Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC :: Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
Log in Register Vous avez de nouveaux messages " href="privmsg.php?folder=inbox" class="mainmenu" onmouseover="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files2/b/t/btn_pm_on-36d66.gif'); return true;" onmouseout="changeImages('btn_top_pm', 'http://img.xooimage.com/files9/b/t/btn_pm-36de9.gif'); return true;">Log in to check your private messages FAQ Memberlist Search Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index
Bienvenue aux amis du Pays réel et de Radio Courtoisie, pour défendre l'identité française, sa culture, sa langue, son histoire, échanger des propos sur l'air du temps.
Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » Forum du Pays Réel et de la Courtoisie » Le Salon courtois » Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020 Goto page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Post new topic  Reply to topic Previous topic :: Next topic 
Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Wed 6 May - 16:49:57 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




Ephéméride du 1er avril

1328 : Avènement de Philippe VI de Valois
Il est le cousin de Charles IV le Bel, le dernier des Capétiens directs.
Son accession sur le trône de France en 1328 découle d'un choix politique, déjà fait à la mort de Louis X le Hutin en 1316, et donc renouvelé à celle de Charles IV, afin d'éviter que la couronne ne passe dans les mains d'un étranger : Édouard III d'Angleterre, pourtant petit-fils de Philippe le Bel par sa mère, Isabelle, est donc évincé au profit du neveu de ce dernier.
C'est le prétexte direct, sinon la cause réelle, de la Guerre de cent ans.

1565 : Les premiers poissons d'avril
L'Edit de Roussillon du 9 Août 1564 de Charles IX ayant pris effet, le début de l'année a été pour la première fois fixé pour tout le Royaume au 1er Janvier.
L'année commençait avant à des dates variables, ce qui entraînait des gênes multiples dans un grand nombre de domaines (administration, commerce...) car ces dates s'étalaient jusqu'en avril.
On se fit donc au premier janvier, cette année-là, les petits cadeaux, ou étrennes, d'usage en début d'année.
Mais trois mois après, lorsqu'on arriva à l'une des plus fréquentes des anciennes dates des souhaits et des petits cadeaux, les facétieux continuèrent à s'en offrir, mais des cadeaux cette fois sans vraie valeur et pour rire, ou pour se moquer des étourdis, ou des nostalgiques. On les appela poissons d'avril car, d'après le zodiaque, la lune quitte, à ce moment là, le signe des poissons. Un jeu qui devint vite coutume, et qui s'est perpétué jusqu'à nos jours...
Initiateur d'une autre coutume, consistant à offrir un brin de muguet le 1er mai aux dames de la Cour, Charles IX, qui n'est pas le roi le plus connu du grand public - ni celui qui a eu le règne le plus facile !... - se trouve donc être ainsi à l'origine de trois des habitudes sociales les plus répandues dans notre société, cinq siècles après son règne :
• le début de l'année au Premier janvier;
• les plaisanteries et canulards du premier avril;
• et le muguet du premier mai.

1645 : Louis XIV, enfant, pose la première pierre de l’Abbaye royale du Val de grâce
L'abbaye royale du Val-de-Grâce résulte du voeu d'Anne d'Autriche, épouse du roi Louis XIII, d'élever "un temple magnifique" à Dieu s'il lui envoyait un fils.
Le Val de Grâce abrite aujourd'hui l'Hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce : le Service de santé des armées est l’héritier direct des services de santé militaires institués par Louis XIV, dans son Edit du 17 janvier 1708 établissant les offices de médecins et chirurgiens royaux

1755 : Naissance de Brillat-Savarin
Considéré - avec Grimod de la Reynière - comme la référence obligée en matière de gastronomie (un fromage et un gâteau portent son nom...), Jean-Anthelme Brillat-Savarin naquit à Belley, en Savoie, laquelle, à l'époque, n'était pas encore française...
Il fut cependant Député du Tiers-Etat, et Girondin à ses débuts; pourtant, c'est en assistant à une cérémonie expiatoire, le 21 janvier 1826, à la basilique de Saint-Denis en l'honneur de Louis XVI que devait s'aggraver le mal qui devait l'emporter. Le président de la Cour de Cassation, Raymond de Sèze, défenseur de Louis XVI lors de son pseudo-procès lui avait demandé d'y assister, et, malgré un rhume sévère, Brillat-Savarin avait assisté à la cérémonie, ce qui lui fut fatal : son mal empira, et il mourut le 2 février suivant.

1834 : Naissance de François-René de la Tour du Pin

1933 : Naissance de Claude Cohen-Tannoudji
Il reçut le Prix Nobel de Physique 1997.

1950 : Dans "L'Epuration et le délit d'opinion", Marcel Aymé explique son refus de la Légion d'Honneur.
Dès le début, Marcel Aymé a courageusement dénoncé les crimes et atrocités de la sinistre Epuration, qui ne fut qu'une vulgaire et sordide "re-Terreur" (pour reprendre l'expression que Léon Daudet employait pour parler de la Commune...), et qui dénatura et souilla le magnifique moment de la libération nationale
Jusqu'au bout - non moins courageusement - il a soutenu ses amis, notamment Robert Brasillach, faisant signer à des intellectuels et des artistes de tout bord (Albert Camus, Jean Cocteau, François Mauriac) la pétition contre la peine de mort dont il était frappé.
Quatre ans à peine après cette sinistre et sombre période où le crime et la Terreur régnaient à nouveau en maîtres, et pour protester encore contre toutes les horreurs qu'elle avait générées, Marcel Aymé se signala par son double refus d'entrer à l'Académie française et de recevoir la Légion d'honneur :
• le 28 février 1950, il écrivit à François Mauriac pour refuser sa proposition d'entrer à l'Académie française;
• et, le 1er avril suivant, dans Le Crapouillot (numéro 11) il publia un brûlot pour expliquer son refus de la Légion d'honneur : sous le titre "L'Epuration et le délit d'opinion" il laissa éclater son écoeurement face à la condamnation à mort de Béraud et de Brasillach, et face à la condamnation de Maurras à la réclusion criminelle à perpétuité et à la dégradation nationale, toutes prononcées par de "très hauts personnages inconséquents" :
"...Je regrette à présent de n'avoir pas motivé mon refus et dénoncé publiquement, à grands cris de putois, l'inconséquence de ces très hauts personnages dont la main gauche ignore les coups portés par la main droite. Si c'était à refaire, je les mettrais en garde contre l'extrême légèreté avec laquelle ils se jettent à la tête d'un mauvais Français comme moi.
Et pendant que j'y serais, pour n'avoir plus à y revenir, pour ne plus me trouver dans le cas d'avoir à refuser d'aussi adorables faveurs, ce qui me cause nécessairement une grande peine, je les prierais qu'ils voulussent bien, leur Légion d'honneur, se la carrer dans le train comme aussi leurs plaisirs élyséens..."

2O17 : Ouverture au public des Jardins XVIIIème de Chambord intégralement reconstitués.
"A la fois palais royal, pavillon de chasse et évocation de la cité idéale de la Jérusalem céleste, le château s'impose par une telle puissance architecturale qu'aucun des souverains postérieurs à François 1er n'a modifié son enveloppe de pierre" (Jean d'Haussonville, directeur de l'Etablissement public du Domaine de Chambord).
Cependant, les siècles passant, plusieurs dégradations avait affecté le château, et, à l'aube du XXIème siècle, il devenait urgent de reprendre sérieusement l'ensemble du lieu...
Déjà, en 2015, et 500 ans après son introduction par François premier, le cépage royal "Romorantin" revint à Chambord (voir l'Ephéméride du 12 juin). Afin de donner de la vie à ce qui était peu à peu devenu une immense coquille presque vide, de nombreuses pièces ont été meublées avec du mobilier d'époque - même s'il n'a pas forcément appartenu à Chambord - et les cuisines du château, intégralement restaurées, ont été ouvertes au public.
Enfin, grâce au généreux don de 3,4 millions d'euros d'un riche homme d'affaires états-unien, le château a pu retrouver, à partir de 2016, l'intégralité de ses parterres à la française, datant du XVIIIème siècle. Commandés par Louis XIV, ces superbes jardins aux magnifiques arabesques blanches avaient disparu entre les deux guerres de 1914 et de 1939;
Au total, ce sont plus de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15.250 plantes et 18.874 mètres carrés de pelouse qui ont été restitués.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Publicité
PostPosted: Wed 6 May - 16:49:57 (2020)
Publicité




PublicitéSupprimer les publicités ?

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Wed 6 May - 16:56:48 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




C’est arrivé un 1er avril

le 1er avril 1716 : le cardinal de Fleury est nommé par le régent Philippe précepteur de Louis XV.
C’est très certainement la meilleure décision du régent de toute la période de la Régence.

le 1er avril 1753 : naissance de Joseph de Maistre, homme politique, écrivain et philosophe.
Né dans le duché de Savoie, Joseph de Maistre, est magistrat, politicien, écrivain et philosophe. C’est un des premiers écrivains à affirmer le caractère satanique de la révolution française. Sénateur en 1788. Il est l’un des premiers à se révolter contre l’annexion de la Savoie par la France en 1792. Longtemps exilé en Suisse, puis en Italie, il revient en France sous Louis XVIII.
Quelques citations :
« La Révolution, je dis la république, car c’est la même chose, est comme le chancre qui se détruit lui-même en se dévorant. N’attendons pas ce moment. Le temps presse. Le chancre républicain, en se dévorant, dévore la France, il faut nous hâter de la guérir, de la sauver et de la relever au nom du Roi. »
«Un des plus grand crimes qu’on puisse commettre, c’est sans doute l’attentat contre la souveraineté, nul n’ayant des suites plus terribles. […] Il faut encore faire une observation importante, c’est que tout attentat commis contre la souveraineté au nom de la nation est toujours plus ou moins un crime national…Or , ces crimes nationaux contre la souveraineté sont punis sans délai et d’une manière terrible ; c’est une loi qui n’a jamais souffert d’exception. Chaque goutte de sang de Louis XVI en coûtera des torrents à la France ! quatre millions de Français peut-être payeront de leurs têtes le grand crime national d’une insurrection antireligieuse, et antisociale, couronnée par un régicide. »Considérations sur la France chap II, page 11 à 13
Or toutes les études de Dupâquier à Renée Casin montre que non seulement de Maistre sera en deçà de la réalité mais que le déclin démographique de la France date de la révolution. En 1789, la France compte autant d’habitants que la Russie. En 1914, les populations s’élèvent respectivement à 40 millions et 160 millions !
« Chaque nation, comme chaque individu, a reçu une mission qu’elle doit remplir.» Considérations sur la France
« Il y a dans la révolution française un caractère satanique qui la distingue de tout ce qu’on a vu et peut-être de tout ce qu’on verra. » Considérations sur la France
« Le plus grand ridicule pour une femme, c’est d’être un homme. »
« Toute nation a le gouvernement qu’elle mérite. »Considérations sur la France
« Le goût n’est que la conscience du beau, comme la conscience n’est que le goût du bon. »Lettre à Monsieur l’amiral Tchitchagof
« Ce qu’il y a de plus admirable dans l’ordre universel des choses, c’est l’action des êtres libres sous la main divine.»Considérations sur la France

le 1er avril 1904 : circulaire du ministre de la Justice ordonnant l’enlèvement des crucifix dans les prétoires de tous les tribunaux.

le 1er avril 1933 : l’armée de l’air française est créée officiellement.
«L’aéronautique militaire » est d’abord une arme appartenant à l’armée de terre comme le sont l’infanterie, la cavalerie, l’artillerie et le génie etc… Elle devient une armée tardivement. C’est toutefois la plus ancienne force aérienne du monde.

1er avril 1944 : massacre d’Ascq, appelé aujourd’hui de Villeneuve d’Ascq.
Alors que la 12.SS-Panzer-Division « Hitlerjugend » rejoint le front de Normandie par convoi ferroviaire et en passant par le nord de la France, en gare -d’Ascq, près de Lille, un groupe de résistants du réseau La Voix du Nord effectue un sabotage qui ne cause cependant que des incidents mécaniques mineurs. Les SS qui considèrent les résistants comme des terroristes, tuent le chef de gare et un autre employé.
Ivre de rage, le commandant allemand, âgé de 25 ans, procède à une exécution collective et cela contre l’avis même des officiers de la Feldgendarmerie présents. Quatre-vingt-six personnes sont choisies au hasard et exécutées sans aucune forme de procès.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Wed 6 May - 17:04:38 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




ça s'est passé un 1er avril

1er avril 1204 : mort d'Aliénor d'Aquitaine
vers 1122 à Poitiers - 1er avril 1204 à Fontevrault
Avec Aliénor prend fin un siècle épique qui a connu plusieurs croisades ainsi que les premières grandes cathédrales gothiques.
Aliénor est la petite-fille du troubadour Guillaume IX d'Aquitaine, qui célébrait l'amour courtois et accueillait les poètes à la cour de Poitiers. La duchesse ne manque pas à la tradition familiale et, sa vie durant, entretient autour d'elle une cour de poètes.
Peu de vies, il est vrai, seront aussi remplies que la sienne : elle est successivement reine de France et reine d'Angleterre ; deux de ses fils, Richard Coeur de Lion et Jean sans Terre, deviennent eux-mêmes rois d'Angleterre. Elle a deux filles du roi de France et huit enfants de celui d'Angleterre, le dernier de ses enfants, le futur Jean sans Terre, étant né dans l'année de ses 45 ans.
Femme de caractère, Aliénor a pris part à toutes les péripéties politiques de son époque et, par son divorce d'avec le roi de France et son remariage avec le futur roi d'Angleterre, elle a inauguré huit siècles de guerres et de rivalités entre les deux nations !
L'adolescente hérite vers 15 ans, en 1137, du comté de Poitiers et des duchés d'Aquitaine et de Gascogne. La même année, à l'instigation de l'abbé Suger, conseiller de la monarchie capétienne, elle épouse l'héritier de la couronne de France, Louis le Jeune (17 ans). Quelques jours après le mariage, son beau-père Louis VI le Gros décède. La voilà reine !
Aliénor a le privilège d'assister à la consécration de l'abbatiale de Saint-Denis, première révélation de l'art gothique.
En 1147, la reine Aliénor prend part à la deuxième croisade, traversant l'Europe et l'Anatolie à cheval, la Méditerranée en bateau. On la soupçonne de n'avoir pas été indifférente à quelques seigneurs moins tristes que son royal mari («J'ai cru épouser un homme, non un moine», aurait-elle confié).
De retour en France, brouillée avec Louis VII, Aliénor obtient le divorce sous le prétexte d'une parenté trop proche (cousinage au 4e degré !). L'Église, en ce domaine, savait se montrer accommodante avec les puissants. Louis VII se remarie et a la chance d'engendrer le futur Philippe Auguste, ainsi surnommé parce qu'il est né en août (21 août 1165) : il sortira la monarchie capétienne de la médiocrité et lui donnera le premier rôle en Europe.
Sans attendre, Aliénor épouse de son côté Henri Plantagenêt (le nom de famille vient de ce que le père d'Henri, Geoffroy V le Bel, avait coutume de planter une branche de genêt dans son chapeau !). Henri est l'héritier de la Normandie et de l'Anjou. Il est aussi, par sa mère, le petit-fils du roi d'Angleterre Henri 1er Beauclerc. Il est devenu son héritier direct par un concours de circonstances extraordinaire.
Henri Plantagenêt est bientôt appelé à la tête du royaume d'Angleterre sous le nom de Henri II. C'est ainsi qu'Henri et Aliénor se retrouvent en quelques mois souverains de l'Angleterre et de tout l'Ouest de la France, de Calais à Bordeaux. Un véritable «Empire angevin» !
Henri II Plantagenêt, beau et fougueux, de dix ans le cadet d'Aliénor, a le front de tromper celle-ci avec plusieurs courtisanes dont la plus célèbre, la Belle Rosamonde (Fair Rosamund), mourut mystérieusement empoisonnée. Son destin légendaire inspira de grands poètes comme Chaucer.
Aliénor, qui a la rancune tenace, se retire à Poitiers où elle entretient un cercle brillant de troubadours et d'artistes, comme Bernard de Ventadour. Elle soulève ses fils contre leur père. Henri II trouve moyen de se saisir de sa femme, tandis que celle-ci voyage sous un déguisement de page ! La reine est reléguée pendant de longues années dans un couvent à Winchester. Mais la guerre parricide se poursuit jusqu'à la mort misérable de Henri II, en 1189, abandonné par presque tous et tourmenté par le remords d'avoir commandité l'assassinat de son fidèle ami, le pieux archevêque Thomas Becket.
Libérée par le nouveau roi, Richard Coeur de Lion, Aliénor a encore fort à faire pour sauver la mise de son cher fils tandis qu'il est fait prisonnier en Allemagne, à son retour de croisade. Son frère Jean n'hésite pas en effet à s'associer à Philippe Auguste pour le dépouiller de son pouvoir.
Après ces épreuves, Aliénor peut finir sa vie dans la plénitude de ses fonctions de reine mère. Sa petite-fille Blanche de Castille sera la mère dévouée du roi Saint Louis. Elle gouvernera la France de 1226 à 1242.
Tout en étant exceptionnelle, la vie d'Aliénor témoigne du comportement très libre des femmes au Moyen Âge, du moins dans les classes supérieures. Elles suivent leur mari à la croisade, étudient, animent des cours etc. Elles sont néanmoins handicapées dans la conduite de la guerre. Comme Aliénor, elles doivent dans ces occasions se faire épauler par un mari, un fils ou un fidèle vassal.
Les femmes perdront leur autonomie à la Renaissance, quand les juristes ressusciteront le droit romain et le statut d'infériorité féminine qui s'y attache. Le Code civil de Napoléon, plus romain que nature, aggravera encore cette situation.

1er avril 1803 : Le Premier Consul encadre les prénoms
Par la loi du 11 Germinal An XI (1er avril 1803), le Premier Consul Napoléon Bonaparte en finit avec la fantaisie qui avait cours dans l'attribution des prénoms aux nouveaux-nés. L'article 1er énonce : « À compter de la publication de la présente loi, les noms en usage dans les différents calendriers, et ceux des personnages connus de l'histoire ancienne, pourront seuls être reçus, comme prénoms sur les registres de l'état civil destinés à constater la naissance des enfants ; et il est interdit aux officiels publics d'en admettre aucun autre dans leurs actes ».
Jusqu'à l'An Mil et au-delà, les Européens s'en tenaient à un nom unique, reçu au baptême. Puis au XIIe siècle sont apparus les patronymes transmis de génération en génération, évocateurs du métier (Lefebvre), du lieu de résidence (Dupont) ou du physique (Lebrun). Ils sont venus compléter le nom de baptême ou prénom (les Anglais continuent de qualifier celui-ci de first name, « premier nom », et emploient le mot surname, « surnom », pour le patronyme). Au Moyen Âge, les prénoms étaient empruntés de façon assez libre à l'Ancien et au Nouveau Testament ainsi qu'à des saints locaux plus ou moins imaginaires. Sous la Révolution sont apparus aussi les prénoms « patriotes », empruntés à l'Antiquité ou au vocabulaire révolutionnaire. Soucieux d'ordre, Bonaparte a mis le holà à cette exubérance. Il s'en est suivi un retour aux prénoms traditionnels, avec une très forte prévalence de Jean et Marie (un cinquième des baptisés !).
Il faudra attendre la loi du 8 janvier 1993 pour que liberté soit rendue aux parents dans le choix des prénoms de leurs enfants, même si les officiers d'état-civil gardent le droit de faire obstacle à des fantaisies malvenues, droit dont ils se prévalent très rarement. Il s'ensuit que la palette des prénoms, après une remarquable stabilité autour de 2 000 prénoms jusqu'en 1945, s'est diversifiée jusqu'à atteindre plus de douze mille prénoms différents chaque année en 2012, non compris les prénoms « rares » à moins de trois occurrences par an (Jérôme Fourquet, L'Archipel français, Seuil, 2019).

1er avril 1867 : Paris inaugure une deuxième Exposition universelle
Plus fastueuse que la précédente, elle accueille onze millions de visiteurs et va se révéler rentable. De nombreuses têtes couronnées font le déplacement pour admirer les progrès de la révolution industrielle, dans les pavillons qui s'étendent des Champs-Élysées au Champ de Mars. Le coeur de l'exposition est un anneau géant qui entoure un jardin, sur le Champ de Mars, entre la Seine et l'École Militaire. Parmi ses concepteurs figure un jeune ingénieur du nom de Gustave Eiffel. Il fera plus tard parler de lui.
En marge de l'exposition, les visiteurs peuvent aussi admirer le nouveau Paris élargi en 1860 à vingt arrondissements, avec ses larges avenues, ses immeubles aux fières façades néo-classiques, ses cités ouvrières d'avant-garde et ses gares aux allures de palais.
Le triomphe de l'empereur Napoléon III est toutefois terni par l'annonce de la mort de Maximilien 1er, au Mexique.

1er avril 1868 : naissance d'Edmond Rostand
1er avril 1868 à Marseille (France) - 2 décembre 1918 à Paris (France)
Issu de la bourgeoisie marseillaise, Edmond Rostand renonce à une carrière diplomatique pour se consacrer à la poésie et la littérature. À seulement 29 ans, il signe la pièce la plus populaire du théâtre français : Cyrano de Bergerac. Trois ans plus tard, il triomphe à nouveau avec L'Aiglon, avec en vedette Sarah Bernhardt dans le rôle du duc de Reichstadt.
Il meurt à seulement 50 ans, victime comme Guillaume Apollinaire de la grippe espagnole. Son fils, Jean Rostand, sera un scientifique réputé.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Wed 6 May - 17:41:15 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




C’est arrivé le 1er avril

286 : l'empereur Dioclétien élève son général, Maximien, à la dignité d'Auguste, faisant de lui un co-empereur et lui donnant le contrôle des régions occidentales de l'empire.

527 : Justinien est couronné empereur romain d'Orient.

1307 : Villers-le-Temple est cédé aux chevaliers de Malte, après la suppression des Templiers.

1697 : naissance d'Antoine François Prévost, dit « d’Exiles » ou « Abbé Prévost », romancier, historien, journaliste, traducteur et homme d'Église français († 25 novembre 1763).

1809 : naissance de Nicolas Gogol, romancier, nouvelliste, dramaturge, poète et critique littéraire russe d'origine ukrainienne († 4 mars 1852).

1810 : Napoléon Ier épouse Marie-Louise d'Autriche.

1815 : naissance d'Otto von Bismarck, homme politique allemand, premier chancelier de l'Empire allemand de 1871 à 1890 († 30 juillet 1898).

1873 : naissance de Sergueï Rachmaninov, compositeur et pianiste russe († 28 mars 1943).

1875 : naissance d'Edgar Wallace (Richard Horacio Edgar Freeman, dit), romancier, dramaturge et journaliste britannique († 10 février 1932).

1878 : à Bernissart en Belgique, des mineurs font la découverte de 29 squelettes d'iguanodons à 322 mètres de profondeur.

1885 : naissance de Clementine Churchill, épouse de Winston Churchill († 12 décembre 1977).

1913 : lancement du magazine mensuel français de vulgarisation scientifique Science & Vie.

1917 : mort de Scott Joplin, musicien et compositeur de ragtime américain (° 24 décembre 1868).

1918 : création de la Royal Air Force, par fusion du Royal Flying Corps et du Royal Naval Air Service.

1920 : naissance de Toshirō Mifune, acteur et producteur japonais († 24 décembre 1997).

1922 : mort de Charles Ier, empereur d'Autriche et roi de Hongrie de 1916 à 1918 (° 17 août 1887).

1927 : naissance de Jacques Mayol, apnéiste français († 22 décembre 2001).

1929 : naissance de Marcel Amont, chanteur français.

1932 : naissance de Mary Frances « Debbie » Reynolds, actrice américaine († 28 décembre 2016).

1938 : invention du Nescafé.

1939 : fin de la guerre d'Espagne et début du régime franquiste qui durera jusqu'au 20 novembre 1975.

1954 : ouverture du Parc du Mémorial de la Paix d'Hiroshima.

1976 : Steve Wozniak et Steve Jobs fondent la société d'informatique Apple.

1977 : naissance, sur la station de radio RTL, de l'émission culte Les Grosses Têtes, de Philippe Bouvard.

1979 : mort de Bruno Coquatrix, impresario français, directeur de l’Olympia de Paris (° 5 août 1910).

1983 : entrée en vigueur de la retraite à 60 ans en France.

1984 : mort de Marvin Gaye (Marvin Pentz Gay Jr., dit), chanteur américain (° 2 avril 1939).

1994 : mort de Robert Doisneau, photographe français (° 14 avril 1912).

1995 : photographie, par Jeff Hester et Paul Scowen via le téléscope spatial Hubble, de la structure astronomique des Piliers de la création.

1999 : au Canada, création du territoire du Nunavut. Les 25 000 habitants sont majoritairement des Inuits. La langue officielle est l'Inuktitut.

2000 : en France, la TVA passe de 20,6 % à 19,6 %.

2001 : le mariage homosexuel est autorisé aux Pays-Bas, une première mondiale.

2002 : les Pays-Bas deviennent le premier pays au monde à reconnaître l'euthanasie comme un acte légal

2010 : mort d'Henry Edward « Ed » Roberts, ingénieur américain, inventeur en 1975 du premier ordinateur personnel : l'Altair 8800 (° 13 septembre 1941).

2017 : Bob Dylan reçoit son prix Nobel de littérature.

2019 : au Japon, le gouvernement annonce que l'ère du prochain empereur, Naruhito, sera nommée « l'Ère Reiwa »

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Thu 7 May - 17:44:33 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




Ephéméride du 2 avril

1715 : Aux origines du Haras du Pin
Dès 1665, Colbert et Louis XIV créèrent l’administration des haras, afin d’y élever des étalons et de pouvoir travailler à l’amélioration des races chevalines.
En 1714, la région de l'actuel Haras fut retenue pour la qualité de ses pâturages et les facilités d’approvisionnement en eau.
Le 2 avril 1715, on procéda au déménagement de l’ancien haras royal de Saint-Léger vers le Buisson d'Exmes. Enfin, le domaine du Pin fut acheté à Louis de Bechameil.
Les bâtiments actuels (écuries et château) furent construits sous le règne de Louis XV, entre 1715 et 1730, par Pierre Le Mousseux, sur des plans de Robert de Cotte, le parc ayant été imaginé par Le Nôtre, qui y montra une fois de plus ses dons dans la création des jardins à la françaises.

1750 : Naissance de Marie-Etienne Nitot
Joaillier de Marie-Antoinette, c'est en 1780 que Marie-Etienne Nitot fonda la maison Chaumet, place Vendôme à Paris

1791 : Mort de Mirabeau

1841 : Naissance de Clément Ader
Plus que pionnier de l'aviation, Clément Ader peut être considéré comme le père de l'avion (le mot même ayant été formé par lui...) : après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur en 1861, il entra - dans les années 1870 - dans l’administration des Ponts et Chaussées.
Il construisit à ses frais un ballon fonctionnant sur le principe des aérostats. Après avoir quitté l’administration en 1876, Clément Ader se mit à construire des engins volants à propulsion mécanique.
Mais ce fut un inventeur fécond également dans bien d'autres domaines : les chenilles de chars, la transmission stéréophonique (ou théâtrophone), l’aéroglisseur, le moteur V8…
Entre 1882 et 1889, il fabriqua un engin qu'il appela "avion", muni d’un moteur à vapeur de 20 ch, d’une envergure de 14 mètres et baptisé Éole. Le 9 octobre 1890, dans le parc du château d’Armainvilliers (appartenant au banquier Pereire, à Gretz) et sur une piste longue de 200 mètres, Clément Ader se souleva, à bord d’Éole, d’une vingtaine de centimètres et parcourut une distance de 49 mètres : ce fut le premier décollage de l’histoire de l’aviation.
Pour réussir son exploit, Ader avait observé longuement des roussettes des Indes (une espèce de chauve-souris, d’environ 1,30 m d’envergure, planant plus qu’elles ne volent) qu’il avait étudiées dans une volière construite dans son jardin à Paris; il s'inspira de leurs ailes pour la conception de l’Eole...

1915 : Création de la Croix de Guerre

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Thu 7 May - 17:50:38 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




C’est arrivé un 2 avril

le 2 avril 742 ou 747 : naissance de Charlemagne.
La naissance et l’enfance de Charlemagne sont peu connues. A la mort de Pépin le bref, son père, il se partage le Royaume avec son avec son jeune frère Carloman ; puis à la mort de ce dernier en 771, il règne seul. Son armée étant dédiée à la défense de l’Eglise et de la foi est consacrée à la Vierge. Le 25 décembre 800 il est couronné empereur à Rome. Il meurt le 28 janvier.

le 2 avril 1305 : Roi de Navarre et héritier de la couronne de France.
À la mort de sa mère Jeanne Ière de Navarre, reine de Navarre depuis 1274, Louis le Hutin, héritier de la couronne de France, devient roi de Navarre sous le nom de Louis Ier de Navarre. Louis est sacré roi de Navarre à Pampelune en 1307 et devient Roi de France à la mort de son père Philippe le Bel le 29 novembre 1314.

le 2 avril 1796 : l’Armée Catholique et Royale s’empare de Sancerre.
Début 1796, une rébellion royaliste éclate dans le Sancerrois, avec à sa tête un jeune officier d’artillerie, Louis Edmond Le Picard de Phélippeaux. Sa troupe qui appartient à l’ « Armée Catholique et Royale du Sancerrois » compte environ 1500 hommes, dont 900 du pays ; les autres étaient venus en renfort de l’Orléanais et de Vendée. En face, le général « bleu » Desenfans, commande 2500 soldats.

le 2 avril 1816 : Louis XVIII reçoit Martin de Gallardon, envoyé du Ciel
C’est La Rochefoucauld qui obtient de Louis XVIII l’entrevue pour un pauvre paysan, Martin de Gallardon à qui l’Archange Saint Raphael est apparu plusieurs fois.
« Le secret que j’ai a vous dire Sire, c’est que vous occupez une place qui ne vous appartient pas. […] Je ne connais rien à tout cela, mais je sais bien que la place n’est pas à vous ; ce que j’ai à vous dire c’est que vous occupez un trône auquel vous n’avez aucun droit.»
« A qui donc doit-il appartenir ? »
« A votre neveu , Sire! » « Mais où est-il mon neveu ? »
« Vous le savez mieux que moi ! »
[…] Et tout ce que je vous ai dit est aussi vrai qu’il est vrai qu’étant un jour à la chasse, avec Louis XVI, votre frère, dans la forêt de Saint-Hubert, le Roi étant devant vous d’une dizaine de pas, vous avez eu l’intention de tuer votre frère, le Roi. Vous aviez un fusil à deux coups, dont l’un était destiné à Louis XVI, et vous auriez tiré l’autre en l’air pour faire croire qu’on aurait tiré sur vous. Et vous auriez accusé quelqu’un de votre suite. Seulement, au moment de réaliser votre projet, vous vous êtes trouvé embarrassé dans une banche d’arbre et le Roi rejoignit un groupe de chasseurs.
Cette pensée vous traversa l’esprit : « Un peu plus et j’étais Roi de France. » Et longtemps vous avez conservé le même dessein, mais vous n’avez pas pu trouver une occasion favorable. »
« O mon Dieu tout cela est bien vrai. Il n’y a que Dieu vous et moi qui sachions cela. Promettez-moi de garder sur toutes ces communications le plus grand secret. »
Martin promet et se sentira délivré de son serment à la mort de Louis XVIII.
[…] Vous faites des préparatifs pour votre Sacre ! Prenez bien garde de vous faire sacrer. Si vous le tentiez, vous seriez frappé de mort au milieu de la cérémonie. Vous voyez que je connais vos pensées les plus secrètes. Descendez de votre Trône et laissez l’affaire à gouverner à qui en a le droit. »
En 1825, après la mort de Louis XVIII, Martin redira à Mathieu de Montmorency ce qu’il a dit au roi en secret, et Mathieu a témoigné en retour. Ces deux relations se trouvent aux archives nationales.

le 2 avril 1861 : le cercueil de Napoléon Ier est placé dans le sarcophage définitif, dans la crypte sous le dôme des Invalides et en présence de Napoléon III.

le 2 avril 1974: mort de Georges Pompidou.
Président sincèrement regretté des Français. Il faut toutefois rappeler que c’est sous sa mandature que la France a vraiment perdu un pan capital de sa souveraineté : son indépendance financière avec : la monétisation de sa dette. En d’autres termes, par l’article 25 de la loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France, le Trésor public ne peut plus présenter ses propres obligations à la Banque de France et doit s’adresser directement aux marchés financiers. Le financement de l’Etat et de ses politiques est alors soumis à intérêts.
La suite de la Vème république n’est que l’histoire d’abandons successifs de la souveraineté du pays, par une classe politique se contentant d’un rôle de gestionnaire et n’ayant aucune vision prospective autre que la dissolution de la nation dans un grand machin.

le 2 avril 2005 : mort de saint Jean-Paul II.
Le pape Jean-Paul II s’éteint à 84 ans, après 26 ans de pontificat. Plus de 60 000 personnes se sont rassemblées place Saint-Pierre à Rome à l’annonce de son décès. Son pontificat est le 3ème plus long de l’histoire ; il est impossible à résumer : de nombreux pèlerinages avec plus de 104 pays visités ; la lutte contre le communisme qui s’écroule ; l’évangélisation et l’annonce de la Civilisation de l’Amour ; les JMJ, journées mondiales de la jeunesse, son attachement aux valeurs traditionnelles ; son adresse à l’âme de la France lors de son premier voyage dans son sermon du Bourget le 1er juin 1980 :
« Alors permettez-moi, pour conclure, de vous interroger: France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême? Permettez-moi de vous demander: France, Fille de l’Eglise et éducatrice des peuples, es-tu fidèle, pour le bien de l’homme, à l’alliance avec la sagesse éternelle?
Pardonnez-moi cette question. Je l’ai posée comme le fait le ministre au moment du baptême. Je l’ai posée par sollicitude pour l’Eglise dont je suis le premier prêtre et le premier serviteur, et par amour pour l’homme dont la grandeur définitive est en Dieu, Père Fils et Saint-Esprit. »
Il est canonisé le 27 avril 2014 par le pape François le jour de la fête de la Miséricorde divine.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Thu 7 May - 17:56:23 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




ça s'est passé un 2 avril

2 avril 1513 : Ponce de Léon aborde en Floride
Le 2 avril 1513, le conquistador espagnol Juan Ponce de Léon aborde un rivage encore inconnu au nord des Antilles. Il s'agit d'une presqu'île qu'il baptise Florida, sans doute parce que la découverte coïncide avec la Pascua Florida, la Pâques fleurie ou fête des Rameaux.
Il en prend possession au nom de l'Espagne, qui la cèdera beaucoup plus tard, en 1819, aux États-Unis.
En posant le pied en Floride, Juan Ponce de Léon, qui fut précédemment gouverneur de l'île de Puerto Rico, peut être donc considéré comme le premier Européen à avoir foulé le sol des futurs États-Unis

2 avril 1805 : naissance de Hans-Christian Andersen
2 avril 1805 à Odense (Danemark) - 4 août 1875 à Rolighed (Danemark)
Le conteur Hans Christian Andersen est l'un des auteurs les plus lus du monde et à coup sûr le Danois le plus célèbre.
Qui n'a pleuré et parfois ri sur Le Vilain Petit Canard, Les Habits neufs de l'empereur, Le Stoïque Soldat de plomb, La Reine des neiges, La Princesse au petit pois, La Petite Fille aux allumettes, La Petite Poucette, La Petite Sirène, Le Briquet, Les Fleurs de la petite Ida, Le Rossignol et l'Empereur de Chine ?...
Andersen est né à Odense (Danemark) dans le foyer misérable d'un cordonnier le 2 avril 1805.
Son père, qui rêve de gloire, s'engage en 1812 dans la Grande Armée de Napoléon. et meurt quatre ans plus tard.
Comme sa mère est illettrée et son grand-père fou, c'est essentiellement sur sa grand-mère que repose l'éducation du petit Hans-Christian.
À quatorze ans, l'adolescent quitte Odense pour Copenhague où il tente de publier des pièces et des poésies. Son destin bascule avec la rencontre de Jonas Colin, directeur du Théâtre royal, qui le prend sous sa protection et l'envoie au collège.
Souffre-douleur de ses camarades de collège, le jeune homme conserve néanmoins la folle ambition d'accéder à la gloire littéraire. Il entre à l'Université où il étudie la philologie et la philosophie.
Ses examens en poche, il part en 1830 à la découverte de l'Europe. De la Norvège à l'Écosse, de l'Italie à l'Orient, il traverse dans les années qui suivent tous les pays qui comptent.
Il ne manque pas de rencontrer les personnages qui comptent et de gagner leur affection. Parmi ses amis les plus illustres : Franz Liszt, Charles Dickens, Victor Hugo !
Ses voyages donnent lieu à des récits pittoresques. Ils lui inspirent aussi de petits romans.
Mais c'est avec la publication d'un premier recueil de contes pour enfants, en 1835, à trente ans, qu'Hans-Christian Andersen acquiert enfin la célébrité tant recherchée.
Il va dès lors multiplier les publications à raison d'un volume par an. Émouvants, issus de sa seule imagination et de ses souvenirs de jeunesse, ses Contes mêlent le merveilleux et le réel.
Ils racontent des histoires souvent douloureuses, rarement heureuses (La Reine des Neiges). À la différence des contes des frères Grimm, publiés dans les années 1812-1822, ils n'ont pas de prétention morale.
Laid et hypersensible, célibataire faute de mieux, Andersen s'est dépeint sous les traits du « vilain petit canard », l'un de ses plus beaux contes.
En 1867, sa ville natale le fit citoyen d'honneur et il eut le bonheur d'inaugurer sa propre statue. Sa dernière biographie - Le conte de ma vie (1853) - commence par ces mots : « Ma vie est un beau conte de fées, riche et heureux ».
Mort dans sa petite maison de Rolighed, près de Copenhague, il repose au cimetière Assistens (Copenhague).

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Thu 7 May - 18:11:52 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




C’est arrivé le 2 avril

801 : Barcelone se rend à l'armée de Louis le Pieux, soumettant les terres catalanes à l'empire carolingien.

1507 : mort de François de Paule, saint italien (1416).

1559 : signature du traité franco-anglais du Cateau-Cambrésis.

1725 : naissance de Giacomo Casanova, aventurier vénitien († 4 juin 1798).

1800 : création de la Symphonie nº 1 de Ludwig van Beethoven.

1814 : déchéance de Napoléon Ier.

1838 : naissance de Léon Gambetta, homme politique et avocat français, président du Conseil de 1881 à 1882 († 31 décembre 1882).

1840 : naissance d'Émile Zola, homme de lettres français († 29 septembre 1902).

1842 : naissance de Dominique Savio, saint catholique italien († 9 mars 1857).

1863 : création de la Société des bains de mer de Monaco, sur ordonnance princière de S.A.S. Charles III, prince de Monaco.

1872 : mort de Samuel Morse, inventeur américain (° 27 avril 1791).

1875 : naissance de Walter Chrysler, industriel américain, fondateur de la société Chrysler († 18 août 1940).

1891 : naissance de Max Ernst, peintre et sculpteur français († 1er avril 1976).

1908 : premier numéro du journal Les Échos, créé par les frères Robert et Émile Schreiber, sous la forme d'un bulletin mensuel, Les Échos de l’Exportation.

1914 : naissance d'Alec Guinness, acteur britannique († 5 août 2000).

1922 : mort d'Hermann Rorschach, psychiatre suisse (° 8 novembre 1884).

1928 : naissance de Serge Gainsbourg (Lucien Ginsburg, dit), auteur-compositeur-interprète français († 2 mars 1991).

1932 : naissance de Jean Favier, historien français († 12 août 2014).

1939 : les États-Unis établissent des relations diplomatiques avec le nouveau gouvernement espagnol.

1939 : naissance de Marvin Gaye (Marvin Pentz Gay Jr., dit), chanteur américain († 1er avril 1984).

1952 : naissance de Thierry Le Luron, humoriste français († 13 novembre 1986).

1979 : sortie de l'album Crache ton venin de Téléphone.

1982 : débarquement argentin aux Malouines.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Thu 7 May - 18:25:27 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




Ephéméride du 3 Avril

1367 : Du Guesclin prisonnier
Inlassable combattant pour la libération du territoire, du Guesclin a été chargé, en cette période, de débarrasser le royaume des Grandes compagnies, c'est-à-dire des bandes de soldats/mercenaires licenciés par leurs chefs temporaires, mais qui refusaient de quitter les armes pour retourner à la vie civile, et vivaient en rançonnant les campagne et le petit peuple.
A la demande de son roi, Charles V, du Guesclin s'est donc mis personnellement à la tête de ces pillards, et les a emmenés en Espagne, où il soutint le parti d'Henri de Transtamare, qui disputait le trône de Castille à Pierre le Cruel.
Celui-ci, sur le point d'être vaincu par le connétable, fit appel aux deux meilleurs généraux anglais du temps : Chandos et le Prince noir. Le sort des armes tourna alors, temporairement, en défaveur de du Guesclin, qui fut fait prisonnier par le Prince noir (prince de Galles, héritier de la couronne d'Angleterre) pendant la bataille de Najera, en Navarre - le même Prince noir qui mettra Limoges à sac trois ans plus tard
Surnommé le Prince Noir, à cause de la couleur de son armure, le prince de Galles enfermera le connétable à Bordeaux où les émissaires du roi de France négocieront sa libération, qui interviendra le 17 janvier 1368, après paiement d'une forte rançon.

1369 : Apparition du tir sportif
Le roi de France Charles V promulgue un Édit recommandant la pratique des jeux d'arc et d'arbalète, et prétend interdire aux sujets de son royaume la pratique de tout autre jeux (le jeux de dés, le jeu de paume, les quilles, les palets, la soule et les billes sont explicitement désignés).
De fait, tous les jeux "qui n’ont point d’utilité pour exercer nos dits sujets au maniement des armes" sont visés, les contrevenants s’exposant à l’importante amende de quarante sous; pour se divertir, les sujets doivent s’adonner exclusivement au tir à l’arc ou à l’arbalète. Une telle mesure n’est pas tout à fait originale dans la mesure où Charles V ne fait qu’imiter le roi d’Angleterre Édouard III.
Pour le roi de France, qui tente de réorganiser le royaume, il s’agit clairement d’améliorer les qualités militaires du peuple français. Le souvenir des cuisantes défaites de Crécy (1346) et de Poitiers (1356) est encore très vif : lors de ces deux batailles, la force de l’archerie avait largement déterminé la victoire anglaise

1559 : Traité de Cateau-Cambrésis
Signé entre Henri II de France et Philippe II d’Espagne, souverains de deux pays épuisés par le conflit, ce Traité met fin aux Guerres d’Italie.
Après la défaite de Saint-Quentin, la France renonce à ses prétentions sur l’Italie, mais conserve les évêchés de Toul, Metz et Verdun : première étape de sa marche vers l'Est et vers le Rhin, la réunion des Trois-Evêchés prélude à celles de la Franche-Comté, de l'Alsace et de la Lorraine....
Si elle conserve malgré tout quelques places fortes en Italie, la France doit céder le duché de Savoie et ses conquêtes dans le Piémont. Par ailleurs, elle permet aux Génois de reprendre la Corse.
La veille, la France avait signé un traité de paix plus favorable avec Elisabeth 1ère d’Angleterre, lui concédant Calais pour huit ans. Pour conserver définitivement la ville, elle devra verser 500.000 écus.

1591 : Naissance d'Yves Nicolazic
Né à Pluneret, dans le diocèse de Vannes, Nicolazic est mort à Sainte-Anne-d'Auray le 13 mai 1645. C'est lui qui est à l'origine du culte de Sainte Anne en Bretagne, où il fit élever le sanctuaire dédié à celle qui lui apparut de 1623 à 1625.

1711 : Découverte de l'île de Clipperton
Cette année-là, le vendredi 3 avril est le Vendredi saint : les marins français baptisent donc Île de la Passion l'atoll qu'ils viennent de découvrir. Les commandants, Mathieu Martin de Chassiron et Michel Dubocage, dressent la première carte de l'île...
L'histoire de la prise de possession de cet îlot par la France fut assez mouvementée, et ne prit fin qu'en... 1959 !
C'est grâce à des "possessions" de ce genre que la France, dispose du deuxième espace maritime mondial et s'étend sur trois océans et quatre continents.
Avec cet empire maritime et ses savoir-faire, la France a le potentiel pour répondre avec succès aux trois grands défis du siècle : la pénurie en eau potable, l'alimentation problématique de milliards d'êtres humains et la question récurrente des ressources énergétiques : la maîtrise et l'exploitation raisonnée des océans - dont, en l'occurrence, Clipperton... - constitue une formidable chance pour la France.
Et le monde.

1987 : Cérémonie d'ouverture du Millénaire Capétien...
Le 22 janvier 1987, paraissait au Journal officiel de la République française, un décret portant création d’un Comité pour la commémoration du millénaire de l’avènement d’Hugues Capet.
Présidé par Jean Favier, médiéviste et directeur général des Archives de France et co-présidé par le professeur Emmanuel Leroy-Ladurie et le recteur Robert Mallet, le comité comprenait de nombreux historiens, comme Régine Pernoux, Georges Duby, Alain Decaux ou André Castelot; des hommes du spectacle, comme Robert Hossein; des conservateurs du patrimoine, comme Hubert Landais, directeur des musées de France, Alain Erlande-Brandenbourg, conservateur des musées de Cluny et d’Ecouen ou Pierre Lemoine, ancien conservateur du château de Versailles; des représentants de la Presse écrite et parlée, comme André Fontaine, directeur du journal Le Monde et Pierre Sabbagh.

1994 : Mort du Professeur Jérôme Lejeune
Généticien, il est le découvreur de la Trisomie 21 et le père de la cytogénétique (il a publié ses recherches en 1959).
Pierre Chaunu, son confrère à l'Institut, le surnommait "le saint". En 1965, la première Chaire de Génétique fondamentale est créée en France pour lui. Il reçut aux États-Unis la Médaille Kennedy en 1962, et le William Allen Memorial Award en 1969 (la plus haute distinction pour un généticien...).
Il s'engagea dès lors, de fait, dans la lutte contre l'eugénisme et le "racisme chromosomique" car sa découverte - ce qui le désolait... - permettait "l'élimination" des foetus chez qui la Trisomie 21 était décelée....
Élu en juin 1982 à l'Académie des Sciences morales et politiques, il perdit probablement le Nobel pour avoir déclaré devant un parterre de sommités : "La tentation de supprimer par l'avortement des petits d'homme malades va à l'encontre de la loi morale, dont la génétique confirme le bien-fondé...". Il reçut, par contre, le soutien indéfectible du Pape Jean-Paul II dans ce "combat pro-vie"...
En 1996, la Fondation Jérôme Lejeune fut reconnue d'utilité publique

2007 : Nouveau record pour le TGV
La SNCF, Alsthom et RFF établissent un nouveau record de vitesse sur rail : 574,8 km/h. L’objectif, initialement fixé à 540 km/h (150m/s), est largement dépassé.
Alors que la crise pétrolière redonne de l’intérêt pour le Train à grande vitesse face à l’avion, Alsthom démontre sa suprématie à l’échelle mondiale. De son côté, la SNCF met ainsi en valeur sa nouvelle ligne à grande vitesse Paris-Strasbourg qui doit être commercialisée le 10 juin suivant.

2017 : Découverte d'une "petite Pompéi viennoise"
C'est un "site exceptionnel", "une petite Pompéi viennoise" : un faubourg entier de la Vienne romaine, où se côtoient luxueuses demeures et vastes espaces publics très bien conservés, a été mis au jour, ce 3 juillet, à l'occasion de fouilles préventives, classées "découverte exceptionnelle" par le Ministère de la Culture, sur un terrain où la municipalité souhaitait construire des bâtiments sociaux
Le site - occupé pendant trois siècles - est remarquable par sa superficie (près de 7.000 mètres carrés en milieu urbain), par la diversité des vestiges et par leur état de conservation : "Ce sont des incendies successifs qui ont permis de conserver tous les éléments en place quand les habitants ont fui la catastrophe, transformant le secteur en une véritable petite Pompéi viennoise".
Ainsi, le feu a fait s'effondrer le premier étage, le toit et la terrasse d'une somptueuse demeure entourée de jardins, datant de la 2ème moitié du 1er siècle et baptisée la Maison des Bacchanales, en raison d'une mosaïque au cortège de bacchantes et de satyres entourant un Bacchus. Les étages effondrés ont été préservés, le mobilier abandonné sur place. Le faste de la maison avec ses balustrades, les décors de ses mosaïques, ses pavements de marbre, son réseau hydraulique, évoquent aux archéologues un riche marchand venu d'Orient. Et le sinistre qui l'a ravagée est pour eux une bénédiction : "on va pouvoir restituer cette maison du sol à la toiture, comme à Pompéi ou Herculanum".
En bordure du Rhône, deux marchés successifs, un temporaire et un permanent, ont été remplacés plus tard par un très grand édifice public au plan atypique, avec une fontaine monumentale ornée d'une statue d'Hercule : "Cela pourrait correspondre à une schola, une école rhétorique ou philosophique. On sait, grâce aux inscriptions, qu'existait une école très importante à Vienne. On pourrait donc l'avoir localisée"...
La Vienne romaine - véritable "autoroute A7 de l'Antiquité", disent les archéologues - se trouvait à un carrefour de circulation, avec le Rhône et la Narbonnaise, voie qui allait de Lyon, capitale des Gaules, à Arles.
Cette inestimable découverte vient augmenter encore le déjà très riche patrimoine gallo-romain de la ville de Vienne, dont le théâtre antique ou le temple d'Auguste et de Livie; une ville et une région administrées par Ponce Pilate, qui y trouva la mort, et qui y avait été envoyé par l'empereur Caligula, mécontent de sa gestion des affaires en Judée

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Thu 7 May - 18:27:28 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




C’est arrivé un 3 avril

le 3 avril 1675 : une émeute antifiscale éclate à Rennes.
Les bureaux du tabac et du papier timbré sont mis à sac avec le soutien des parlementaires et des autorités locales. La révolte a plus d’ampleur en Basse-Bretagne, où elle est connue sous le nom de révolte des Bonnets rouges, On l’appelle également révolte des « Torr He benn » (« casse-lui la tête» ou des « Casse-têtes »), un cri de guerre qui sert aussi de signature dans un des codes paysans.

le 3 avril 1990 : le roi Baudouin de Belgique en « impossibilité de régner. »
Fervent catholique, le roi des Belges, Baudouin, affirme que sa conscience ne lui permet pas de signer le texte sur l’avortement qu’il considère comme un crime sur le plus faible des innocents. Il abdique pour une durée de 36 heures.
Dans la nuit du 3 au 4 avril le roi se fait mettre en « impossibilité de régner », selon l’article 92 de la constitution du pays. C’est un fait unique dans l’histoire des monarchies constitutionnelles et le plus beau témoignage de foi catholique d’un homme d’état au XX siècle. Le 3 mai suivant, l’épiscopat belge fait une déclaration qui appuie ce geste courageux et apostolique du monarque.

le 3 avril 2009 : Benoîte Rencurel est reconnue « vénérable » par le pape Benoît XVI.
Notre Dame et le Christ lui apparaissent de mai 1664 jusqu’en 1718 dans la région du Laus. Les apparitions durent 54 ans. Benoîte est éduquée par la Vierge Marie puis reçoit sa mission.
La Vierge y est vénérée sous le vocable de Notre Dame du Laus. Les apparitions sont reconnues le 4 mai 2008.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Thu 7 May - 18:28:54 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




ça s'est passé un 3 avril

3 avril 1644 : Fin du dernier empereur Ming
Le 3 avril 1644, le dernier empereur de la dynastie Ming, Tchouang-lie-ti (ou Chongzhen), se pend dans la Cité interdite de Pékin tandis qu'un chef de brigands entre dans la capitale chinoise. Les farouches Mandchous du nord arrivent à leur tour sous le prétexte de secourir les armées impériales. Ils en profitent pour éliminer les Ming et fonder leur propre dynastie. Elle durera jusqu'à la fondation de la République chinoise.

3 avril 1862 : Publication des Misérables
Le 3 avril 1862 sortent en librairie les deux premiers tomes d'un roman promis à un succès exceptionnel : Les Misérables.
L'auteur est un proscrit à barbe blanche, qui, de son exil de Guernesey, n'en finit pas de lancer des philippiques à l'encontre de l'empereur Napoléon III, alors à l'apogée de son règne.
Mais comme l'empereur lui-même, comme beaucoup de ses contemporains, comme le peintre Millet (L'Angélus, Le vanneur...), Victor Hugo se montre dans les années 1850-1860 très sensible au sort des humbles et à la condition ouvrière.
Les Misérables lui valent une popularité dans tous les pays et toutes les classes sociales. On dit que des ouvriers se cotisent pour acheter l'oeuvre et se la passer de main en main

3 avril 1897 : Naissance de Sécession à Vienne
Le 3 avril 1897, le peintre autrichien Gustav Klimt quitte l'association des artistes viennois. Il fonde avec 40 compères le mouvement de la Sécession. Le but déclaré est d'arracher l'art au négoce !...
Ils sont rejoints par l'architecte Otto Wagner et par le musicien Arnold Schoenberg. Ce dernier, créateur de l'école musicale de Vienne, est à l'origine de la musique moderne.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Thu 7 May - 19:10:13 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




C’est arrivé le 3 avril

1043 : Édouard le Confesseur est couronné roi d'Angleterre.

1347 : un décret du roi de Bohême Charles IV décide la construction de la « Nouvelle Ville » de Prague, la plus grande opération d'urbanisme du Moyen Âge

1680 : mort de Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV (° 27 janvier 1615).

1682 : mort de Bartolomé Esteban Murillo, peintre espagnol (° 1er janvier 1618).

1858 : naissance d'Albert Samain, poète français († 18 août 1900).

1860 : apparition du Pony Express.

1875 : naissance de Mistinguett (Jeanne Florentine Bourgeois, dite), artiste de music-hall française († 5 janvier 1956).

1882 : mort de Jesse James (° 5 septembre 1847) tué par Robert Ford

1893 : naissance de Leslie Howard, acteur et réalisateur britannique († 1er juin 1943).

1897 : mort de Johannes Brahms, compositeur allemand (° 7 mai 1833).

1917 : Lénine rentre à Saint-Pétersbourg de son exil en Suisse.

1921 : naissance de Dario Moreno, chanteur et acteur turc († 1er décembre 1968).

1922 : Joseph Staline devient secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique

1922 : naissance de Doris Day, actrice américaine († 13 mai 2019).

1924 : naissance de Marlon Brando, acteur et réalisateur américain († 1er juillet 2004).

1931 : naissance de Dominique Paturel, comédien et doubleur vocal français.

1934 : naissance de Jane Goodall, primatologue britannique.

1948 : signature du plan Marshall par le président des États-Unis Harry S. Truman.

1973 : Martin Cooper de Motorola passe le premier appel d'un téléphone mobile.

1974 : début de l'éruption de tornades, dite du « Super Outbreak », la pire en Amérique du Nord. Les 148 tornades ont fait 330 morts et 5 484 blessés, dans treize États américains, et l'extrême sud-ouest de l'Ontario au Canada.

1991 : mort de Graham Greene, écrivain britannique (° 2 octobre 1904).

2010 : sortie de l'iPad de 1e génération par Apple.

2014 : mort de Régine Deforges, femme de lettres française, membre du jury du prix Fémina (° 15 août 1935).

2017 : un attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg fait 11 morts et 50 blessés.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Sat 9 May - 10:50:14 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




Ephéméride du 4 avril

188 : Naissance de Caracalla
Empereur romain, qui régna de 211 à 217, il est l'auteur de l'Edit de Caracalla, qui étendit la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l'Empire, en 212.
Il était le fils de l’empereur – d’origine libyenne - Septime Sévère et de sa femme, la très belle Julia Domna; il naquit à Lugdunum, son père étant alors gouverneur des Gaules.
Son sobriquet de Caracalla vient d'un type de vêtement gaulois à capuchon et manches longues qu'il avait coutume de porter dès l'âge de douze ans.

1323 : Arrivée de Venceslas de Luxembourg en France
Il y restera sept ans. Son père, en conflit avec sa mère, et désirant soustraire l'enfant à l'influence de celle-ci, l'envoie à la Cour de France, où le roi, Charles IV, est à la fois son oncle et son parrain
C'est grâce à une dérogation du pape Jean XXII, qu'encore enfant, il épouse Blanche de Valois, le 15 mai 1323, peu après son arrivée en France. A sa confirmation, il choisira de changer son nom et, adoptant celui de son oncle et parrain, il s'appellera dorénavant Charles.
En 1330, il quitte la France et devient Empereur romain germanique, sous le nom de Charles IV, de 1355 à sa mort, en 1378.
C’est lui qui promulgue la Bulle d'or, fixant les règles d'accession au trône du Saint Empire, en vigueur jusqu’à la Révolution.

1609 : Mort de Jules Charles de l'Écluse
Il est à la fois médecin et botaniste, l'un des plus fameux du XVIème siècle.
Il est le créateur de l'un des premiers jardins botaniques d'Europe à Leyde, et peut être considéré comme le premier mycologue au monde et le fondateur de l'horticulture. Il est également le premier à fournir des descriptions réellement scientifiques des végétaux.
En 1573, l'empereur Maximilien II le nomme médecin de cour et responsable du jardin impérial. Grâce à cette protection, il peut voyager dans toute l'Europe, rassemble de nombreuses observations et réunit de nombreux spécimens de végétaux, certaines venues de contrées lointaines comme la tulipe (qu'il introduit aux Pays-Bas) et la pomme de terre.

1715 : Pose de la première pierre de l'Hôtel de Caumont, à Aix-en-Provence...
C'est le marquis François Roland de Réauville qui demanda à Robert de Cotte, en 1715, les plans de ce splendide Hôtel, qu'il ne verra pourtant pas : le gros oeuvre et la toiture ne seront achevés qu'en 1720, deux ans après sa mort; et ce n'est qu'en 1722 - les travaux ayant été interrompus par la terrible Peste de 1720, justement... - que le fils du marquis habite les lieux...
l'Hôtel de Caumont nous renvoie l'image de cette France brillante, rayonnante et partout aimée dont parlait Talleyrand (cité par François Guizot en 1858) :
En ces temps-là, les élites de l'Europe entière parlaient français, et, dans presque tous les domaines, de l'art de vivre à la culture - sans oublier, bien sûr, l'extraordinaire fécondité des scientifiques français, leurs découvertes et leurs inventions... - c'est la France qui donnait le ton, et le reste du monde regardait vers Paris et Versailles, nous imitait, s'inspirait de nous, prenait chez nous ses modèles : notre Royauté avait réussi, après mille ans d'efforts en commun avec le peuple de France, à créer un Etat qui menait non seulement une politique de gestion des personnes et des biens mais aussi, et surtout, une véritable politique de Civilisation.
Intégralement et magnifiquement restauré en 2015, cette superbe demeure, bâtie selon les plans de Robert de Cotte, est maintenant "Caumont Centre d'Art"

1791 : Le Panthéon devient... "le Panthéon"
L'Assemblée constituante décide de transformer l'église parisienne Sainte-Geneviève en temple civique destiné à accueillir les cendres des grands hommes de la patrie.
Mirabeau sera la première personnalité inhumée au Panthéon, où il ne resta guère : le 21 septembre 1794 sa tombe est profanée et ses cendres jetées aux égouts.
Si le mot "amusant" convenait pour un tel sujet, on l'emploierait ici, en pensant que dans ce Temple républicain, sous l'inscription Aux grands hommes, la Patrie reconnaissante, repose Voltaire, le furieux antisémite qui était aussi joyeusement raciste, célébré par ce même Système qui a condamné Charles Maurras
Non loin de lui se trouve Lazare Carnot, organisateur du Génocide vendéen, le premier des Temps modernes (par ses deux décrets des 1er août et 1er octobre 1793) : voir, dans notre Album Totalitarisme ou Résistance ? Vendée, "Guerres de Géants"... les deux photos "Lazare Carnot organise le génocide (I)" et "Lazare Carnot organise le génocide (II)"...
Non loin encore, Jean Jaurès qui publia dans La Dépêche du Midi le 1er mai 1885, au lendemain du soulèvement de Constantine, un article violemment antisémite : on y lit que « l’opportunisme… n’est que la forme politique de l’esprit juif » et que les juifs d’Algérie « sont restés étrangers aux traditions, aux idées et aux lettres de la France… Quand la France socialiste pourra libérer de la dette juive et de toute dette les colons et les indigènes…alors il y aura une belle civilisation algérienne »

1807 : Mort de Joseph-Jérôme Lefrançois de Lalande
Astronome, il a grandement contribué à populariser l’astronomie, notamment par ses travaux sur l’orbite de Vénus (en 1769).
Il fait paraître de 1789 à 1798 son Histoire céleste française où il décrit 50.000 étoiles.

1826 : Naissance de Zénobe Gramme
Né près de Liège, il s'installe à Paris en 1857. En 1867, il prend un brevet pour plusieurs dispositifs destinés à perfectionner les machines à courant alternatif. En 1868, il construit la première dynamo à courant continu, point de départ de l'industrie électrique moderne. En 1870 il dépose le brevet qui contient la théorie de la "machine magnéto-électrique produisant des courants continus".
Électricien et inventeur de la première dynamo à courant continu, qui porte son nom (machine de Gramme). Zénobe Gramme découvrit en 1873 qu'il était possible de l'inverser et de l'utiliser comme moteur.

1856 : Création de L'Oeuvre d'Orient.
Regroupés autour du grand mathématicien Augustin Cauchy - ultra catholique et ultra royaliste, précepteur du Comte de Chambord - Charles Lenormant, Charles de Montalembert, Alfred de Falloux et le Père de Ravignan fondent L'Oeuvre des Ecoles d'Orient, dont le premier directeur sera le futur cardinal Lavigerie.
En 1858, Pie IX la reconnaîtra "Oeuvre d'Eglise".

1896 : Aux origines du cinéma parlant : le graphophonoscope
A la fin du XIXème siècle, avec la première séance publique du cinématographe des frères Lumière, l'image animée marque des avancées décisives. Elle inspire à Auguste Baron une visée plus ambitieuse encore : inventer un "système d'appareil servant à enregistrer et à reproduire simultanément les scènes animées et les sons" : en clair, le cinéma sonore.
Auguste Baron signe un contrat d'association avec un dénommé Bureau, administrateur caissier de l'Olympia, à Paris. Baron développe l'idée de relier électriquement les deux éléments du couple image-son : un appareil chronophotographique qui permet de "prendre une série de poses d'un même sujet en mouvement, à des intervalles très rapprochés" ; et un phonographe "enregistrant les sons émis par le sujet pendant la marche de l'appareil chronophotographique".
Mais, en dépit des capitaux colossaux investis dans cette aventure, l'exploitation du Graphophonoscope est un échec notamment parce qu'on ne maîtrise pas, à l'époque, la duplication sonore. Léon Gaumont, utilisant aux mêmes fins que Baron, et peu après lui, des disques sur son Chronophone, connaît les mêmes désillusions avec ses phonoscènes. Le cinéma sonore des temps modernes ne prendra son plein essor que dans les années 30.

1931 : Mort d'André Michelin
Il est le frère d'Édouard, avec qui il fonde - en 1889 - Michelin et Compagnie: cinquante deux personnes travaillent alors dans l'entreprise...
En 1891, les deux frères mettent au point le pneu démontable pour bicyclette.
En 1898, c'est la création du bonhomme Michelin, Bibendum, la mascotte du Groupe, avec le slogan "Le pneu Michelin boit l'obstacle".
André Michelin créa en 1900 le Guide Michelin, puis en 1910, il lance la fameuse Carte de France, constituée de quarante-sept feuilles juxtaposées, pliées selon l'ingénieux principe de l'accordéon

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Sat 9 May - 11:06:44 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




C’est arrivé un 4 avril

le 4 avril 1460 : fondation de l’Université de Nantes.
A la demande du duc François de Bretagne, le pape Pie II accorde à l’Université de Bretagne de Nantes, ses chartes. Elle est fondée par Bertrand Milon

le 4 avril 1794 : la colonne infernale de Crouzat incendie Torfou.

le 4 avril 1919 : décès de Francisco Marto à presque 11 ans.
François Marto est un des trois bergers portugais auxquels la Vierge Marie est apparue en 1917 à Fatima. En 1918, François est atteint d’une très forte grippe. L’épidémie cause la mort de nombreuses personnes en Europe. C’est pendant cette ultime épreuve que la Vierge Immaculée apparaît aux deux petits enfants pour leur renouveler sa promesse du 13 juin 1917. Il reçoit les derniers sacrements le jeudi 3 avril et, le lendemain, après avoir vu une belle lumière près de la porte de sa chambre, il expire.

le 4 avril 1949 : naissance de l’OTAN (organisation du Traité de l’Atlantique Nord).
Les pays membres de cette nouvelle organisation sont la Belgique, le Canada, le Danemark, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Islande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas et le Portugal. Volet militaire de l’Alliance atlantique, cette organisation permet, à l’origine, de dépasser les situations de statu quo que ne peut régler l’ONU.

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
PostPosted: Sat 9 May - 11:12:14 (2020) Reply with quote
Bonne Maman
Administrateur
Administrateur

Offline
Joined: 26 Jul 2007
Posts: 47,150
Localisation: Au pays des cigales




ça s'est passé un 4 avril

4 avril 1792 : Création du dollar
Le 4 avril 1792, une loi fait du dollar la monnaie officielle des États-Unis à l'initiative d'Alexander Hamilton, secrétaire du Trésor sous la présidence de George Washington. Son nom vient d'une déformation phonétique de thaler, nom d'une monnaie encore très populaire à cette époque dans le Nouveau Monde.
Le thaler est une monnaie d'origine autrichienne illustrée par le portrait bien en chair de l'impératrice Marie-Thérèse, morte en 1780. Cette monnaie en argent de très bon aloi était devenue très populaire en Europe centrale mais aussi dans le Nouveau Monde et même dans la péninsule arabe, où elle était encore en usage au début du XXe siècle

4 avril 1817 : mort d'André Masséna
6 mai 1758 à Nice - 4 avril 1817 à Paris
André Masséna, né dans la famille d'un cabaretier, à Nice, alors possession du Piémont, s'engage à 17 ans dans l'armée française.
Ne pouvant dépasser le grade d'adjudant du fait qu'il n'appartient pas à la noblesse, il s'en retire à la veille de la Révolution. Quand celle-ci survient, il se porte volontaire sans hésiter et atteint dès 1793 le grade de général de division !
Sa contribution à la victoire de Rivoli, en 1797, lors de la première campagne d'Italie, lui vaut du commandant de l'expédition, Napoléon Bonaparte, le surnom d'«enfant chéri de la victoire». Il s'illustre un peu plus tard à la tête de l'armée d'Helvétie, en remportant la victoire de Zurich sur les troupes russes de Souvarov (Souvorov en russe), et contribue à la victoire de Marengo.
Masséna fait partie de la première promotion de maréchaux en mai 1804. Il est fait par Napoléon 1er duc de Rivoli en 1807 puis prince d'Essling après sa victoire de 1809. Nommé à la tête des troupes d'occupation du Portugal, il est obligé d'évacuer le pays en 1811 et ne reçoit plus dès lors de commandement. À la fin de l'Empire, il se rallie sans barguigner au roi Louis XVIII.

4 avril 1866 : Premier attentat contre Alexandre II
Le 4 avril 1866, un premier attentat vise le tsar Alexandre II de Russie. C'est un étudiant isolé, Dimitri Karakozov, inspiré par la propagande nihiliste du moment, qui en est l'auteur. À dater de ce jour, le tsar va suspendre le grand chantier de réformes qu'il avait engagé dès son avènement, une dizaine d'années plus tôt.

4 avril 1884 : naissance d'Isoroku Yamamoto
4 avril 1884 à Nagaoka (Japon) - 18 avril 1943(îles Salomon)
Fils d'un samouraï modeste, Isoroku entre à l'École navale et, peu après, est blessé à Tsushima, pendant la guerre russo-japonaise. En 1916, il est adopté par une famille patricienne sans héritier mâle. Elle lui donne son nom, Yamamoto.
Sous ce patronyme d'emprunt, il va devenir le maître d'oeuvre de Pearl Harbor et conduire son pays de victoire en victoire pendant six mois, sans illusion toutefois sur l'issue de la guerre du Pacifique

4 avril 1891 : Paul Gauguin part à Tahiti
Le 4 avril 1891, le peintre Paul Gauguin (43 ans) s'embarque pour Tahiti.

4 avril 1960 : L'indépendance tranquille du Sénégal
Le 4 avril 1960, par un accord avec le gouvernement français, Léopold Sédar Senghor obtient l'indépendance de la Fédération du Mali, qui réunit le Sénégal et le Soudan français, deux colonies de l'Afrique occidentale française (AOF) .
L'indépendance est effective le 20 juin suivant. Mais dès le 20 août, le Sénégal se retire de la fédération. Cinq jours plus tard, Léopold Sédar Senghor devient le Président de la nouvelle République, avec une Constitution calquée sur celle de la Ve République.

4 avril 1968 : Assassinat de Martin Luther King
Le 4 avril 1968, le pasteur américain Martin Luther King (39 ans) est assassiné dans un motel de Memphis par un repris de justice, James Earl Ray. Révulsés par sa mort tragique et ô combien prévisible, les ghettos noirs des grandes villes américaines sombrent aussitôt dans des émeutes d'une extrême violence. Cet Holy Week Uprising (« Soulèvement de la Semaine Sainte ») fait un total de 39 morts et des dégâts comme les États-Unis n'en ont pas connu depuis la guerre de Sécession

_________________
"Si je meurs demain, je me regretterai, parce que je m'entends assez bien avec moi-même"

Rattrapage des chroniques culturelles d'avril 2020
  Forum du Pays Réel et de la Courtoisie - FPRC Forum Index » Le Salon courtois
All times are GMT + 2 Hours  
Page 1 of 8  
Goto page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
  
  
 Post new topic  Reply to topic  

Portal | Index | Forum hosting | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001-2004 phpBB Group
Designed for Trushkin.net | Themes Database