grande dame du 9e art, cette pionnière de la bande dessinée moderne, figure de proue des dessinatrices d'aujourd'hui.

Olivier Delcroix


source : le bigarreau

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Décès de la dessinatrice Claire Bretécher à l'âge de 79 ans
  Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » Les neuf muses...(chant, poésie, théâtre, arts)
All times are GMT + 2 Hours  
Page 1 of 1  

  
  
 Post new topic  Reply to topic  

Portal | Index | Forum hosting | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001-2004 phpBB Group
Designed for Trushkin.net | Themes Database